Centrale nucléaire de Paluel

Le site de Paluel abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Seine-Maritime, à 30 km au sud-ouest de Dieppe. Le site se trouve à une centaine de kilomètres de la Grande-Bretagne. Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance unitaire de 1300 MWe.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division de Caen

Le site en bref

Le site de Paluel abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Seine-Maritime, à 30 km au sud-ouest de Dieppe.Le site se trouve à une centaine de kilomètres de la Grande-Bretagne. Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance unitaire de 1300 MWe.Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base (INB) n°103, le réacteur 2 l'INB n°104, le réacteur 3 l'INB n°114 et le réacteur 4 l'INB n°115.

Le site dispose d’une des bases régionales de la Force d’action rapide du nucléaire (FARN), force spéciale d’intervention créée en 2011 par EDF, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima. Son objectif est d’intervenir, en situation pré-accidentelle ou accidentelle, sur n’importe quelle centrale nucléaire en France, en apportant des renforts humains et des moyens matériels de secours.

Appréciations 2018

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Paluel en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF et que les performances sont plus satisfaisantes pour la protection de l’environnement.

Concernant l’exploitation et la conduite des réacteurs, l’ASN considère que les performances du site sont globalement satisfaisantes, même si la programmation des essais périodiques doit être réalisée de manière plus rigoureuse, notamment lors des arrêts de réacteur. L’ASN estime qu’il conviendrait d’améliorer la gestion des inhibitions de la détection incendie et la qualité des analyses de risque lors des interventions. Enfin, l’ASN estime nécessaire de poursuivre l’amélioration de la rigueur relative à la préparation et au contrôle des activités de maintenance.

Concernant le réacteur 2, la visite décennale débutée en mai 2015 s’est terminée en juillet 2018. L’ASN considère que les opérations de réparation sur les équipements impactés par la chute du générateur de vapeur en 2016 ont été réalisées de manière satisfaisante. Le réacteur 2 est le premier du palier 1 300 MWe pour lequel EDF a procédé au remplacement des générateurs de vapeur. L’ASN considère que les opérations de requalification menées, dont l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal, ont été réalisées de manière satisfaisante. Enfin, l’ASN a contrôlé la résorption des diverses difficultés matérielles lors du redémarrage du réacteur arrêté depuis plus de trois ans.

Concernant le réacteur 3, l’ASN considère que cet arrêt s’est déroulé de façon globalement satisfaisante, même si sa durée s’est allongée compte tenu d’un aléa rencontré au niveau du couvercle de la cuve du réacteur. L’ASN relève également qu’il conviendrait d’améliorer la prise en compte de l’évolution de la corrosion sur les équipements situés à l’extérieur des bâtiments.

En matière de radioprotection, l’ASN considère que l’organisation mise en place est satisfaisante lors du fonctionnement des réacteurs. Il conviendrait cependant d’améliorer, lors des arrêts de réacteur, la gestion des entrées en zone contrôlée et la maîtrise du risque de contamination. Plusieurs événements significatifs traduisent un manque de culture de radioprotection de certains intervenants.

En matière de protection de l’environnement, l’ASN considère que l’organisation mise en place pour la gestion des rejets et des déchets est satisfaisante. Le site a fait en 2018 un effort significatif pour améliorer l’étanchéité de ses groupes frigorigènes. La gestion des entreposages des déchets radioactifs dans le bâtiment dédié doit par contre être encore améliorée.

Principales étapes réglementaires

 Réacteur 1

 Réacteur 2

 Réacteur 3

 Réacteur 4

 Décret d'utilité publique

 23/07/1975

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

 10/11/1978

 03/04/1981

 Date de 1ère divergence

 13/05/1984

 11/08/1984

 07/08/1985

 29/03/1986

 Autorisation d'utiliser le MOX

 Non

 Arrêté de rejets d'effluents liquides et gazeux

 Arrêté ministériel du 11 mai 2000

 Mise en service

 Lettre SIN n°3136/88

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019