Site de Saclay

Le site nucléaire de Saclay est situé à environ 20km de Paris, à la limite de l'Essonne et des Yvelines. Fondé au début des années 1950, ce site est l'un des plus importants centre de recherche du CEA, et occupe 200 hectares.

CEA de Saclay

Le site en bref

Le centre d’études de Saclay, d’une superficie de 223 hectares, est situé à environ 20 km au sud‑ouest de Paris, dans le département de l’Essonne. Environ 6 000 personnes y travaillent. Ce centre est principalement dédié, depuis 2005, aux sciences de la matière, à la recherche fondamentale et à la recherche appliquée. Les applications concernent la physique, la métallurgie, l’électronique, la biologie, la climatologie, la simulation, la chimie et l’environnement. La recherche appliquée nucléaire a pour objectif principal l’optimisation du fonctionnement des centrales nucléaires françaises et leur sûreté. Huit INB sont implantées dans ce centre. Il accueille également une antenne de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (institut de formation) et deux entreprises à vocation industrielle : Technicatome, qui conçoit des réacteurs nucléaires de propulsion navale, et CIS bio international, usine de production de médicaments radiopharmaceutiques pour la médecine nucléaire.

Appréciations 2019

L’ASN considère que les INB du centre de Saclay sont exploitées dans des conditions de sûreté satisfaisantes et constate que certaines opérations importantes pour la protection des personnes et de l’environnement ont été menées à leur terme. Ainsi, le CEA a annoncé en août 2019 la fin des opérations de démantèlement du réacteur Ulysse. Les évacuations des combustibles irradiés provenant des réacteurs du centre se sont poursuivies, contribuant à la diminution du terme source entreposé dans les INB concernées.

Au travers de ses contrôles, l’ASN a constaté une situation satisfaisante en matière d’organisation globale mise en place pour suivre les rejets des INB et surveiller l’environnement. Le processus relatif à la gestion des modifications notables pour les INB est par ailleurs bien documenté, mais des glissements récurrents de plannings sont constatés, retardant la mise en œuvre de modifications matérielles ou des mises à jour de référentiels d’exploitation.

L’ASN considère que le CEA doit maintenir sa vigilance sur la réalisation des contrôles et essais périodiques de ses équipements, notamment concernant le respect des échéances et la validation des opérations réalisées avant remise en service des équipements. Il doit également veiller à la disponibilité opérationnelle des moyens concourant à la protection contre l’incendie ou à la gestion des situations accidentelles et de crise.

Concernant l’organisation et les moyens de crise, le CEA a transmis, au deuxième trimestre 2019, une mise à jour de son plan d’urgence interne (PUI). Toutefois, le CEA doit veiller à mettre à jour les documents opérationnels des INB dans les meilleurs délais afin qu’ils correspondent à l’état des installations et s’assurer que les dispositions fixées par l’ASN en matière de préparation et de gestion des situations d’urgence sont correctement prises en compte.

Comme en 2018, le CEA rencontre encore des difficultés pour la réalisation de prescriptions techniques dans les échéances fixées par l’ASN.

Les opérations de démantèlement, de reprise et de conditionnement des déchets continuent à prendre du retard. L’ASN considère que l’avancement des projets de démantèlement fait partie des enjeux majeurs pour la sûreté des installations arrêtées et que la gestion des déchets issus des opérations de démantèlement constitue un point crucial pour le bon déroulement des programmes de démantèlement. La plupart des INB du centre CEA de Saclay sont concernées, directement ou indirectement, par des opérations de démantèlement ou de préparation au démantèlement. Au vu des retards structurels des opérations préparatoires au démantèlement, l’ASN attend que le CEA rende plus robuste ses plannings de mise en œuvre des opérations. L’ASN exercera une vigilance particulière sur le contrôle de l’avancement des projets de démantèlement et de reprise et conditionnement de déchets, dans l’objectif de s’assurer de la maîtrise des calendriers.

Par ailleurs, à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, l’ASN avait lancé une démarche d’évaluation complémentaire de sûreté des installations nucléaires. En particulier, les moyens de gestion de crise des centres avaient été examinés pour le centre de Saclay. L’ASN a prescrit en 2016 la réalisation de nouveaux moyens pour la gestion de crise, notamment la construction ou le renforcement de centres de crise « noyau dur » résistant à des conditions extrêmes. Face aux retards avérés dans la mise en œuvre des nouveaux bâtiments de gestion de crise, l’ASN a mis en demeure le CEA en septembre 2019 de déposer un dossier relatif à la justification et au dimensionnement de ses futurs locaux de gestion des situations d’urgence avant fin 2019. Dans le courrier de transmission de son dossier, le CEA s’engage à déposer une demande de mise en service de ces locaux en juin 2020.

Maîtrise de l’urbanisation autour du site de Saclay

Le projet de gare CEA – Saint-Aubin, sur le tracé de la future ligne 18, se situe au niveau du rond‑point du Christ de Saclay. Ce projet n’est pas compatible avec les restrictions d’urbanisme actuellement en vigueur.

Actuellement, la maîtrise de l’urbanisation autour de Saclay repose sur des zones de danger issues d’études retenant des hypothèses qui ne sont plus d’actualité, compte tenu des évolutions des INB du CEA et de CIS bio international. L’ASN avait donc demandé au CEA et à CIS bio international d’actualiser ces études pour évaluer les impacts de ces INB sur le projet de ligne 18.

Ces actualisations, réalisées en tenant compte de l’arrêt du réacteur Orphée et de l’évacuation de l’iode-131 de l’installation de CIS bio international, ne montrent pas d’atteinte de la gare par des zones de danger. L’instruction réalisée par l’ASN confirme ces résultats. En 2020, l’ASN se prononcera sur la réduction effective des risques induits par les INB du site, ce qui permettra une révision des dispositions prévues pour la maîtrise de l’urbanisation.

Les installations du CEA de Saclay

N° D'INB

Nom

Activité

 18

 Ulysse

 Réacteur d'enseignement, en phase de cessation définitive d'exploitation.

 35

 STEL

Station de traitement et d'entreposage des effluents liquides radioactifs de faible et moyenne activité du centre. Prochaine mise en service de STELLA, installation de cimentation des concentrats de traitement.

 40

 Osiris

Osiris est un réacteur de recherche de type piscine. Il permet l'irradiation de combustibles nucléaires ou de matériaux ainsi que la production de radioéléments artificiels. Isis est un réacteur « maquette » destiné à tester les nouvelles configurations de coeur pour Osiris. Il se destine à terme à la fonction de « réacteur école ».

 49

 LHA

Laboratoire de haute activité : 4 cellules sur 17 sont encore en fonctionnement, les autres cellules sont assainies ou en cours d'assainissement. Les LHA devraient être assainis d'ici les 1 à 2 années à venir pour laisser place à d'autres activités.

 50

 LECI

Laboratoire d'expertise des matériaux et combustibles irradiés. Une procédure d'extension de cette installation a eu lieu afin d'autoriser le fonctionnement d'une nouvelle ligne de cellules blindées dans le cadre de nouvelles expertises.

 72

 déchets

Cette installation est dédiée au traitement et à l'entreposage de déchets radioactifs solides, provenant essentiellement des installations du centre de Saclay et de la collecte nationale des sources sans usage.

 77

 Poséidon

Cet « irradiateur piscine» met à disposition de tout utilisateur (industriel, scientifique,...), le rayonnement gamma issu des sources scellées de cobalt 60.

 101

 Orphée

Réacteur de type piscine, Orphée est destiné à produire des neutrons thermiques pour la recherche fondamentale. Cette installation dispose aussi d'une expérience en neutronographie industrielle.

Le centre de Saclay abritait également les INB 48 (accélérateur circulaire d'ions positifs SATURNE) et 43 (accélérateur linéaire d'électrons), mais ces installations, aujourd'hui démantelées, ont été rayées de la liste des installations nucléaires de base en 2005 et 2006

Par ailleurs, le centre de Saclay est constitué de nombreux autres laboratoires de recherche réglementés, le cas échéant, au titre du Code de l'Environnement comme installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Ces installations relèvent de la compétence du Préfet du département de l'Essonne.

Actualités

Actualités des installations nucléaires du site de Saclay

Lettres de suite d'inspections

Lettres de suite d'inspections des installations nucléaires du site de Saclay

Avis d'incidents

Avis d'incident des installations nucléaires du site de Saclay

Courriers de position

Courriers de position des installations nucléaires du site de Saclay

Réglementation

Réglementation concernant les installations nucléaires du site de Saclay

Participation du public

Participation du public concernant les installations nucléaires du site de Saclay

Date de la dernière mise à jour : 29/05/2020