Arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible du réacteur n° 1

Publié le 19/04/2013

[Mise à jour du 22 mai 2013]

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Chooz a été arrêté pour maintenance et renouvellement du combustible du 2 février 2013 au 17 avril 2013.

L’exploitant a notamment mis cet arrêt à profit pour procéder à la visite des quatre pompes du circuit primaire. Cette activité a fait suite aux dégradations constatées sur les pompes primaires du réacteur n°2 de Chooz B lors de l’arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible de 2012.

L’Autorité de sûreté nucléaire a procédé au cours de cet arrêt à trois inspections inopinées sur plus d’une vingtaine de chantiers. Ces inspections ont porté sur :

  • le respect des référentiels liés aux risques d’incendie et d’explosion ;
  • le respect des exigences dans les domaines de la qualité et de la sécurité ;
  • la radioprotection en zone contrôlée ;
  • les opérations de maintenance des pompes primaires.

Pendant cet arrêt, l’exploitant a déclaré trois événements significatifs concernant la sûreté[1].

L’Autorité de sûreté nucléaire a noté, parmi les faits marquants de l’arrêt du réacteur :

  • des conditions de radioprotection et de propreté radiologique perfectibles, notamment sur les chantiers de maintenance des pompes primaires ;
  • la découverte d’écarts de conformité sur des matériels ayant déjà fait l’objet d’un premier contrôle, qui ont été remis en état (freinage de vis de fixation de servomoteurs de robinets).

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné, le 5 avril 2013, son accord au redémarrage du réacteur n° 1.

Voir aussi :

[1] Paragraphe supprimé : "Pendant cet arrêt, l’exploitant a déclaré trois événements significatifs concernant la sûreté, dont un a été classé au niveau 1 de l’échelle INES."

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 02/02/2013

Date de redémarrage : 17/04/2013