Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

Le site de la centrale se trouve sur le territoire de la commune de Dampierre-en-Burly (Loiret - 45), sur la rive droite de la Loire, à environ 10 km en aval de Gien et 45 km en amont d'Orléans.
Il comporte quatre réacteurs de type REP d'une puissance unitaire de 900 MWe (palier CP1). Les réacteurs 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base 84.
Les réacteurs 3 et 4 constituent l'installation nucléaire de base 85.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Dampierre‑en‑Burly se situe sur la rive droite de la Loire, dans le département du Loiret, à environ 10 km en aval de Gien et 45 km en amont d’Orléans.

Elle comprend quatre réacteurs nucléaires de 900 MWe, mis en service en 1980 et 1981. Les réacteurs 1 et 2 constituent l’INB 84, les réacteurs 3 et 4 l’INB 85. Le site dispose d’une des bases régionales de la Force d’action rapide du nucléaire (FARN), force spéciale d’intervention, créée en 2011 par EDF, à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima. Son objectif est d’intervenir, en situation pré‑accidentelle ou accidentelle, sur n’importe quelle centrale nucléaire en France, en apportant des renforts humains et des moyens matériels de secours.

Appréciations 2020

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Dampierre‑en‑Burly rejoignent globalement l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF dans le domaine de la sûreté nucléaire, même si le niveau de sûreté du site est en baisse par rapport à 2019. Les performances en matière d’environnement et de radioprotection demeurent quant à elles en retrait par rapport à la moyenne nationale.

Sur le plan de la sûreté nucléaire, les performances dans le domaine de la conduite normale demeurent globalement acceptables et des progrès sur la bonne configuration des circuits sont à souligner. En revanche, des défaillances organisationnelles en lien avec la compétence, la formation des agents de conduite ainsi que la gestion des essais périodiques de matériels importants pour la sûreté ont conduit à plusieurs déclarations d’événements significatifs au cours de l’année 2020. Concernant la maintenance des installations, l’ASN constate que les actions correctives menées par le site demeurent insuffisantes, notamment en matière de conformité des matériels et de respect du référentiel applicable, puisque de nombreux écarts sont relevés en inspections sur ces sujets et dans le cadre du suivi des arrêts de réacteur. Par ailleurs et depuis plusieurs années, il apparaît que la maîtrise des risques d’incendie et d’explosion n’est pas pleinement satisfaisante.

Dans le domaine de la radioprotection, les performances de la centrale nucléaire de Dampierre‑en‑Burly demeurent nettement insuffisantes, notamment concernant la maîtrise de la propreté radiologique et de la dispersion de la contamination sur les chantiers en zones contrôlées. Un plan de rigueur a été mis en place par le site dès 2017 mais celui‑ci n’a pas permis d’atteindre les performances attendues. Dans ces conditions, l’ASN maintiendra en 2021 une surveillance ciblée du site sur le domaine de la radioprotection.

Enfin, en matière de protection de l’environnement, les performances de la centrale nucléaire de Dampierre‑en‑Burly doivent être améliorées. Si les limites de rejet pour les effluents gazeux et liquides demeurent globalement respectées, des actions correctives doivent rapidement être engagées par l’exploitant concernant la gestion du risque lié aux légionnelles (au regard des dépassements des valeurs limites observés en 2020), la gestion des déchets et la gestion du confinement des substances dangereuses.

En matière d’inspection du travail, le site doit désormais mettre en place des plans de résorption des non‑conformités détectées à la suite des actions de l’année passée dans le domaine électrique. Enfin, des actions sont attendues de la part de l’exploitant pour répondre aux constats effectués lors des inspections menées dans les bâtiments des DUS mis en exploitation en 2020. Dans le contexte de la pandémie de Covid‑19, différentes inspections documentaires et sur le terrain ont été effectuées sur la gestion de la crise sanitaire. Les observations adressées à la centrale et aux entreprises sous‑traitantes ont conduit à des actions correctives.

Principales étapes réglementaires

 Réacteur 1

 Réacteur 2

 Réacteur 3

 Réacteur 4

 Décret d'utilité publique

 17-05-1974

 Décret de création

 14-06-1976

 Date de 1 ère divergence

 19-09-1980

 16-02-1981

 27-05-1981

 20-11-1981

 Autorisation d'utiliser du MOX

 Autorisation générique DSIN/GRE/SD2.5/n°442.96 du 24-10-1996.

 Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

  • liquides
  • gazeux
  • Décision n°2011-DC-0210 du 3 mars 2011 de l’ASN fixant les limites de rejets dans l'environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base n° 84 et n° 85 exploitées par Électricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) sur la commune de Dampierre-en-Burly (département du Loiret)
  • Décision n°2011-DC-0211 du 3 mars 2011 de l’ASN fixant les prescriptions relatives aux modalités de prélèvement et de consommation d’eau et de rejets dans l'environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base n° 84 et n° 85 exploitées par Électricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) sur la commune de Dampierre-en-Burly (département du Loiret)

 Mise en service

 Approbation de la mise en service notifiée le 29-05-1986.

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021