Centre de stockage de la Manche (CSM)

Le Centre de stockage de la Manche (CSM) est implanté dans le département de la Manche, sur le territoire de la commune de Digulleville, à 15 km à l'ouest de Cherbourg et à l'est de l'établissement Orano de La Hague avec lequel il possède une clôture mitoyenne.

Stokage de substance radioactives - Andra

Installation contrôlée par

la division de Caen

L'installation en bref

Le Centre de stockage de la Manche (CSM) est implanté dans le département de la Manche, sur le territoire de la commune de Digulleville, à 15 km à l'ouest de Cherbourg et à l'est de l'établissement Orano de La Hague avec lequel il possède une clôture mitoyenne. Il a réceptionné et stocké ses derniers colis en juin 1994. Sa capacité finale de stockage avoisine les 530 000 m3. Il est désormais recouvert d'une couverture destinée à protéger les ouvrages de toute infiltration d'eau. Ce site est géré par l'Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs (ANDRA).

Appréciations 2017

L’ASN considère que l’état et l’exploitation des installations du Centre de stockage de la Manche (CSM) sont satisfaisants. L’Andra doit cependant poursuivre ses efforts pour renforcer la stabilité de la couverture et la suppression des infiltrations résiduelles d’eaux pluviales dans le stockage en bord de membrane.

L’instruction du dossier d’orientations de réexamen périodique a abouti à des demandes de l’ASN fin 2017 sur des sujets sur lesquels l’Andra prend du retard (justification des principes techniques de mise en œuvre de la couverture pérenne, dispositif mémoriel du CSM) et sur des thématiques à enjeux pour le prochain réexamen périodique, notamment la mise à jour de l’étude d’impact.

Une nouvelle version du plan d’urgence interne a été autorisée par l’ASN en avril 2017 et l’instruction de la demande de modification de périmètre INB de l’installation s’est poursuivie en 2017 et devrait aboutir en 2018.

L’ Andra devra poursuivre l’évaluation de l’efficacité de la tranchée drainante mise en place au cours de l’année 2016 derrière la chambre de drainage n° 11 (CD11) afin de collecter une partie des eaux pluviales en amont de celle-ci et poursuivre les investigations visant à caractériser les infiltrations détectées en 2016 au niveau de la CD14.

Au cours de l’année 2017, l’Andra a transmis à l’ASN deux demandes d’autorisation relatives, pour l’une, à la mise à jour de l’étude déchets et, pour l’autre, à la révision des règles générales d’exploitation du CSM. Ces demandes d’autorisation visent notamment à prendre en compte les prescriptions de la décision n° 2015-DC-0508 de l’ASN du 21 avril 2015 relative à l’étude sur la gestion des déchets et au bilan des déchets produits dans les installations nucléaires de base.

Principales étapes réglementaires

Ce site, installation nucléaire de base n°66, a été créé en 1969 (décret de création du 19 juin 1969) et était alors le premier centre français de stockage en surface de déchets radioactifs de faible et moyenne activité à vie courte, c'est à dire inférieure à 30 ans.

Sorti de sa phase de réception, le CSM est entré, par décret du 10 janvier 2003, en phase de surveillance active pendant une période minimale de 10 ans (suivi de l'évaluation de l'impact radiologique et chimique du centre sur l'environnement, suivi du comportement du stockage, engagement d'aménagements ou de réparations si nécessaire).

A noter que le décret du 10 janvier 2003 encadre également les autorisations de prélèvement d'eau et de rejet des effluents liquides du site.

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018