Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur 5

Publié le 04/09/2017

Le réacteur 5 de la centrale nucléaire de Gravelines a été arrêté, pour effectuer sa troisième visite décennale, du 9 avril 2016 au 12 août 2017.

Au-delà des interventions réalisées lors d’une visite décennale, celle du réacteur n° 5 prévoyait également le remplacement de ses trois générateurs de vapeur. Les attestations de conformité de ces nouveaux composants n’ayant pas été délivrés par l’Autorité de Sûreté Nucléaire, à la suite de la détection d’irrégularités concernant la fabrication d’un générateur de vapeur, EDF a décidé de reporter leur remplacement en 2019. Afin de poursuivre l’exploitation du réacteur n° 5 jusqu’à cette échéance, EDF a réalisé des études afin de démontrer que les générateurs de vapeur d’origine pouvaient continuer à être exploités sous réserve de la consolidation de certains tubes les constituant. Ainsi, des opérations dites de « manchonnage[1] » ont été réalisées, après autorisation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Près de 1 800  manchons ont été installés dans les trois générateurs de vapeur. Les études préalables à ces opérations, leur validation par l’ASN, leur mise en œuvre ainsi que l’ajout d’activités de contrôle supplémentaires expliquent la prolongation de la durée de la troisième visite décennale du réacteur 5.

Les principales activités réalisées à l'occasion de cet arrêt et contrôlées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivantes :

  • la réalisation de nombreuses opérations de maintenances et le contrôle de divers matériels et organes de robinetterie ;
  • l’intégration d’un nombre important de modifications contribuant à l’amélioration de la sûreté ;
  • la réalisation des opérations de « manchonnage » et les contrôles associés ;
  • l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal précédée d’un programme important de contrôles sur les organes de robinetterie et les tuyauteries ;
  • l’épreuve de l’enceinte du bâtiment réacteur ;
  • le contrôle décennal de la cuve du réacteur.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à six inspections inopinées, qui portaient principalement sur le respect des exigences en matière de sûreté, de radioprotection et de protection de l’environnement.

A la suite de ces visites, l’ASN a établi deux courriers reprenant l’ensemble de ses demandes.

En outre, l’ASN a procédé au contrôle d’absence de fuite sur le circuit primaire principal pendant l’épreuve hydraulique de cet équipement sous pression. L'ASN considère que cette épreuve hydraulique, l’épreuve de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur ainsi que les activités de contrôle de la cuve du réacteur se sont déroulées de façon satisfaisante.

Un événement significatif pour la sûreté a été classé au niveau 1 et concernait un non-respect des règles générales d’exploitation. Un événement significatif pour la radioprotection a également été déclaré et classé au niveau 1, à la suite d’une  contamination corporelle externe ayant entraîné une exposition supérieure au quart de la limite de dose individuelle annuelle réglementaire.

Hormis ces événements significatifs, l’Autorité de sûreté nucléaire estime que l’arrêt du réacteur 5 s’est déroulé de manière globalement satisfaisante. Après examen des résultats de contrôle et des travaux effectués pendant cet arrêt, l’ASN a donné le 13 juillet 2017, en application de la décision n° 2014-DC-0444 du 15 juillet 2014, son accord au redémarrage du réacteur 5 de la centrale nucléaire de Gravelines.

Sous six mois, EDF adressera à l’ASN et au ministre chargé de la sûreté nucléaire un rapport comportant les conclusions du réexamen périodique de ce réacteur. L’ASN analysera ce rapport et prendra position sur la poursuite d’exploitation du réacteur 5 de la centrale nucléaire de Gravelines.

[1] L’opération de manchonnage consiste à renforcer l’intérieur des tubes des générateurs de vapeur par la pose d’un tube (manchon) d’une longueur d’environ 50 cm, fixé par expansion hydraulique (déformation du manchon) et dudgeonnage (sertissage du manchon sur tube). Cette opération a été réalisée par un robot  piloté à distance.

En savoir plus :

Note d'information

Publié le 23/09/2016 à 10:35

Usine Creusot Forge d’Areva NP : liste des irrégularités

L’ASN publie la liste des irrégularités affectant certaines fabrications de l’usine Creusot Forge d’Areva NP qui lui ont été déclarées à ce jour concernant les activités nucléaires civiles françaises. Ces irrégularités concernent des équipements sous pression de réacteurs d’EDF (cuves, générateurs de vapeur et tuyauteries du circuit primaire principal) et des emballages de transport de substances radioactives.
Lettres de suite d'inspection
Avis d'incident

Publié le 21/06/2017

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Non-respect des règles générales d’exploitation

Le 9 juin 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des règles générales d’exploitation du réacteur 5.

Publié le 22/04/2016

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Contamination corporelle externe ayant entraîné une exposition supérieure ...

Le 19 avril 2016, l’exploitant de la centrale nucléaire de Chinon a déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire un évènement significatif pour la radioprotection (ESR), après évaluation de l’exposition aux rayonnements ionisants d’un agent prestataire, due à une contamination corporelle.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 09/04/2016

Date de redémarrage : 12/08/2017