Arrêt pour quatrième visite décennale du réacteur 1

Publié le 25/02/2022

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly a été arrêté pour effectuer sa quatrième visite décennale le 19 juin 2021. Il a redémarré et atteint à nouveau sa puissance nominale le 13 février 2022. Cette visite décennale est l’une des étapes de son quatrième réexamen périodique, qui conduira l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à se prononcer sur les conditions de sa poursuite de fonctionnement.

Les principales activités réalisées par l’exploitant à l’occasion de cet arrêt et contrôlées par échantillonnage par l’ASN ont été les suivantes :

  • le déchargement et rechargement du combustible,
  • les opérations de maintenance préventive et de contrôle des matériels, dont la cuve du réacteur, les générateurs de vapeur, les organes de robinetterie, les tuyauteries, les pompes, les groupes électrogènes de secours à moteur diesel, les systèmes électriques et de contrôle-commande,
  • la résorption des écarts de conformité,
  • l’intégration d’un nombre important de modifications contribuant à l’amélioration de la sûreté.
  • la réalisation de la requalification complète, comprenant une épreuve hydraulique, du circuit primaire principal (CPP),
  • l’épreuve de l’enceinte du bâtiment réacteur.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 8 inspections inopinées. Ces inspections ont permis d’examiner les conditions de réalisation des travaux, de sécurité et de radioprotection sur plusieurs chantiers mais également les conditions de redémarrage du réacteur.

Lors de l’épreuve hydraulique du CPP du réacteur 1, six inspecteurs de l’ASN ont réalisé une inspection de l’ensemble des matériels composant le CPP alors que la pression d’eau à l’intérieur de celui-ci est portée à 206 fois la pression atmosphérique. L’épreuve hydraulique ainsi que les résultats de la visite complète du CPP ont été jugés satisfaisants par l’ASN, ce qui a permis de prononcer la requalification du CPP du réacteur 1 pour une durée de 10 ans.

Un événement significatif pour la sûreté lié à une activité réalisée au cours de cet arrêt a été classé au niveau « 1 » de l’échelle INES.

Après examen des résultats de contrôle et des travaux effectués pendant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 24 janvier 2022 son accord au redémarrage du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly.

Le 4 février 2022, EDF a adressé au ministre chargé de la sûreté nucléaire et à l’ASN un rapport comportant les conclusions du réexamen périodique de ce réacteur, et qui comprend notamment les éléments spécifiques à ce réacteur. L’ASN l’analysera et prendra position sur les modalités de la poursuite de l’exploitation du réacteur.

Cette prise de position complètera, pour le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, la décision de l’ASN du 23 février 2021 relative aux conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs de 900 MWe d’EDF, au-delà de leur quatrième réexamen périodique. Cette décision, qui portait sur les aspects communs à tous les réacteurs de 900 MWe, ouvrait la perspective d’une poursuite de fonctionnement de ces réacteurs.

En savoir plus :

Publié le 31/01/2022

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 1

Le 14 janvier 2022, l’exploitant de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 1 concernant l’indisponibilité partielle du circuit d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur (ASG).

 

 

 

Date de la dernière mise à jour : 25/02/2022

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 19/06/2021

Date de redémarrage : 13/02/2022