Arrêt pour simple rechargement du réacteur n° 1

Publié le 23/08/2013

Le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Civaux a été arrêté pour un arrêt pour simple rechargement du 30 mars 2013 au 10 août 2013.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • Le contrôle des vis de guide d’eau des quatre groupes motopompes primaires (GMPP) et de la liaison roue-arbre d’un GMPP ;
  • Le suivi des corps migrants présents dans le circuit primaire principal ;
  • La vérification de la tenue au séisme de divers matériels et organes de robinetterie et leur remise en conformité ;
  • La gestion par l’exploitant d’un aléa sur la qualité de l’eau de la piscine du bâtiment réacteur.

Pendant cet arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a procédé à trois inspections de chantier. Ces inspections portaient sur des chantiers de maintenance et des interventions de contrôle dans le bâtiment réacteur, le bâtiment des auxiliaires nucléaires et dans la salle des machines.

Consulter la lettre de suite d’inspection

Par ailleurs, durant l’arrêt, l’ASN a mené cinq inspections sur les thèmes de la première barrière, de l’incendie , de l’organisation de crise Consulter la lettre de suite d’inspection , des rejets et du transport de matières radioactives , ainsi qu’une visite de surveillance du service d’inspection reconnu (SIR) .

Consulter les lettres de suite d’inspection

Huit événements significatifs pour la sûreté liés aux activités réalisées au cours de cet arrêt ont été déclarés, dont un est classé au niveau « 1 » de l’échelle INES . Par ailleurs, trois événements significatifs concernant la radioprotection et un événement concernant le transport ont été déclarés et classés au niveau « 0 » de l’échelle INES.

Consulter l'avis d'incident

  • Mise en place de pièces de rechange non conformes sur plusieurs vannes du réacteur n° 1
    Le 17 juillet 2013, l’exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au remplacement inapproprié d’éléments sur plusieurs organes du circuit de contournement de la turbine à l’atmosphère du réacteur n° 1.
    Publié le 30/07/2013

L’ASN considère que cet arrêt a été marqué par de nombreux aléas dont certains ont mis en évidence des défaillances dans la qualité des opérations de maintenance au cours de cet arrêt ou des arrêts précédents. Ces difficultés ont été résolues avant le redémarrage du réacteur.

Concernant la sûreté, l’ASN considère que la centrale doit améliorer la qualité des interventions, qu’il s’agisse de la préparation, de la réalisation ou de la surveillance des opérations de maintenance.

Concernant la radioprotection, l’ASN considère que la propreté radiologique des installations est satisfaisante mais que des efforts doivent être poursuivis concernant la maîtrise de la dosimétrie collective et les risques d’exposition des salariés intérimaires à un débit de dose supérieur à 2 mSv/h.

En matière de sécurité du personnel, l’ASN note que le nombre d’accidents du travail déclarés est nettement inférieur aux arrêts précédents.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné le 7 août 2013 son accord au redémarrage du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Civaux.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 30/03/2013

Date de redémarrage : 10/08/2013