Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest). Le site comporte 2 réacteurs du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 100.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

L'installation en bref

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest).

Le site comporte 2 réacteurs du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 100.

Appréciations 2018

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Saint‑Laurent‑des‑Eaux rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF dans les domaines de la sûreté, de l’environnement et de la radioprotection.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN considère que le site est en retrait par rapport aux années précédentes. L’ASN souligne tout de même la bonne tenue générale des chantiers, un état apparent des matériels et équipements des systèmes contrôlés satisfaisant et une filière indépendante sûreté de qualité. Cependant, des manques de rigueur dans l’exploitation et la conduite des installations ont été observés en 2018. De nombreux événements mettent notamment en évidence des défauts dans la gestion des aléas d’exploitation et un mauvais suivi des procédures. L’organisation de la centrale nucléaire pour caractériser les écarts et justifier leurs délais de traitement n’est pas suffisamment robuste et doit progresser tout comme la gestion du retour d’expérience.

De manière générale, les performances de Saint‑Laurent‑ des‑Eaux dans le domaine de la radioprotection sont globalement satisfaisantes, bien qu’en retrait pour l’année 2018. Malgré une bonne implication des agents en charge de la radioprotection, la traçabilité et le suivi des actions visant à optimiser la dosimétrie des chantiers à fort enjeu est notablement perfectible. Plusieurs événements significatifs dans le domaine de la radioprotection mettent par ailleurs en évidence des comportements inadaptés de la part des intervenants.

L’organisation du site pour répondre aux exigences réglementaires dans le domaine de l’environnement peut encore être améliorée sur un certain nombre de points. Le service dédié fait preuve d’une volonté d’amélioration et de progrès soutenue par une filière indépendante environnement active. Des bonnes pratiques sont constatées au cours des inspections sur les différents thèmes abordés. Cependant, des défauts de détection d’écart sur ce domaine ont de nouveau été constatés. L’ASN s’assurera en 2019 que le site travaille activement sur les revues de conformité au cadre réglementaire de ses installations.

Principales étapes réglementaires

 réacteur 1

 réacteur 2

 Décret d'utilité publique

 26 février 1974

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

 8 mars 1978

 Date de 1 ère divergence

 19 décembre 1980

 11 mai 1981

 Autorisation d'utiliser du MOX

 12 octobre 1987

 5 août 1988

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2015-DC-0498
Décision n° 2015-DC-0499

 Mise en service

 Lettre SIN n°765/88 du 17 mars 1988

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019