Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 1

Publié le 28/11/2006

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Flamanville a été arrêté pour maintenance et rechargement combustible du 5 août 2006 au 28 octobre 2006.

 Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • Le remplacement de 28 mécanismes de commande de grappe. Les grappes de commande servent à contrôler la réaction nucléaire dans le coeur du réacteur. Comme elles sont constituées de matériaux absorbant les neutrons, leur insertion permet de contrôler la réaction, voire de l'étouffer complètement en cas d'urgence. Les mécanismes de commande permettent une insertion ou un retrait contrôlé, ou une chute rapide en cas d'urgence. 
     
  • Le remplacement d'un moteur d'une des 4 pompes primaires. Ces pompes assurent la circulation de l'eau dans le circuit primaire et donc le refroidissement du coeur. 
     
  • Le contrôle périodique des tubes des quatre générateurs de vapeur. Chaque générateur de vapeur contient plusieurs milliers de tubes, qui permettent les échanges de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau du circuit secondaire pour la production de la vapeur alimentant la turbine. 
     
  • L'assainissement d'une partie du circuit primaire. Depuis 1999, à la suite d'aléas techniques, le circuit primaire du réacteur n°1 de la centrale est contaminé par du cobalt 60. Cette contamination conduit à une exposition accrue des travailleurs aux rayonnements ionisants lors des interventions de maintenance lors des arrêts. C'est pourquoi l'exploitant a entrepris d'assainir une partie des circuits contaminés.
  • La maintenance et la remise à niveau de la station de pompage d'eau de mer, qui assure l'approvisionnement de la centrale en eau de refroidissement.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à 5 inspections. Ces inspections portaient notamment sur : · Les interventions importantes sur le circuit primaire principal :

  • remplacement des mécanismes de commande de grappe, maintenance sur les pompes primaires ;
  • Le zonage et la propreté radiologique ;
  • La maintenance réalisée en salle des machines ;
  • Les travaux réalisés en station de pompage ;
  • L'organisation de la surveillance des prestataires.

L'ASN considère que cet arrêt s'est correctement déroulé jusqu'à ce que l'exploitant commence les opérations de fermeture de la cuve du réacteur. En effet, des aléas se sont ensuite succédés sur différents matériels de la centrale avant le redémarrage du réacteur: difficultés rencontrées lors de la remise en place d'un goujon de fermeture de la cuve du réacteur, changement non programmé d'une sonde de mesure de température du circuit primaire et retard dans les travaux de remise en état de la station de pompage. Ces aléas ont retardé le redémarrage du réacteur.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 28 septembre 2006 son accord au redémarrage du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Flamanville. Après son redémarrage, le réacteur a fonctionné à puissance réduite une dizaine de jours compte tenu des problèmes rencontrés sur sa station de pompage et a dû être arrêté à nouveau pendant 7 jours pour réparer une fuite sur une vanne du circuit primaire.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 05/08/2006

Date de redémarrage : 28/10/2006