Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest). Le site comporte 2 réacteurs du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 100.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

L'installation en bref

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest).

Le site comporte 2 réacteurs du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 100.

Appréciations 2019

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Saint‑Laurent‑des‑Eaux rejoignent l’appréciation générale portée sur EDF dans le domaine de l’environnement et de la sûreté, tout en soulignant une baisse de rigueur en matière de conduite des installations. Les performances en matière de radioprotection sont toutefois en retrait par rapport à la moyenne nationale.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN considère que la centrale nucléaire n’a pas amélioré ses performances par rapport à 2018 malgré la mise en place d’un « plan de rigueur sûreté ». L’ASN souligne tout de même la bonne tenue générale des chantiers et un état des matériels contrôlés satisfaisant. Cependant, des manques de rigueur dans l’exploitation et la conduite des installations ont encore été observés en 2019. De nombreux événements mettent en évidence des défauts dans la gestion des changements d’état des réacteurs et dans l’application des règles générales d’exploitation. L’organisation de la centrale nucléaire pour détecter les écarts lors des activités de maintenance sur les circuits primaire et secondaires a montré des lacunes. Une action volontaire de l’exploitant concernant le respect des règles de conduite des installations est attendue pour 2020. L’ASN note toutefois une bonne maîtrise de la réalisation des essais périodiques.

De manière générale, les performances de la centrale nucléaire de Saint‑Laurent‑des‑Eaux dans le domaine de la radio­protection sont en retrait pour l’année 2019. La gestion des entreposages doit être mieux maîtrisée et les règles de confinement doivent être mieux définies et surveillées par EDF. Enfin, malgré plusieurs bonnes pratiques identifiées en inspection, l’ASN considère que le site doit renforcer son processus d’optimisation des doses en amont des interventions à enjeu.

L’organisation de la centrale nucléaire pour répondre aux exigences réglementaires dans le domaine de l’environnement est jugée satisfaisante. Les différentes installations contrôlées sont bien tenues. La réalisation d’un exercice simulant un déversement de substances dangereuses a montré une bonne organisation du site, la bonne connaissance des actions à réaliser et leur mise en œuvre dans la sérénité. La gestion des rétentions a toutefois montré quelques faiblesses, avec des entreposages de matériels non conformes et des écoulements non détectés.

En matière d’inspection du travail, une inspection approfondie sur le sujet de l’incendie, de l’évacuation et la mise en sécurité du personnel en cas d’incident ou accident a notamment été effectuée. À la suite des observations de l’inspection du travail, des actions d’amélioration sont attendues de la part de l’exploitant sur l’utilisation et la maintenance des systèmes d’évacuation, ainsi que sur l’organisation des secours mise en place par le site. L’inspection du travail évaluera les mesures prises lors de prochaines inspections. Un effort tout particulier doit être mené sur l’audibilité des sirènes au sein des bâtiments.

Principales étapes réglementaires

 réacteur 1

 réacteur 2

 Décret d'utilité publique

 26 février 1974

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

 8 mars 1978

 Date de 1 ère divergence

 19 décembre 1980

 11 mai 1981

 Autorisation d'utiliser du MOX

 12 octobre 1987

 5 août 1988

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2015-DC-0498
Décision n° 2015-DC-0499

 Mise en service

 Lettre SIN n°765/88 du 17 mars 1988

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020