Réacteurs en démantèlement A1 et A2 de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz).

Installation en démantèlement - EDF

L'installation en bref

Le site de Saint-Laurent-des-Eaux comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz). L’ancienne centrale de Saint‑Laurent‑des‑Eaux constitue une installation nucléaire de base qui comprend deux réacteurs UNGG « intégrés », les réacteurs Saint‑Laurent‑des‑Eaux A1 et A2. Leur mise à l’arrêt définitif a été prononcée respectivement en 1990 et 1992. Le démantèlement complet de l’installation a été autorisé par le décret du 18 mai 2010.

EN SAVOIR PLUS

Une inspection de revue de l'ASN sur le thème du démantèlement

Lancer la vidéo

En mars 2013, onze inspecteurs de l’ASN ont réalisé pendant une semaine entière une inspection approfondie (dite "inspection de revue") sur le thème du démantèlement.

Appréciations 2018

En mars 2016, EDF a annoncé un changement complet de stratégie de démantèlement de ses réacteurs définitivement à l’arrêt.

Dans l’attente du démantèlement du caisson des réacteurs, des opérations sont réalisées, hors du caisson ou pour préparer le démantèlement du caisson. Certains chantiers avec un risque de contamination aux radioéléments alpha (vidange de cuves, caractérisation de boues, retrait du terme source de la piscine de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A2) avaient été interrompus en 2016 à la suite de la découverte de contaminations internes avérées d’intervenants sur ces chantiers. EDF a engagé en 2017 un plan de rigueur d’exploitation renforçant la formation et la surveillance des intervenants. Les chantiers ont repris en 2017. L’ASN a contrôlé les actions définies dans le plan et a constaté des améliorations dans la gestion des chantiers avec un risque de contamination « alpha ».

Les opérations d’évacuation de déchets liquides et solides se sont poursuivies dans le cadre du démantèlement des réacteurs de Saint‑Laurent A. Des recherches sont toujours en cours afin de créer un nouveau sas de caractérisation des déchets historiques et de définir une solution d’entreposage pour rassembler les « déchets historiques avec filière en projet » et les « déchets historiques sans filières ».

L’ASN considère que le niveau de sûreté des réacteurs de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A est satisfaisant. À titre d’exemple, l’organisation et les outils mis en place pour suivre la gestion des déchets et les contrôles périodiques des installations sont satisfaisants.

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019