Rapsodie/LDAC

L’Installation nucléaire de base (INB) 25 est située sur le centre CEA de Cadarache.Le réacteur expérimental RAPSODIE est le premier réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium (d’où son nom formé à partir de « RAPide » et « SODIum ») construit en France. D’une puissance nominale de 40 mégawatts, il a démarré en 1967 et a fonctionné jusqu’en 1978. Une fuite sur le circuit primaire a été détectée en 1978. Un défaut d’étanchéité de la cuve du réacteur a conduit à son arrêt définitif le 15 avril 1983.

Réacteur de recherche - CEA

Le réacteur Rapsodie (INB 25) est le premier réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium construit en France. Il a fonctionné de 1967 à 1978. Un défaut d’étanchéité de la cuve du réacteur a conduit à son arrêt définitif en 1983. Des opérations de démantèlement ont été entreprises par la suite, mais ont été, en partie, arrêtées consécutivement à un accident mortel survenu en 1994 lors du lavage d’un réservoir de sodium. Le cœur est actuellement déchargé, les combustibles ont été évacués de l’installation, les fluides et les composants radioactifs ont été éliminés et la cuve du réacteur est confinée. La piscine du réacteur a été vidée, partiellement assainie et démantelée et les déchets contenant du sodium évacués.

L’instruction du dossier de démantèlement de l’INB 25, transmis par l’exploitant fin 2014 et complété en 2016, est en cours. L’exploitant poursuit en parallèle les travaux d’assainissement et de préparation au démantèlement.

Appréciations 2019

L’ASN estime que le niveau de sûreté de Rapsodie en 2019 est globalement satisfaisant, notamment concernant la gestion des déchets. Néanmoins, l’exploitant doit améliorer la surveillance de ses intervenants extérieurs, ainsi que le suivi des charges calorifiques présentes dans l’installation.

L’ASN estime que le niveau de sûreté de Rapsodie en 2019 est globalement satisfaisant, notamment concernant la gestion des déchets. Néanmoins, l’exploitant doit améliorer la surveillance de ses intervenants extérieurs, ainsi que le suivi des charges calorifiques présentes dans l’installation.

Date de la dernière mise à jour : 29/05/2020