Centrale nucléaire du Blayais

Le site du Blayais abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Gironde, à 50 km au nord de Bordeaux.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division de Bordeaux

Le site en bref

Le site du Blayais abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Gironde, à 50 km au nord de Bordeaux.

Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 900 MWe.

Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base (INB) 86, les réacteurs 3 et 4 l'INB 110.

Appréciations 2019

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire du Blayais rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF en matière de sûreté nucléaire, et qu’elles sont en retrait en matière de radioprotection. Les performances en matière de protection de l’environnement, bien que comparables à la moyenne du parc nucléaire, doivent être améliorées.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN estime que la centrale est en progression dans le domaine de la maintenance, et fait preuve d’une bonne maîtrise dans la réalisation des travaux pendant les arrêts de réacteur. Cependant, l’ASN constate encore des défauts dans la qualité de la documentation opérationnelle pour la préparation et la réalisation des activités. L’ASN considère que ces défauts concourent à un manque dans le suivi des procédures, qui subsiste en 2019 malgré la mise en place d’un plan d’action à ce sujet. Des défauts de surveillance en salle de commande, notamment dus aux sollicitations multiples des opérateurs, ont été relevés dans plusieurs événements significatifs. Par ailleurs, l’ASN constate en 2019 une succession d’événements susceptibles de porter atteinte à la gaine du combustible, première barrière de confinement des substances radioactives.

Dans le domaine de la radioprotection des travailleurs, l’ASN considère que la situation s’est dégradée sur différents aspects liés à la maîtrise de la propreté radiologique, au comportement des intervenants, ainsi qu’à l’organisation des chantiers. De plus, l’ASN constate un manque de prise en compte du retour d’expérience sur l’année, illustré notamment par une série d’événements au cours du dernier des quatre arrêts de réacteur de 2019.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN considère que l’exploitant tarde à apporter des solutions correctives pérennes aux pollutions historiques des sols et nappes souterraines détectées ces dernières années. Elle note toutefois que les investigations menées par le site progressent. De plus, des rejets liquides non radioactifs non conformes sont survenus, en lien avec les difficultés qu’éprouve l’exploitant à entretenir ses réseaux d’eaux usées.

En matière d’inspection du travail, l’ASN a assuré le suivi des dossiers de conformité des ponts lourds, des outillages de fabrication locale, et de la ventilation des locaux à pollution spécifique. Les délais de diagnostic et de remise en conformité sont jugés trop longs. En collaboration avec la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), l’ASN a identifié une mauvaise maîtrise du risque lié à l’amiante. Un contrôle sur les temps de travail des salariés a également été engagé.

Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

Réacteur 3

Réacteur 4

Décret d'utilité publique

29/12/1975

Décret de création

14/06/1976

05/02/1980

Date de 1ère divergence

20/05/1981

27/06/1982

29/07/1983

01/05/1983

Autorisation d'utiliser le MOX

02/09/1997

25/05/1994

28/05/2013

28/05/2013

Arrêté de rejets d'effluents liquides et gazeux

18/09/2003

Mise en service

29/05/1986

Faits marquants

Le site a procédé au remplacement des trois générateurs de vapeur du réacteur 1 en février et mars 2009. Ces gros composants en acier, pesant chacun quelque 300 tonnes, assurent la transmission énergétique entre le circuit primaire du réacteur et le circuit secondaire : l’eau du circuit secondaire s’y transforme en vapeur, avant d’entraîner la rotation de la turbine, qui produit l’électricité.

L’ASN a contrôlé attentivement toutes les phases de ce chantier de grande ampleur. Elle estime qu’il s’est globalement bien déroulé. Les enseignements et pistes d’améliorations seront utilisés pour améliorer les chantiers similaires qui doivent se dérouler au cours des prochaines années sur d’autres centrales nucléaires.

Date de la dernière mise à jour : 29/05/2020