L'ASN classe au niveau 3 de l'échelle INES « radioprotection » l'irradiation d'un travailleur de l'Onera (Toulouse)

Publié le 22/04/2008

Société Hirex Engineering 31000 Toulouse

Le 12 mars 2008, un travailleur de la société Hirex Engineering intervenant au sein de l'établissement de l'Onera à Toulouse a été accidentellement exposé pendant plusieurs minutes aux rayonnements émis par une source radioactive de haute activité de cobalt 60.
 
Ce travailleur est intervenu pendant plusieurs minutes dans un bunker servant à l'irradiation de composants électroniques, alors que la source radioactive utilisée pour cette opération n'était pas dans sa position normale, c'est-à-dire dans son enceinte de sécurité.
 
Cette position anormale résultait d'une mauvaise manipulation lors d'une opération d'irradiation réalisée environ 30 minutes auparavant. Les dispositifs de sécurité de l'installation auraient dû, compte tenu de cette configuration anormale, interdire l'accès de tout intervenant au bunker, ce qui n'a pas été le cas. Ces dysfonctionnements n'ont pas été immédiatement décelés.
 
Dès la constatation de cet accident, la source a été remise dans son enceinte de sécurité.
 
L'ASN, informée de l'événement le 13 mars 2008, a immédiatement interdit l'utilisation du bunker par l'Onera.
 
L'ASN et l'inspection du travail, accompagnées d'experts de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), ont réalisé une inspection sur site le 17 mars. Les constats relevés par les inspecteurs confirment que des dysfonctionnements techniques et organisationnels et de nombreux écarts réglementaires en matière de radioprotection sont à l'origine de l'accident. En particulier, les inspecteurs ont mis en évidence des défaillances des systèmes de sécurité devant normalement interdire l'accès au bunker dans de telles situations. De plus, ils ont relevé des lacunes dans la formation et l'encadrement du personnel en charge des opérations d'irradiation qui ont conduit ce personnel à ne pas déceler immédiatement la position anormale de la source.
 
Le travailleur irradié a été pris en charge par son médecin traitant avec l'assistance de médecins de l'IRSN spécialisés dans ce type d'événement. La reconstitution de cet accident et les résultats des examens biologiques réalisés par l'IRSN ont permis d'évaluer que la dose reçue par cette personne s'élève à 120 millisieverts.
 
L'ASN rappelle que la limite de dose réglementaire d'exposition est de 20 millisieverts par an pour une personne susceptible d'être exposée aux rayonnements ionisants dans le cadre de son activité professionnelle ; elle est de 1 millisievert par an pour le public.
 
L'ASN classe cet événement au niveau 3 de l'échelle des événements radiologiques INES (échelle allant de 0 à 7).
 
L'ASN et son appui technique l'IRSN poursuivent leurs investigations pour déterminer les circonstances exactes de cet accident et notamment les causes du dysfonctionnement des dispositifs de sécurité devant interdire l'accès au bunker en phase d'irradiation.
 
L'ASN engagera des actions spécifiques à l'égard des industriels utilisant un matériel et des installations similaires afin de prévenir la répétition d'un tel accident.

En savoir plus

  • Voir la note d'information ASN du 18 mars 2008

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 3

Incident grave