Centrale nucléaire de Cattenom

Le site de Cattenom abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Moselle, à 5 km de Thionville.
Le site se trouve à 10 km du Luxembourg et de l'Allemagne. Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d'une puissance de 1300 MWe.
Les réacteurs 1, 2, 3 et 4 constituent respectivement les installations nucléaires de base (INB) 124, 125, 126 et 137.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Cattenom est située sur la rive gauche de la Moselle, à 5 km de la ville de Thionville et à 10 km du Luxembourg et de l’Allemagne.

Le site comprend quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance unitaire de 1 300 MWe, mis en service entre 1986 et 1991, et qui produisent chaque année environ 37 TWh, soit 7 % de la production nationale d’EDF. Les réacteurs 1, 2, 3 et 4 constituent respectivement les INB 124, 125, 126 et 137.

Appréciations 2019

L’ASN considère que, malgré une relative amélioration en 2018, l’année 2019 a été marquée par une nouvelle dégradation des performances de la centrale de Cattenom en matière d’exploitation et de maintenance, sans toutefois que les indicateurs de mesure de la sûreté se détachent fortement par rapport à la moyenne des centrales exploitées par EDF.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, les résultats ont été maîtrisés de manière satisfaisante dans un contexte marqué par un épisode de canicule. Enfin, en matière de radioprotection, les résultats restent contrastés malgré les efforts entrepris.

Plusieurs événements ont mis en lumière un manque de rigueur dans la préparation ou la réalisation des activités d’exploitation des réacteurs, et des écarts techniques ou documentaires ont été constatés lors d’interventions sur le terrain. En matière de maintenance, l’année 2019 a été marquée par un programme chargé, avec trois arrêts de réacteurs pour visite partielle, dont deux se sont en partie chevauchés, notamment du fait de retards liés à des aléas lors du redémarrage. Dans cette situation de charge industrielle importante, des activités de maintenance ont montré des faiblesses dans la réalisation des gestes techniques (conduisant à des erreurs de maintenance) ou dans les requalifications de matériels. La capacité à gérer les événements fortuits, le délai de déclaration et la qualité d’analyse des événements significatifs restent satisfaisants.

L’exploitant a pris la mesure de la baisse de performance et a lancé un plan d’action pour améliorer la rigueur d’exploitation fin 2019.

En matière d’environnement, l’année 2019 a été marquée par les effets de la canicule, avec un étiage long et important de la Moselle. Le site a ainsi dû recourir au fonctionnement en recirculation de la retenue voisine du Mirgenbach. Par ailleurs, la réserve du barrage du Vieux‑Pré a été fortement sollicitée en soutien au débit de la Moselle pour compenser le prélèvement d’eau nécessaire au fonctionnement des tours aéroréfrigérantes. Aucun déversement accidentel n’a été déclaré en 2019, mais deux événements liés à la maîtrise des rejets aqueux et atmosphériques ont été relevés.

En matière de radioprotection, l’année 2019 a été marquée par la survenue d’écarts portant sur le respect des règles de base pour l’accès en zone classée et sur la maîtrise de la dispersion de la contamination, dans un contexte de forte activité liée aux arrêts de réacteurs. Cependant les engagements pris par le site depuis 2017 pour améliorer la radioprotection ont été largement respectés.

Enfin, en matière de sécurité au travail, l’ASN a constaté qu’une dynamique est en place sur le thème de la maîtrise des risques d’atmosphère explosive qui doit être poursuivie.

Une inspection portant sur la régularité des conditions d’intervention d’entreprises internationales sur le territoire français a été réalisée en commun avec des inspecteurs de l’Unité régionale d’appui et de contrôle de lutte contre le travail illégal (Uracti) de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte). Elle a permis d’identifier des écarts concernant des entreprises sous‑traitantes lors du déroulement de leurs interventions.

Principales étapes réglementaires

 Réacteur 1

 Réacteur 2

 Réacteur 3

 Réacteur 4

 Décret d'utilité publique

 11/10/1978

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

 24/06/1982

 29/02/1984

 Date de 1ère divergence

 24/10/1986

 07/08/1987

 16/02/1990

 04/05/1991

 Autorisation d'utiliser le MOX

 -

 Arrêtés de rejets d'effluents radioactifs
 - gazeux
 - liquides

 Anciens arrêtés abrogés

 Arrêté préfectoral de rejets d'eaux non radioactifs

 Anciens arrêtés abrogés

 Nouvel arrêté de rejets d'effluents liquides et gazeux

 23/06/2004

 Mise en service

 24/06/1992

 06/07/1994

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020