Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur 6 - 3ème visite décennale

Publié le 14/11/2018

Le réacteur 6 de la centrale nucléaire de Gravelines a été arrêté, pour effectuer sa troisième visite décennale, du 3 mars 2018 au 7 octobre 2018.

Au-delà des interventions réalisées lors d’une visite décennale, celle du réacteur 6 prévoyait initialement le remplacement de ses trois générateurs de vapeur. EDF n’ayant pas l’assurance de disposer de tous les documents requis pour la délivrance par l’Autorité de sûreté nucléaire des attestations de conformité de ces nouveaux équipements, le remplacement des générateurs de vapeur a été reporté en 2020. Afin de poursuivre l’exploitation du réacteur 6 jusqu’à cette échéance, EDF a procédé, comme pour le réacteur 5 en 2017, à des opérations dites de « manchonnage[1] », après autorisation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Ainsi, 1066 manchons ont été installés dans les générateurs de vapeur du réacteur.

Les principales activités réalisées à l'occasion de cet arrêt et contrôlées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivantes :

  • la réalisation de nombreuses opérations de maintenances et le contrôle de divers matériels et organes de robinetterie ;
  • l’intégration d’un nombre important de modifications contribuant à l’amélioration de la sûreté ;
  • la réalisation des opérations de « manchonnage » et les contrôles associés ;
  • l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal précédée d’un programme important de contrôles sur les organes de robinetterie et les tuyauteries ;
  • le test d’étanchéité de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur ;
  • le contrôle décennal de la cuve du réacteur.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à sept inspections inopinées, qui portaient principalement sur le respect des exigences en matière de sûreté, de radioprotection et de protection de l’environnement.

A la suite de ces visites, l’ASN a établi un courrier reprenant l’ensemble de ses demandes.

En outre, l’ASN a procédé au contrôle de l’absence de fuite sur le circuit primaire principal pendant son épreuve hydraulique. L'ASN considère que cette épreuve hydraulique, le test d’étanchéité de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur ainsi que les activités de contrôle de la cuve du réacteur se sont déroulées de façon satisfaisante.

Au cours de cet arrêt de réacteur, deux événements significatifs pour la sûreté nucléaire classés au niveau 1 de l’échelle INES ont  été déclarés par l’exploitant à l’ASN. Le premier concernait la détection tardive du non-respect d’un critère de déséquilibre de débit entre les trois lignes d’injection du circuit d’injection de sécurité à haute pression, le second concernait l’indisponibilité partielle du système de ventilation du bâtiment contenant le réacteur. 

Le réacteur 6 de la centrale nucléaire de Gravelines est soumis à la décision n° 2017-DC-0604 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 15 septembre 2017 prescrivant une revue des dossiers de fabrication de composants installés sur les réacteurs électronucléaires exploités par EDF. Conformément à cette décision, les éléments d’analyse des dossiers de fabrication des pièces fabriquées par Creusot Forge ont été transmis lors de cet arrêt du réacteur. Ces éléments ont fait l’objet d’une instruction par les services de l’ASN, qui n’a pas conduit à remettre en cause la poursuite de fonctionnement des équipements concernés.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant cet arrêt, l’ASN a donné le 14 septembre 2048, en application de la décision n° 2014-DC-0444 du 15 juillet 2014, son accord au redémarrage du réacteur 6 de la centrale nucléaire de Gravelines.

Sous six mois, EDF adressera à l’ASN et au ministre chargé de la sûreté nucléaire un rapport comportant les conclusions du réexamen périodique de ce réacteur. L’ASN analysera ce rapport et prendra position sur la poursuite d’exploitation du réacteur 6 de la centrale nucléaire de Gravelines.

En savoir plus :

 ____________________________

[1] L’opération de manchonnage consiste à renforcer l’intérieur des tubes des générateurs de vapeur par la pose d’un tube (manchon) d’une longueur d’environ 50 cm, fixé par expansion hydraulique (déformation du manchon) et dudgeonnage (sertissage du manchon sur le tube). Cette opération a été réalisée par un robot piloté à distance.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 03/03/2018

Date de redémarrage : 07/10/2018