Réacteurs en démantèlement A1 et A2 de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz).

Installation en démantèlement - EDF

L'installation en bref

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz). L’ancienne centrale de Saint‑Laurent‑des‑Eaux constitue une installation nucléaire de base qui comprend deux réacteurs UNGG « intégrés », les réacteurs Saint‑Laurent‑des‑Eaux A1 et A2. Leur mise à l’arrêt définitif a été prononcée respectivement en 1990 et 1992. Le démantèlement complet de l’installation a été autorisé par le décret du 18 mai 2010.

EN SAVOIR PLUS

Une inspection de revue de l'ASN sur le thème du démantèlement

Lancer la vidéo

En mars 2013, onze inspecteurs de l’ASN ont réalisé pendant une semaine entière une inspection approfondie (dite "inspection de revue") sur le thème du démantèlement.

Appréciations 2019

L’ancienne centrale de Saint‑Laurent‑des‑Eaux constitue une INB qui comprend deux réacteurs UNGG « intégrés », les réacteurs Saint‑Laurent‑des‑Eaux A1 et A2. Ces réacteurs de première génération, qui fonctionnaient avec de l’uranium naturel comme combustible, utilisaient le graphite comme modérateur et étaient refroidis au gaz. Leur mise à l’arrêt définitif a été prononcée respectivement en 1990 et 1992. Le démantèlement complet de l’installation a été autorisé par le décret du 18 mai 2010.

En mars 2016, EDF a annoncé un changement complet de stratégie de démantèlement de ses réacteurs définitivement à l’arrêt (voir chapitre 13).

L’ASN, qui instruit le rapport de conclusions du réexamen périodique de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A transmis fin 2017, a réalisé une inspection spécifique en 2019. L’ASN a relevé que l’organisation mise en place par EDF pour la conduite de ce réexamen est satisfaisante, mais a néanmoins constaté que la justification de certaines analyses de conformité pouvait être améliorée.

En 2019, les chantiers de démantèlement se sont poursuivis, mais plusieurs d’entre eux ont pris du retard dans leur réalisation, à la suite de difficultés organisationnelles et techniques, ou de problématiques liées à la présence d’amiante. EDF a également poursuivi ses efforts pour évacuer les déchets liquides et solides.

L’ASN considère que le niveau de sûreté des réacteurs de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A est satisfaisant. L’ASN a constaté, lors de ses inspections, une bonne tenue générale des locaux et des chantiers. De plus, l’organisation et les outils mis en place pour le suivi des écarts et la surveillance des intervenants extérieurs sont satisfaisants. Cependant, l’organisation de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A, relative à la gestion des situations d’urgence, doit être améliorée afin de mieux prendre en compte les spécificités des installations en démantèlement. L’ASN sera également attentive à la gestion des déchets liquides, notamment aux solutions qui seront proposées par EDF pour faire suite à l’événement de perte de confinement de deux fûts sur une aire d’entreposage de déchets nucléaires, détectée à l’été 2019.

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020