Arrêt pour première visite décennale du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes)

Publié le 24/07/2009

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Chooz a été arrêté pour sa première visite décennale du 14 mars 2009 au 23 juillet 2009.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • Contrôle des tubes des quatre générateurs de vapeur et bouchage préventif de 2 tubes présentant des signaux d'usure sur deux générateurs. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau du circuit secondaire pour la production de la vapeur alimentant la turbine ;
  • Remplacement de 32 mécanismes de commande de grappe. Les grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons et sont insérées ou retirées du cœur du réacteur afin de réguler le flux neutronique et donc la réactivité du cœur ;
  • Epreuve hydraulique du circuit primaire principal qui constitue la deuxième barrière de confinement. Tous les 10 ans, la chaudière nucléaire fait l'objet d'une visite complète et d'une requalification incluant une épreuve hydraulique. Cette épreuve consiste à soumettre le circuit à une pression supérieure de 20 % à sa pression de calcul ;

Epreuve d'étanchéité de l'enceinte de confinement du bâtiment réacteur (3ème barrière de confinement), précédée d'un chantier de pose d'un revêtement composite sur une partie de l'enceinte. L'intérieur de l'enceinte est soumis à une pression supérieure à la pression prévue en cas d'accident. C'est également un test global de résistance.

Ces deux derniers contrôles majeurs se sont révélés satisfaisants pour la poursuite du fonctionnement de l’installation.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à six inspections inopinées qui ont permis d’inspecter une quarantaine de chantiers. Ces inspections de chantier portaient notamment sur :

  • Le contrôle par EDF de la surveillance de ses prestataires ;
  • Le respect des exigences en terme d’assurance de la qualité ;
  • Le respect des dispositions de radioprotection sur divers chantiers en zone contrôlée.

En plus de ces inspections de chantier, trois inspections spécifiques ont été réalisées à l'occasion de cet arrêt du réacteur.

  • Une inspection inopinée sur le risque explosion;
  • Une inspection annoncée sur la radioprotection;

Une inspection annoncée sur l’examen de conformité des installations.

Des aléas d’origines technique, humaine et organisationnelle ont également retenu l’attention de l’Autorité de sûreté nucléaire, parmi lesquels quatre événements significatifs impliquant la sûreté et trois événements significatifs impliquant la radioprotection. Pour autant, aucun de ces événements n’a fait l’objet d’un classement au niveau 1 ou supérieur de l’échelle INES.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 10 juillet 2009 son accord au redémarrage du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Chooz.

 

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 14/03/2009

Date de redémarrage : 23/07/2009