Arrêt pour maintenance et rechargement en combustible du réacteur n° 4

Publié le 05/09/2012

Le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a été arrêté, pour maintenance et rechargement en combustible, du 24 mars au 31 août 2012.

Les principaux chantiers réalisés à l'occasion de cet arrêt et contrôlés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été les suivants :

  • le rechargement en combustible ;
  • le contrôle de l’ensemble des piquages identifiés sensibles au phénomène de "fatigue vibratoire";
  • le remplacement des broches des guides de grappes de commande ;
  • l’épreuve hydraulique du circuit secondaire principal.

Pendant cet arrêt, l'ASN a procédé à 3 inspections inopinées qui portaient principalement sur le respect des exigences en matière de sûreté, de radioprotection et de sécurité des personnes.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 29 mai 2012 son accord au redémarrage du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse.

Cependant, au cours des opérations de redémarrage, plusieurs anomalies dues à des erreurs de mise en configuration de circuits et à des non-qualités de maintenance se sont produites et ont obéré le redémarrage du réacteur. Ainsi, sept évènements significatifs se sont produits entre le 24 mai et le 4 juin 2012 à l’occasion du redémarrage du réacteur, qui n’a pas abouti. Parmi ces événements, un événement significatif de niveau 1 s’est produit le 3 juin 2012 et a généré une fuite dans le bâtiment réacteur.

lire l’avis d’incident

L’ASN a procédé à une inspection le 6 juin 2012 pour analyser l’origine de ces incidents.

lire la lettre de suite de l’inspection

Sur la base de ces éléments, l’ASN a annulé le 26 juin 2012 l’autorisation de redémarrage du réacteur n°4 qu’elle avait délivrée le 29 mai 2012.

De plus, considérant à la lumière de ces incidents que le redémarrage du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse ne pouvait être envisagé en toute sûreté sans que des actions correctives et préventives appropriées aient été mises en œuvre, l’ASN a décidé le 10 juillet 2012 de prescrire à EDF un renforcement du contrôle technique et la réalisation d’audits sur les opérations de lignage et de mise en configuration des circuits de ce réacteur.

lire la décision de l’ASN n°2012-DC-0313 du 10 juillet 2012

L’ASN a également demandé à son appui technique, l’IRSN, d’expertiser le transitoire subi par la chaudière lors de l’incident ayant conduit à générer une fuite dans le bâtiment réacteur pour déterminer s’il reste conforme au nombre de transitoires autorisés dans la démonstration de sûreté. A la réception de l’avis IRSN, l’ASN a formulé un certain nombre de demandes complémentaires à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse portant notamment sur le programme de remises en conformité des matériels.

Conformément aux exigences édictées par l’ASN, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a présenté à l’ASN :

  • le plan d’actions et le bilan des opérations destinées à renforcer le contrôle techniques des opérations de lignage et de mise en configuration des circuits ;
  • les justifications techniques permettant de conclure à l’intégrité des équipements ayant subi le transitoire.

Après examen des résultats des contrôles et des travaux effectués durant l’arrêt, l’Autorité de sûreté nucléaire a donné le 17 août 2012 son accord au redémarrage du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Cruas.

Au final, quatorze événements significatifs relevant du domaine de la sûreté, liés aux interventions réalisées au cours de cet arrêt et aux opérations de conduite du réacteur, ont été déclarés par EDF :

  • dix évènements classés au niveau 0 de l’échelle INES ;
  • quatre événements classés au niveau 1 sur l'échelle INES qui concernent :
    • l’arrêt du refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible ;

lire l’avis d’incident

    • l’inétanchéité d’un clapet du système d’injection de sécurité ;

lire l’avis d’incident

    • l’indisponibilité de chaînes de mesure de radioactivité au niveau d’un générateur de vapeur ;

lire l’avis d’incident

    • le dépassement d’un débit de fuite de 2300 litres/heure sur le circuit primaire principal.

lire l’avis d’incident

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014

Dates de l'arrêt du réacteur

Date de l'arrêt : 24/03/2012

Date de redémarrage : 31/08/2012