Rejet involontaire d’effluents gazeux radioactifs

Publié le 22/12/2021

Installation NeurATRIS - CEA 92260 Fontenay-aux-Roses

Le 6 décembre 2021, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a déclaré à l’ASN un événement significatif de radioprotection pour son installation NeurATRIS, située sur le site de Fontenay-aux-Roses (92). Cet événement consiste en un rejet non autorisé d’effluents gazeux radioactifs.

L’installation NeurATRIS se dote d’un un cyclotron permettant de fabriquer, détenir et utiliser des sources radioactives non scellées. L’installation (cyclotron, enceintes blindées, lignes de transfert, ventilations…) est actuellement soumise à des contrôles et vérifications destinées à la réceptionner, des résultats satisfaisants étant un préalable à l’exploitation courante du cyclotron et des équipements associés. La décision d’autorisation, émise à ce jour par l’ASN le 10 avril 2020, restreint donc l’utilisation de ce cyclotron à la seule réalisation des tests de validation de fonctionnement du cyclotron.

Le 1er décembre 2021, dans le cadre des tests impliquant des tirs sur des cibles carbone-11, le CEA a détecté de faibles rejets de carbone-11 sous forme gazeuse (50 MBq environ) alors qu’aucun rejet de ce radionucléide n’est permis par l’autorisation en vigueur. Le CEA a alors interrompu les tests puis mené des investigations afin de déterminer l’origine du rejet. Elles ont permis d’identifier un défaut d’étanchéité du circuit de transfert entre la sortie d’une cible de carbone-11 et les enceintes blindées. De ce fait, une fraction de l’activité a été libérée directement dans la casemate du cyclotron puis, par le système de ventilation de la casemate, vers l'extérieur du bâtiment. L’étanchéité a été rétablie et les essais de réception ont pu reprendre.

Compte tenu des caractéristiques du radionucléide et de la quantité rejetée, l’impact de cet événement sur les personnes présentes au sein du site du CEA ou les riverains demeure extrêmement faible : la dose efficace maximale reçue serait inférieure à 0,01 microsieverts (µSv), ce qui représente 0,001 % de la limite d’exposition d’une personne du public (fixée à 1 mSv/an par le code de la santé publique).       

S’agissant du rejet non autorisé d’un radionucléide dans l’environnement, l’événement est classé au niveau 1 de l’échelle INES, qui comporte 8 niveaux de 0 à 7.

Sous réserve de la validation finale des tests en cours et après analyse de l’étude d’impact détaillée des rejets d’effluents gazeux de l’installation, le fonctionnement normal de ce site sera encadré par une nouvelle décision d’autorisation qui spécifiera, entre autres, la nature et les quantités limites de ces rejets d’effluents gazeux dans l’environnement.

Date de la dernière mise à jour : 22/12/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie