Régions Nouvelle-Aquitaine et ex-Midi-Pyrénées - En 2020, le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection reste globalement satisfaisant

Publié le 29/06/2021 à 10:45

Communiqué de presse

A l’occasion de la parution du Rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale de Bordeaux de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2020 en région Nouvelle-Aquitaine et dans huit départements de la région Occitanie (ex-Midi-Pyrénées).

L’activité de contrôle de l’ASN en 2020 en Nouvelle-Aquitaine et ex-Midi-Pyrénées

163 inspections

  • 64 inspections dans les centrales nucléaires du Blayais, de Civaux et de Golfech
  • 85 inspections dans le domaine du nucléaire de proximité
  • 14 inspections d’organismes et de laboratoires agréés

11 événements significatifs classés au niveau 1 sur l’échelle de l’INES ont été déclarés à l’ASN et instruits par ses services

37 journées d’inspections du travail dans les centrales nucléaires

1 procès-verbal dressé par l’ASN 

Le contrôle des installations nucléaires

Centrale du Blayais

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire du Blayais en matière de sûreté nucléaire rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF. L’ASN considère que les performances en matière de radioprotection et de protection de l’environnement sont en retrait par rapport à l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN considère que les performances de la centrale sont en recul par rapport aux années précédentes. La centrale du Blayais a montré sa capacité à maîtriser convenablement, dans un contexte de crise sanitaire défavorable, un nombre important d’activités de maintenance et d’intégration de modifications sur ses installations. L’ASN constate toutefois, comme en 2019, des défauts dans la qualité de la documentation opérationnelle pour la préparation et la réalisation des activités. La seconde partie de l’année a été marquée par un nombre important d’événements significatifs qui met en évidence le besoin pour l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais de mettre en œuvre des actions d’améliorations pour conserver ses performances.

Dans le domaine de la radioprotection des travailleurs, l’ASN considère que le site n’est pas parvenu à rétablir un niveau satisfaisant, malgré la mise en place de mesures préventives en début d’année et correctives au cours des arrêts.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN a constaté les actions engagées par l’exploitant pour traiter le marquage en tritium de la nappe captive. Toutefois, les investigations en cours n’ont pas permis d’identifier l’origine exacte et donc d’y remédier définitivement.

Centrale nucléaire de Civaux

Les performances de la centrale nucléaire de Civaux en matière de sûreté nucléaire, et de radioprotection se distinguent favorablement par rapport à l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF. Ses performances en matière de protection de l’environnement rejoignent cette appréciation générale.

Dans le domaine de la sûreté nucléaire, l’ASN considère que les performances sont en amélioration, avec des opérations de conduite des réacteurs menées globalement avec rigueur et une maîtrise de la réalisation des activités de maintenance lors de l’arrêt pour rechargement du réacteur 1. Toutefois, à plusieurs reprises, les règles qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées n’ont pas été respectées. L’ASN estime que ces progrès devront être consolidés en 2021 et en 2022 pour les deuxièmes visites décennales des réacteurs.

En matière de radioprotection, l’ASN considère que l’exploitant a obtenu des résultats satisfaisants pour la limitation de l’exposition des travailleurs aux rayonnements ionisants. Certaines situations concernant la radioprotection ont été déclarées à la demande de l’ASN pour qu’une analyse approfondie soit réalisée.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, l’ASN a constaté les progrès de l’exploitant dans sa capacité à confiner un déversement accidentel de produits dangereux sur le site. Néanmoins, un bassin plus important doit encore être mis en œuvre pour confiner sur le site à la fois les déversements accidentels d’effluents et les eaux d’extinction d’un éventuel incendie.

Centrale nucléaire de Golfech

Les performances en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection, malgré leur amélioration, sont en retrait par rapport à l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF. L’ASN poursuivra ses contrôles rapprochés sur ces thématiques en 2021. L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Golfech en matière de protection de l’environnement rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF.

Dans le domaine de la sûreté nucléaire, l’ASN a constaté des améliorations, apportées par la mise en œuvre d’actions correctives et par un travail engagé par la centrale de Golfech pour renforcer la rigueur d’exploitation. Toutefois, l’ASN considère qu’une application plus rigoureuse des procédures et une meilleure préparation auraient permis d’éviter la survenue de certains événements significatifs. En 2021, l’exploitant devra poursuivre et renforcer le travail engagé. Dans le domaine de la maintenance, l’ASN estime que le site doit améliorer son organisation afin d’assurer une meilleure traçabilité des activités ainsi qu’une meilleure gestion des écarts affectant les installations.

En matière de radioprotection des travailleurs, l’ASN considère que la situation s’est améliorée par rapport à 2019, mais qu’elle demeure en deçà du niveau attendu. Les constats réalisés en inspection ainsi que les événements déclarés par la centrale de Golfech mettent en évidence une prise en compte insuffisante des règles de radioprotection par les intervenants.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, l’ASN considère que la centrale de Golfech a obtenu des résultats satisfaisants en matière de surveillance et de gestion des déchets.

Activités du nucléaire de proximité

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19, qui a considérablement perturbé le système de soins et nécessité, de la part des établissements de santé, une adaptation des modalités d’organisation de la prise en charge des patients. En conséquence, l’ASN a réduit le nombre de ses inspections dans le domaine médical et adapté ses modalités de contrôle, en déployant en particulier des inspections à distance. Le bilan de l’état de la radioprotection en 2020 est établi sur un nombre d’inspections inférieur aux années précédentes.

L’ASN considère que, sur la base de ces inspections conduites en 2020, l’état de la radioprotection dans le domaine médical est comparable à celui de 2019. Aucune défaillance majeure n’a été détectée dans les domaines de la radioprotection des professionnels, des patients, de la population et de l’environnement. Néanmoins, des progrès sont nécessaires pour mieux anticiper l’arrivée de nouveaux équipements, en particulier en radiothérapie, et pour améliorer l’optimisation des doses dans le domaine des pratiques interventionnelles radioguidées.

Dans le domaine de la radiographie industrielle, l’ASN juge que la prise en compte des risques est contrastée suivant les entreprises, et a parfois constaté des insuffisances en matière de signalisation des zones d’opérations lors des chantiers, même si une amélioration est observée sur ce point par rapport à 2019.

Dans le domaine de la recherche, l’Université Paul Sabatier, a pu procéder à l’évacuation des sources périmées et déchets radioactifs présentant les plus forts enjeux de radioprotection, qui avaient fait l’objet d’une mise en demeure, en dehors de quatre objets toujours entreposés dans la soute à déchets. L’ASN a prescrit de nouvelles dispositions pour renforcer la caractérisation des objets restant à évacuer, contrôler leur programme d’évacuation, et améliorer leurs conditions d’entreposage et en assurera le contrôle en 2021.

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19, qui a considérablement perturbé le système de soins et nécessité, de la part des établissements de santé, une adaptation des modalités d’organisation de la prise en charge des patients. En conséquence, l’ASN a réduit le nombre de ses inspections dans le domaine médical et adapté ses modalités de contrôle, en déployant en particulier des inspections à distance. Le bilan de l’état de la radioprotection en 2020 est établi sur un nombre d’inspections inférieur aux années précédentes.
L’ASN considère que, sur la base de ces inspections conduites en 2020, l’état de la radioprotection dans le domaine médical est comparable à celui de 2019. Aucune défaillance majeure n’a été détectée dans les domaines de la radioprotection des professionnels, des patients, de la population et de l’environnement. Néanmoins, des progrès sont nécessaires pour mieux anticiper l’arrivée de nouveaux équipements, en particulier en radiothérapie, et pour améliorer l’optimisation des doses dans le domaine des pratiques interventionnelles radioguidées.
Dans le domaine de la radiographie industrielle, l’ASN juge que la prise en compte des risques est contrastée suivant les entreprises, et a parfois constaté des insuffisances en matière de signalisation des zones d’opérations lors des chantiers, même si une amélioration est observée sur ce point par rapport à 2019.
Dans le domaine de la recherche, l’Université Paul Sabatier, a pu procéder à l’évacuation des sources périmées et déchets radioactifs présentant les plus forts enjeux de radioprotection, qui avaient fait l’objet d’une mise en demeure, en dehors de quatre objets toujours entreposés dans la soute à déchets. L’ASN a prescrit de nouvelles dispositions pour renforcer la caractérisation des objets restant à évacuer, contrôler leur programme d’évacuation, et améliorer leurs conditions d’entreposage et en assurera le contrôle en 2021.

En savoir plus :

____________________

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, assure, au nom de l’Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de sociétés éclairés. Le rapport de l’ASN sur l’état de sûreté nucléaire et de radioprotection en France en 2020 est téléchargeable en ligne.

*
*       *

 

Contact presse :
Evangelia Petit, cheffe du service presse - 01 46 16 41 42 -  evangelia.petit@asn.fr
Marinette Valiergue, agence Equancy&Co - 06 15 61 10 19 - mvaliergue@equancy.com

Date de la dernière mise à jour : 29/06/2021