Arrêt pour troisième visite décennale du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Gravelines

Publié le 02/05/2012

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Gravelines a été arrêté pour effectuer sa troisième visite décennale du 29 juillet 2011 au 21 mars 2012.

Les principales activités réalisées à l'occasion de cet arrêt et contrôlées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivantes :

  • épreuve hydraulique du circuit primaire principal précédée d’un programme important de contrôles sur les organes de robinetterie et les tuyauteries,
  • épreuve de l’enceinte du bâtiment réacteur,
  • contrôle décennal de la cuve du réacteur,
  • réalisation d’un nombre important d’interventions de maintenance et de modifications contribuant à l’amélioration de la sûreté.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à 8 inspections inopinées qui portaient notamment sur le respect des exigences relatives :

  • à la réalisation des modifications et interventions de maintenance,
  • aux règles générales d'exploitation,
  • à la radioprotection en termes de balisage, d'affichage d'informations radiologiques et de respect des conditions d'accès aux chantiers,
  • au risque d’incendie.

Cet arrêt a été marqué par la découverte d’une fissure sur une pénétration de fond de cuve du réacteur. Il s’agit de la première mise en évidence de ce type de défaut sur le parc nucléaire en France. La définition par l’exploitant d’un traitement satisfaisant a nécessité plusieurs demandes d’amélioration de la part de l’ASN. Cette fissure longitudinale de 39 mm a nécessité le bouchage de la pénétration pour la mettre hors service. A titre de parade supplémentaire, l’ASN a également demandé à EDF la mise en place complémentaire d’un dispositif de détection de fuite. La mise en place de ce dispositif a fait l’objet d’une inspection. L’ASN a demandé à l’exploitant de réaliser un contrôle à mi-cycle et de présenter un dossier de réparation définitive de cette fissure avant le 1er octobre.

A la suite d’une intervention dans une galerie abritant du matériel important pour la sûreté et participant au refroidissement du réacteur, une infiltration d’eau a été détectée. Une inspection a été menée pour examiner les circonstances à l’origine de la survenue de cette infiltration. La solution de réparation, proposée par l’exploitant après un questionnement important de l’ASN, a été autorisée et sa mise en œuvre a fait l’objet d’une inspection.

La réalisation d’une modification relative à la purification à grand débit du circuit primaire principal a entrainé un dysfonctionnement des automatismes de régulation du circuit de contrôle volumétrique et chimique. Des réglages complémentaires ont dû être effectués. Il s’agissait de la première modification de ce type sur un réacteur du parc nucléaire en France.

5 événements significatifs pour la sûreté liés aux activités réalisées au cours de cet arrêt ont été déclarés et classés par l’exploitant au niveau « 0 » de l’échelle INES. 2 événements ont été déclarés et classés au niveau « 1 ».

L'ASN estime que l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal s’est correctement déroulée, après une première tentative insuffisamment préparée par l’exploitant. L’épreuve de l’enceinte du bâtiment réacteur a été menée de manière satisfaisante.

De manière globale, l’ASN note que les anomalies détectées pendant cette visite décennale ont nécessité de nombreuses demandes de sa part pour obtenir des analyses et des réparations suffisamment rapides et rigoureuses.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 16 mars 2012 son accord au redémarrage du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Gravelines.

D’ici 6 mois, EDF adressera à l’ASN et aux Ministres en charge de la sûreté nucléaire un rapport comportant les conclusions du réexamen de sûreté de ce réacteur. L’ASN analysera ce rapport et prendra position sur la poursuite d’exploitation du réacteur n°1 en 2013.

Pour en savoir plus :

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 29/07/2011

Date de redémarrage : 21/03/2012