Entreposage confiné de résidus issus de la conversion (Écrin)

L’établissement d’Orano Écrin sur le site de Malvési convertit depuis 1960 l’uranium naturel provenant des mines en tétrafluorure d’uranium (UF4 ).

Entreposage de substances radioactives - Orano Cycle

L’INB 175, dénommée Écrin, est située dans la commune de Narbonne, dans le département de l’Aude, au sein du site de Malvési exploité par Orano Cycle et dans lequel sont transformés les concentrés issus des mines d’uranium en tétrafluorure d’uranium, ce qui constitue la première étape de constitution d’un combustible à l’uranium (hors extraction de minerais). Le procédé de transformation produit des effluents liquides contenant des boues nitratées chargées en uranium naturel, qui sont décantés et évaporés dans des lagunes de l’installation. L’ensemble de l’usine est soumis au régime des ICPE Seveso seuil haut.

Les deux bassins d’entreposages historiques de boues (B1 et B2) de l’usine, qui ne sont plus utilisés dans le procédé depuis la rupture de la digue du bassin B2 en 2004, constituent l’INB Écrin. Le classement de ces deux bassins comme installation nucléaire de base est dû à la présence de traces de radio‑isotopes artificiels issus de campagnes de traitement d’uranium de retraitement en provenance du site de Marcoule. Cette INB a été autorisée par décret du 20 juillet 2015 pour l’entreposage de déchets radioactifs pour une durée de trente ans et pour un volume de déchets limité à 400 000 m3 et d’activité radiologique totale inférieure à 120 térabecquerels.

Appréciations 2019

Les deux bassins d’entreposages historiques de boues (B1 et B2) de l’usine, qui ne sont plus utilisés dans le procédé depuis la rupture de la digue du bassin B2 en 2004, constituent l’INB Écrin. Le classement de ces deux bassins comme installation nucléaire de base est dû à la présence de traces de radio‑isotopes artificiels issus de campagnes de traitement d’uranium de retraitement en provenance du site de Marcoule. Cette INB a été autorisée par décret du 20 juillet 2015 pour l’entreposage de déchets radioactifs pour une durée de 30 ans et pour un volume de déchets limité à 400 000 m3 et d’activité radiologique totale inférieure à 120 TBq (térabecquerels).

La mise en service de l’installation a été autorisée par la décision n°2018-DC-0645 de l’ASN du 12 octobre 2018, qui a permis en 2019 à l’exploitant de débuter les travaux définis dans le décret d’autorisation, notamment la création d’une alvéole au sud du bassin B2, dont la finalité est d’entreposer les matériaux issus de la vidange des bassins B5 et B6. À l’issue de l’ensemble de ces travaux, une couverture bitumineuse sera mise en place sur les bassins de l’INB.

Par ailleurs, dans le cadre du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR), l’ASN a demandé à Orano Cycle d’étudier les différentes options de stockage à long terme pour les déchets contenus dans l’installation Écrin. L’instruction de ces études est en cours.

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de protection de l’environnement d’Écrin est satisfaisant. Elle porte notamment un jugement positif sur le traitement d’anomalies apparues sur la digue ouest du bassin B1.

Date de la dernière mise à jour : 02/06/2020