Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 5

Publié le 02/09/2008

Le réacteur n°5 de la centrale nucléaire de Gravelines a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 21 juin 2008 au 7 août 2008.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt de réacteur et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants:
- le remplacement de 16 doigts de gants du système d'instrumentation du coeur du réacteur
-    les opérations de contrôle de l'étanchéité des tubes de générateurs de vapeur. 224 tubes ont été bouchés à titre préventif lors de cet arrêt de réacteur.
-    le remplacement des filtres des puisards des circuits d'injection de sécurité et d'aspersion de l'enceinte du réacteur (1)  par des filtres de conception nouvelle, 

L'ASN a procédé à trois journées inopinées de visite des chantiers (consulter la lettre de suite de l'inspection). Les observations ont notamment porté sur :

-    l'assurance de la qualité du suivi documentaire des activités de maintenance,
-    le respect des dispositions de radioprotection du personnel,
-    le suivi du respect des règles générales d'exploitation en salle de commande au cours d'activités particulières de maintenance,

Durant cet arrêt de tranche, deux évènements significatifs pour la sûreté et deux évènements significatifs pour la radioprotection ont été déclarés à l'ASN. Tous ces évènements significatifs ont été classés au niveau 0. Malgré ces incidents,  l'ASN considère que les conditions de sûreté et de radioprotection ont été globalement satisfaisantes au cours de cet arrêt de réacteur.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués pendant l'arrêt, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné, le 1er août 2008, son accord au redémarrage du réacteur n° 5 de la centrale nucléaire de Gravelines.

1 Le circuit d'injection d'eau de sécurité (RIS) permet, en cas d'accident comme par exemple une fuite importante du circuit primaire du réacteur, d'introduire dans ce circuit de l'eau borée sous haute pression afin d'étouffer la réaction nucléaire et d'assurer le refroidissement du coeur. Le circuit d'aspersion de l'enceinte (EAS) pulvérise, en cas d'accident, de l'eau contenant de la soude dans l'enceinte du réacteur afin d'en diminuer la pression et la température, et d'éliminer l'iode radioactif. Les puisards RIS-EAS permettent de récupérer l'eau issue d'une fuite du circuit primaire pour la ré-injecter dans ce circuit ou de la pulvériser dans l'enceinte.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 21/06/2008

Date de redémarrage : 07/08/2008