L'ASN souhaite favoriser l'émergence d'une solution face à une éventuelle pénurie internationale de technétium 99m nécessaire pour certains examens médicaux

Publié le 02/09/2008 à 00:00

Note d'information

L'ASN a été informée qu'à la suite de l'arrêt prolongé du réacteur de Petten (Pays-Bas) une pénurie de molybdène 99 pourrait avoir lieu en Europe.
 
Le molybdène 99 sert à la fabrication de technétium 99m. Ce dernier est le plus utilisé par les services de médecine nucléaire pour réaliser divers examens de scintigraphie*.
 
La production de molybdène 99 par irradiation d'uranium enrichi est assurée principalement par six réacteurs de recherche dans le monde. Parmi ces réacteurs, trois sont situés en Europe : le réacteur de Petten aux Pays-Bas, le réacteur de Mol en Belgique et le réacteur OSIRIS en France, situé sur le centre de Saclay du Commissariat à l'énergie atomique. Les réacteurs belge et français étant à l'arrêt comme prévu pour cause de maintenance, l'arrêt du réacteur de Petten crée une situation difficile parce que le molybdène 99, compte tenu de sa courte durée de vie, ne peut être stocké. Trois autres réacteurs producteurs de molybdène sont situés au Canada, en Afrique du Sud et en Australie.
 
L'ASN considère que le nombre limité de réacteurs utilisés pour produire du molybdène 99 ainsi que l'âge de ces réacteurs, tous mis en service dans les années 1960, peuvent entraîner une pénurie qui pourrait s'aggraver dans les années qui viennent.
 
Pour l'ASN, la disponibilité de médicaments radiopharmaceutiques, indispensables pour certains examens et traitements médicaux, est fondamentale. Toutefois, leur production doit se faire dans des conditions de sûreté satisfaisantes.
 
Aussi, l'ASN va prendre l'initiative de réunir prochainement ses homologues des autorités de sûreté des pays producteurs de radionucléides à usage médical (dont le molybdène 99) afin de maintenir un niveau de sûreté commun suffisant et d'étudier un calendrier combinant l'arrêt des installations vieillissantes et la mise en service de nouvelles installations.
 
 

(*) La scintigraphie est une méthode d'évaluation du fonctionnement d'un organe qui repose sur l'administration d'une substance très faiblement radioactive. Le devenir de la substance dans l'organe étudié est suivi par des caméras spéciales. Cette méthode est utilisée pour l'examen du fonctionnement du système cardiovasculaire, des os, etc.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017