Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

Situation des générateurs de vapeur dont l’acier présente une concentration élevée en carbone : l’ASN considère que le redémarrage des réacteurs concernés peut être envisagé. Des vérifications propres à chaque réacteur restent nécessaires.

Publié le 05/12/2016 à 15:00

Communiqué de presse

Conférence de presse commune ASN / IRSN du 5 décembre 2016

Conférence de presse commune ASN / IRSN du 5 décembre 2016

L’ASN a examiné, avec l’appui de l’IRSN, les éléments transmis par EDF pour justifier l’aptitude au service des fonds primaires de générateur de vapeur[1] fabriqués par JCFC[2] équipant dix réacteurs de 900 MWe et deux réacteurs de 1450 MWe.

L’ASN considère que, sous réserve de la prise en compte de ses demandes, les justifications génériques apportées par EDF sont acceptables pour les réacteurs de 900 MWe et peuvent être utilisées sur chacun des réacteurs concernés en vue de l’autorisation de leur redémarrage par l’ASN. EDF a indiqué à l’ASN qu’elle lui transmettra prochainement des compléments relatifs aux réacteurs de 1450 MWe.

Fond primaire de générateur de vapeur

Fond primaire de générateur de vapeur

À la demande de l’ASN, EDF a lancé en 2015 des analyses pour recenser les équipements de ses réacteurs en exploitation qui pourraient être affectés par une anomalie de la concentration en carbone de leur acier. Ces analyses ont conclu que les fonds primaires de certains générateurs de vapeur sont concernés par cette anomalie. Celle-ci peut conduire à des propriétés mécaniques de l’acier plus faibles qu’attendu, et remettre en cause la sûreté des réacteurs, qui repose sur l’exclusion de la rupture de ces composants.

EDF a transmis à l’ASN, par courriers des 7 octobre et 15 novembre 2016, un dossier générique destiné à justifier l’aptitude au service des fonds primaires de générateur de vapeur fabriqués par JCFC équipant des réacteurs de 900 MWe. Il a fait l’objet d’une instruction par l’ASN et l’IRSN, qui ont vérifié que les hypothèses et la méthode utilisées sont acceptables. Les hypothèses du dossier d’EDF devront toutefois être confirmées par un programme d’essais sur des pièces sacrificielles représentatives.

À la suite de cette instruction, l’ASN a formulé des demandes à EDF portant sur des contrôles complémentaires à réaliser, des mesures compensatoires d’exploitation à mettre en place ou renforcer et des compléments d’essais ou d’études à apporter à moyen terme. Chaque redémarrage de réacteur reste par ailleurs soumis à l’accord de l’ASN au vu d’un dossier spécifique.

Liste des réacteurs de 900 MWe équipés de fonds primaires de générateur de vapeur fabriqués par JCFC :

  • Centrale nucléaire du Bugey, réacteur 4
  • Centrale nucléaire de Dampierre, réacteur 3
  • Centrale nucléaire de Fessenheim, réacteur 1
  • Centrale nucléaire de Gravelines, réacteurs 2 et 4
  • Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, réacteur B1
  • Centrale nucléaire de Tricastin, réacteurs 1, 2, 3 et 4

 Liste des réacteurs de 1450 MWe équipés de fonds primaires de générateur de vapeur fabriqués par JCFC :

  • Centrale nucléaire de Civaux, réacteurs 1 et 2

L’ASN a rendu public le 7 avril 2015 une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de l’EPR de Flamanville. La détection de cette anomalie a conduit l’ASN à demander à Areva NP et EDF de tirer l’ensemble du retour d’expérience de cet évènement. Trois processus sont actuellement en cours :

  • la recherche, sur d’autres composants des réacteurs d’EDF, d’anomalies techniques similaires à celle détectée sur la cuve de l’EPR de Flamanville. Cette recherche a conduit EDF à identifier des anomalies similaires sur les fonds primaires de certains générateurs de vapeur, qui font l’objet du présent communiqué ;
  • des revues de la qualité de la fabrication des pièces dans les usines de fabrication d’Areva NP qui ont permis à Areva NP de détecter des irrégularités dans les dossiers de fabrication de Creusot Forge ;
  • le lancement de réflexions sur la surveillance réalisée par les exploitants d’installations nucléaires de base sur leurs prestataires et sous-traitants, le contrôle effectué par l’ASN et les mécanismes d’alerte.
En savoir plus
  • Consulter la note d’information du 18 octobre 2016
     sur la décision de l’ASN prescrivant la réalisation sous trois mois de contrôles sur les générateurs de vapeur de cinq réacteurs d’EDF dont l’acier présente une concentration élevée en carbone

  

[1] Un générateur de vapeur est un échangeur thermique qui permet de refroidir le circuit primaire qui est porté à haute température (320 °C) dans le cœur du réacteur. Le fond primaire est un composant en acier qui a la forme d’une portion de sphère située à la base du générateur de vapeur. Il permet de confiner l’eau du circuit primaire. 

[2]  Japan Casting and Forging Corporation

Contact presse : evangelia.petit@asn.fr ; tél : 01 46 16 41 42.

Date de la dernière mise à jour : 08/06/2017