Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Le radon

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il provient en particulier des sous-sols granitiques et volcaniques ainsi que de certains matériaux de construction.

De quelle façon le radon peut-il nuire à notre santé ?

EN SAVOIR PLUS

Le radon : mieux le connaître pour mieux s'en protéger

Interview de Jean-Luc GODET
Lancer la vidéo

Interview de Jean-Luc Godet, directeur à la direction des rayonnements ionisants et de la santé à l'ASN.

 
A la suite et de plusieurs études épidémiologiques et expérimentales, l’Organisation mondiale de la santé a reconnu le radon comme un agent cancérogène pulmonaire en 1987.
Une exposition régulière, pendant de nombreuses années, à des concentrations excessives de radon accroît le risque de développer un cancer du poumon.
Il est admis que cet accroissement est proportionnel à la concentration de radon dans l’air inhalé et au cumul des expositions.

Fixés notamment aux poussières atmosphériques, les descendants solides du gaz radon peuvent également se déposer le long des voies respiratoires et les contaminer.
Leurs rayonnements, au contact des cellules bronchiques, ont une énergie susceptible d’altérer les molécules d’ADN, constituant des gènes.
Toutefois, les mécanismes de contrôle et de réparation de l’ADN interviennent immédiatement pour restaurer leur intégrité ou éliminer les cellules lésées. La mutation d’un gène peut résulter d’une réparation imparfaite.

De multiples mutations de gènes, dues à des facteurs toxiques au premier rang desquels figure le tabac, seront nécessaires pour éventuellement conduire à un processus de cancérisation.

Pénétration du radon dans les bronches

Pénétration du radon dans les bronches

Le premier facteur de risque du cancer du poumon demeure le tabac, principal responsable d’environ 25000 décès par an en France. Les fumeurs exposés au radon encourent un risque majoré car les substances cancérogènes contenues dans la fumée du tabac et les rayonnements alpha émis par le radon renforcent mutuellement leurs effets nocifs.

Pour la population française, l’exposition au radon constitue, avant l’exposition médicale, la première source d’exposition aux rayonnements ionisants. Le radon est un cancérigène pulmonaire certain pour l’homme (classé dans le groupe I dans la classification du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)). Selon les estimations de l’Institut de veille sanitaire (InVS), entre 1 234 et 2 913 décès par cancer du poumon seraient attribuables, chaque année, à l’exposition domestique au radon en France, soit entre 5 % et 12 % des décès par cancer du poumon observés en France (Catelinois O. et al., Évaluation de l’impact sanitaire de l’exposition domestique au radon en France, BEH 2007).

Date de la dernière mise à jour : 06/10/2017