La situation de la sûreté nucléaire et de la radioprotection est moins préoccupante, mais des points de vigilance demeurent

Publié le 29/01/2018 à 18:21

Communiqué de presse

EN SAVOIR PLUS

Vœux 2018 de l'ASN à la presse (extraits)

Lancer la vidéo

Le 29 janvier 2018, Pierre-Franck Chevet a présenté ses vœux à la presse. Il est revenu sur les temps forts de l'année écoulée et a évoqué les échéances qui se présentent en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection en 2018.

A l’occasion de la nouvelle année, l’ASN, par la voix de son président M. Pierre-Franck Chevet, a présenté le 29 janvier, à son siège de Montrouge, ses vœux à la presse.

M. Pierre-Franck Chevet a souligné que « la situation de la sûreté nucléaire et de la radioprotection est moins préoccupante, en raison d’un certain nombre de signes et de perspectives d’amélioration » :

• « Nous avons eu à faire face à une anomalie technique, l’excès de carbone dans un certain nombre de composants. C’est cela qui nous a conduits à demander l’arrêt d’une douzaine de gros réacteurs pendant l’hiver 2016-2017. Les contrôles ont été effectués. Nous avons pris position sur le devenir de la cuve de l’EPR. Cette anomalie de ségrégation carbone est aujourd'hui derrière nous. »  

• Concernant les irrégularités du Creusot, de potentielles falsifications, M. Chevet a souligné qu’ « un processus construit et systématique a été mis en place pour réexaminer l’ensemble de dossiers de fabrication ». Ce travail est correctement accompli par Le Creusot, sous la surveillance de Framatome et d’EDF, sous le contrôle de l’ASN. La fin de la revue du Creusot est attendue à la fin de l'année 2018. »

• « Les entreprises, EDF et Areva ont été réorganisées et recapitalisées. C’est une étape importante pour les industriels et le contexte en matière de sûreté. L’ASN sera vigilante pour que les capacités techniques et financières des exploitants soient affectées aux bons endroits. »

Le président de l’ASN a souligné un certain nombre de points de vigilance :

• Dans le nucléaire de proximité, « nous avons enregistré une petite dizaine d’incidents de niveau 2, potentiellement avec un impact sur la santé des personnes concernées. Ce nombre est relativement stable, mais on ne peut s’en contenter ». « Un effort doit être fait en radiothérapie », afin que les démarches de gestion des risques (étude de risque et retour d’expérience des événements significatifs de radioprotection) soient mieux exploitées pour sécuriser davantage les traitements. S’agissant des pratiques interventionnelles radioguidées dans les blocs opératoires, M. Chevet a souligné qu’il s’agit d’ « un enjeu croissant » avec notamment la nécessité de renforcer les moyens mis en place pour l’optimisation des doses et la formation des professionnels à la radioprotection et à l’utilisation des équipements.

• S’agissant des installations nucléaires, le président de l’ASN a insisté sur l’importance de la détection, de la déclaration à l’ASN et du traitement des anomalies dans l’exploitation au quotidien. En particulier, « EDF doit porter une attention à la conformité de ses installations aux référentiels de sûreté ». « L’ASN a demandé à EDF de présenter un plan d’action. »

Conférence de presse du 29 janvier 2018

Enfin, M. Chevet a adressé trois messages pour l’avenir :

• S’agissant de la gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue, M. Chevet a souligné que « la seule solution disponible actuellement et responsable à l’égard des générations futures est le stockage géologique profond » et que « Cigéo a vocation à répondre à ce besoin ». Le président de l’ASN a confirmé que « la qualité de la zone argileuse est adaptée en termes de sûreté.» 

• M. Chevet a souligné l'importance de disposer de marges suffisantes dans le système électrique pour faire face à l’éventualité de suspendre simultanément le fonctionnement de plusieurs réacteurs qui présenteraient un défautgénérique grave.

• Concernant la sécurité des sources radioactives, M. Chevet a souligné que l’ASN pourra « réaliser ses premières inspections sur les actes de malveillance vis-à-vis des sources radioactives à la fin du second semestre 2018.»

 

 

 
 

Contact presse : Evangelia Petit, chef du service presse, tél. : 01 46 16 41 42, evangelia.petit@asn.fr

Date de la dernière mise à jour : 02/02/2018