Centrale nucléaire du Blayais

Le site du Blayais abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Gironde, à 50 km au nord de Bordeaux.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division de Bordeaux

Le site en bref

Le site du Blayais abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Gironde, à 50 km au nord de Bordeaux.

Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 900 MWe.

Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base (INB) 86, les réacteurs 3 et 4 l'INB 110.

Appréciations 2017

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire du Blayais en matière de sûreté nucléaire, de protection de l’environnement et de radioprotection rejoignent globalement l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF.

En matière de sûreté, l’ASN note que les quatre arrêts de réacteur pour maintenance et rechargement en combustible se sont globalement bien déroulés. Cependant, l’ASN constate que le site rencontre des difficultés persistantes pour planifier, préparer et réaliser les essais périodiques prescrits par les règles générales d’exploitation pour garantir le bon fonctionnement des matériels. La qualité de la documentation opérationnelle est toujours un point faible pour le bon déroulement de ces essais, et plus généralement pour les activités de conduite et de maintenance.

En matière de radioprotection, l’ASN constate que le site continue à progresser dans l’optimisation des doses de rayonnement reçues par les intervenants et la maîtrise de la propreté radiologique sur les chantiers pendant les arrêts de réacteur, notamment grâce à la prise en compte satisfaisante du retour d’expérience des arrêts de réacteur antérieurs. L’ASN note de manière favorable les mesures prises par le site afin de mettre en œuvre, en 2018, la démarche Everest consistant à entrer en bleu de travail en zone contrôlée.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN considère que le site doit améliorer la maîtrise du confinement de ses effluents radioactifs liquides. Par ailleurs, l’ASN estime que le site doit améliorer les contrôles de bon fonctionnement des équipements utilisant des fluides frigorigènes pour assurer la régulation thermique de certains locaux, bien que les émissions de ces gaz qui contribuent à l’effet de serre aient nettement diminué en 2017.

Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

Réacteur 3

Réacteur 4

Décret d'utilité publique

29/12/1975

Décret de création

14/06/1976

05/02/1980

Date de 1ère divergence

20/05/1981

27/06/1982

29/07/1983

01/05/1983

Autorisation d'utiliser le MOX

02/09/1997

25/05/1994

28/05/2013

28/05/2013

Arrêté de rejets d'effluents liquides et gazeux

18/09/2003

Mise en service

29/05/1986

Faits marquants

Le site a procédé au remplacement des trois générateurs de vapeur du réacteur n°1 en février et mars 2009. Ces gros composants en acier, pesant chacun quelque 300 tonnes, assurent la transmission énergétique entre le circuit primaire du réacteur et le circuit secondaire : l’eau du circuit secondaire s’y transforme en vapeur, avant d’entraîner la rotation de la turbine, qui produit l’électricité.

L’ASN a contrôlé attentivement toutes les phases de ce chantier de grande ampleur. Elle estime qu’il s’est globalement bien déroulé. Les enseignements et pistes d’améliorations seront utilisés pour améliorer les chantiers similaires qui doivent se dérouler au cours des prochaines années sur d’autres centrales nucléaires.

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018