Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n°2

Publié le 19/04/2006

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly a été arrêté pour maintenance et rechargement en combustible du 18 février 2006 au 5 avril 2006.

Les principaux chantiers réalisés par l'exploitant à l'occasion de cet arrêt, et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire, ont été les suivants :

  • la modification du système de filtration des puisards du bâtiment réacteur. Cette modification faisait suite à l'évènement significatif pour la sûreté à caractère générique classé au niveau 2 de l'échelle INES fin 2003 (lire l'avis d'incident) ;
  • l'insertion de capsules d'irradiation à l'intérieur de la cuve dans le cadre du suivi de son vieillissement sous irradiation ;
  • le contrôle périodique des tubes des générateurs de vapeur et le bouchage préventif des tubes présentant des signes d'usure. Chaque générateur de vapeur comporte plusieurs milliers de tubes, qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau du circuit secondaire pour la production de la vapeur alimentant la turbine.
  • Le remplacement des roulements supérieurs des moteurs des pompes des circuits d'injection d'eau de sécurité et d'aspersion d'eau dans l'enceinte, afin de limiter les phénomènes vibratoires pouvant remettre en cause leur bon fonctionnement. Cette anomalie générique a fait l'objet de la déclaration d'un événement significatif pour la sûreté à caractère générique classé au niveau 2 de l'échelle INES fin 2005 (lire l'avis d'incident).

Un événement significatif pour la sûreté a été classé au niveau 1 de l'échelle INES lors de l'arrêt. Il concerne un non-respect des règles générales d'exploitation suite à la découverte tardive du mauvais réglage d'une vanne d'isolement de l'enceinte de confinement (lire l'avis d'incident).

Pendant cet arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a procédé à 3 inspections inopinées. Ces inspections avaient pour but de contrôler les chantiers en cours sous les aspects techniques, assurance qualité, sécurité et radioprotection (consulter la lettre de suite d'inspection). Elles ont, notamment, porté sur :

  • le contrôle des travaux de modification des puisards ;
  • la surveillance des travaux sur les robinets, les pompes et les échangeurs des circuits auxiliaires et de sauvegarde.

Après examen des résultats de contrôle et des travaux effectués pendant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 30 mars 2006 son accord au redémarrage du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 18/02/2006

Date de redémarrage : 05/04/2006