Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Le radiodiagnostic vétérinaire

Opératrice protégée derrière un écran pour un examen de radiographie vétérinaire équine en salle

Opératrice protégée derrière un écran pour un examen de radiographie vétérinaire équine en salle

La profession compte environ 16 000 praticiens vétérinaires et 14 000 employés non vétérinaires. Les vétérinaires utilisent des appareils de radiodiagnostic dans un cadre similaire à celui des appareils utilisés en médecine humaine.

Les activités de radiodiagnostic vétérinaire portent essentiellement sur les animaux de compagnie :

  • 90 % des 5 793 structures françaises sont équipées d’au moins un appareil ;
  • l’ASN relève par ailleurs un nombre croissant de scanners utilisés dans les applications vétérinaires, une quinzaine de scanners à ce jour à l’échelle nationale ;
  • d’autres pratiques issues du milieu médical ont été plus récemment mises en œuvre. On relève notamment à l’échelle nationale trois centres de scintigraphie, un centre de curiethérapie ainsi que plusieurs projets de centres de radiothérapie.

Les soins pratiqués sur les animaux de grande taille (majoritairement les chevaux) requièrent l’utilisation d’appareils plus puissants dans des locaux spécialement aménagés (radiographie du bassin par exemple) et l’utilisation de générateurs de rayons X portables utilisés dans des locaux, dédiés ou non, ainsi qu’à l’extérieur.

Cette activité, à fort enjeu de radioprotection pour les vétérinaires et les lads, fait l’objet d’une priorité de contrôle de l’ASN.

Les appareils utilisés dans le secteur vétérinaire proviennent parfois du secteur médical. Cependant, la profession s’équipe de plus en plus d’appareils neufs développés spécifiquement pour ses besoins.

Date de la dernière mise à jour : 03/01/2014