Réacteurs en démantèlement A1 et A2 de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz).

Installation en démantèlement - EDF

Installation contrôlée par

la division d'Orléans

L'installation en bref

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz).

EN SAVOIR PLUS

Une inspection de revue de l'ASN sur le thème du démantèlement

Lancer la vidéo

En mars 2013, onze inspecteurs de l’ASN ont réalisé pendant une semaine entière une inspection approfondie (dite "inspection de revue") sur le thème du démantèlement.

Appréciations 2017

L’ASN considère que le niveau de sûreté de l’ancienne centrale de Saint-Laurent-des-Eaux est satisfaisant à court terme.

EDF a annoncé en 2016 un changement de stratégie pour le démantèlement de ses réacteurs UNGG et remis en 2017 les éléments demandés par l’ASN qui feront l’objet d’une instruction en 2018 (voir chapitre 15). L’ASN examinera par ailleurs en 2018 le réexamen périodique des réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux A1 et A2 dont le rapport de conclusions est arrivé fin 2017.

Les opérations d’évacuation de déchets liquides et solides se sont poursuivies dans le cadre du démantèlement des réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux A. Un plan d’action spécifique aux déchets historiques de l’installation a été élaboré et présenté à l’ASN. EDF projette, dans ce cadre, de créer un nouveau sas de caractérisation des déchets historiques et recherche une solution d’entreposage pour rassembler les « déchets historiques avec filière en projet » et les « déchets historiques sans filières ». L’ASN sera vigilante au respect des échéances présentées et des actions engagées.

Les chantiers avec un risque de contamination « alpha » étaient interrompus depuis 2016 à la suite de la découverte de contaminations internes avérées de personnes survenues sur de tels chantiers. Les activités ont repris depuis juin 2017. L’ASN a vérifié que toutes les actions correctives définies par EDF à la suite de la découverte de ces contaminations sont correctement réalisées. Un plan d’action de rigueur de travail a été engagé et présenté à l’ASN. L’ASN s’assurera en 2018 de la poursuite de la mise en œuvre des mesures et des actions correctives définies.

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018