Situation des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 (Belgique). L’ASN rend publics les éléments techniques transmis à l’AFCN (Autorité de sûreté nucléaire belge) dans le cadre d’une coopération internationale

Publié le 07/02/2013 à 11:34

Note d'information

Lors de contrôles réalisés pendant les derniers arrêts des réacteurs de Doel 3 (juillet 2012) et de Tihange 2 (septembre 2012), des défauts, dont l’origine a été attribuée à un problème de fabrication, ont été détectés sur les cuves de ces réacteurs, à l’arrêt depuis cette date.

L’AFCN a examiné le dossier technique fourni par l’exploitant Electrabel en vue de justifier le redémarrage des réacteurs concernés. L’AFCN s’est appuyée, pour mener son analyse, sur l’avis de sa filiale technique (Bel V), d’un organisme indépendant (AIB-Vinçotte) et de deux groupes d’experts, l’un composé d’universitaires belges et l’autre d’experts étrangers. L’AFCN a également sollicité l’appui de plusieurs de ses homologues étrangers, notamment l’ASN et son appui technique, l’IRSN.

L’ASN souligne l’ampleur de la démarche de coopération internationale mise en place par l’AFCN. Dans le cadre de cette coopération, l’ASN et l’IRSN ont examiné le dossier élaboré par Electrabel début décembre 2012 et ont participé à des réunions techniques avec l’AFCN et Bel V. Les conclusions de l’ASN et de l’IRSN ont été transmises fin décembre 2012 à l’Autorité de sûreté nucléaire belge (lien vers le courrier d’information de l’ASN à l’AFCN).

Après avoir reçu d’Electrabel des compléments au dossier technique, l’AFCN a publié ses conclusions le 1er février 2013.

Pour en savoir plus :

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017