Région Normandie - En 2020, le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection reste globalement satisfaisant

Publié le 06/07/2021 à 10:15

Communiqué de presse

A l’occasion de la parution du Rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale de Caen de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2020 en région Normandie.

L’activité de contrôle de l’ASN en 2020 en Normandie

188 inspections

  • 64 inspections dans les centrales nucléaires de Flamanville, Paluel et Penly
  • 12 inspections sur le chantier de construction du réacteur EPR Flamanville 3
  • 63 inspections sur des installations du « cycle du combustible », de recherche ou en démantèlement
  • 42 inspections dans le nucléaire de proximité
  • 7 inspections dans le domaine du transport de substances radioactives

22 événements significatifs

  • 22 événements significatifs au niveau 1 INES ont été déclarés à l’ASN dont 19 survenus dans les INB et 3 dans le nucléaire de proximité

15 journées d’inspections du travail dans les centrales nucléaires et sur le chantier de Flamanville 3

Le contrôle des centrales nucléaires

Centrale nucléaire de Flamanville

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Flamanville dans les domaines de la sûreté nucléaire et de la radioprotection sont en retrait par rapport à l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF.

Les performances relatives à la protection de l’environnement sont quant à elles en amélioration et rejoignent l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF.

L’ASN estime que les performances du site en matière d’exploitation et de conduite des réacteurs doivent encore être améliorées.

Concernant les opérations de maintenance, l’ASN considère que la remise en conformité des installations est satisfaisante mais que l’exploitant doit néanmoins rester vigilant à la maîtrise de la qualité des opérations de maintenance.

Les performances du site en matière de radioprotection des travailleurs sont restées insuffisantes en 2020. L’ASN considère tout d’abord que l’organisation et la gestion des compétences au sein du service de prévention des risques doit être améliorée. La récurrence de certains événements et leur gravité potentielle confirment que ce domaine doit encore faire l’objet d’améliorations substantielles de la part de l’exploitant.

Pour rappel, en septembre 2019, l’ASN a décidé de placer sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Flamanville à la suite des difficultés rencontrées par EDF lors des deux arrêts pour visite décennale. Au cours de l’année 2020, l’exploitant a continué de mettre en œuvre son plan d’action destiné à améliorer la rigueur d’exploitation. Des progrès ont été constatés concernant l’état des installations et dans la détection des anomalies sur le terrain. L’ASN constate toutefois des défaillances persistantes dans la maîtrise de certaines activités et sera vigilante à la bonne appropriation des nouvelles pratiques par l’ensemble des intervenants, et particulièrement ceux des entreprises prestataires. En 2021, EDF devra transmettre à l’ASN un plan d’action révisé afin de cibler les axes d’amélioration restant à mettre en œuvre.

Centrale nucléaire de Paluel

L’ASN considère que les performances du site en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF. En matière de protection de l’environnement, le site se distingue favorablement par rapport à l’appréciation générale des centrales nucléaires d’EDF.

Sur le plan de la maintenance, l’ASN estime que les performances de la centrale sont contrastées. Des améliorations à consolider ont été notées concernant la surveillance des prestataires et les activités de requalification des matériels importants pour la sûreté. Néanmoins, l’exploitant devra rester vigilant car plusieurs événements significatifs pour la sûreté ont eu pour cause une préparation insuffisante des opérations réalisées.

Concernant le réacteur 2, l’arrêt pour simple rechargement qui devait se terminer en décembre 2019 s’est achevé au début de l’année 2021. Les contrôles au déchargement ont mis en évidence le fait que trois assemblages de combustible étaient affectés par un défaut d’étanchéité provoqué par des dépôts d’oxyde. Fin 2020, l’ASN a autorisé EDF à mettre en œuvre une nouvelle recharge d’assemblages de combustible et restera vigilante quant au respect des spécifications chimiques particulières du circuit primaire, visant à éviter le renouvellement de cet écart.

L’ASN considère cette année encore que la radioprotection des travailleurs doit être améliorée. L’exploitant devra veiller à la bonne déclinaison du principe d’optimisation, notamment pour les chantiers présentant un enjeu dosimétrique important.

Centrale nucléaire de Penly

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Penly en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et de protection de l’environnement rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN considère que les performances du site sont globalement satisfaisantes. Toutefois, comme en 2019, l’ASN estime que l’organisation de la centrale nucléaire pour détecter et traiter les écarts, conformément à la réglementation applicable, n’est pas suffisamment robuste et doit encore progresser.

Concernant la conduite et l’exploitation des réacteurs, l’ASN considère que les performances du site sont en amélioration.

En matière de radioprotection, l’ASN considère que l’organisation mise en place doit faire l’objet d’améliorations. La prise en compte des enjeux de radioprotection apparaît contrastée et l’ASN relève encore de nombreux écarts lors des inspections.

En matière de protection de l’environnement, l’ASN estime que l’exploitant a fait des progrès dans la prévention des écoulements et la dispersion non prévue dans l’environnement de substances liquides radioactives ou dangereuses. Toutefois, l’ASN estime que le site doit mener des améliorations structurantes dans la gestion des gaz appauvrissant la couche d’ozone.

Autres installations nucléaires en fonctionnement

Chantier de construction du réacteur EPR – Flamanville 3

Lors du premier semestre 2020, EDF a terminé les phases d’essais à chaud de l’installation, qui permettent en particulier de tester le fonctionnement de la chaudière et de ses systèmes auxiliaires dans les conditions nominales de température et de pression. L’ASN considère que l’organisation pour la réalisation des essais de démarrage est satisfaisante, mais qu’EDF doit renforcer son analyse des résultats des essais, notamment concernant leur représentativité et la validation des critères de sûreté.

L’ASN a autorisé le 8 octobre 2020 la mise en service partielle du réacteur EPR de Flamanville pour l’arrivée de combustible nucléaire dans le périmètre du réacteur. Plusieurs contrôles ont été réalisés pour s’assurer de la conformité des installations et de la rigueur d’exploitation dans le transport et la manutention des assemblages de combustible. Les vérifications effectuées lors de cette inspection ont montré un état de l’installation et un niveau de préparation de l’exploitant satisfaisants pour l’arrivée de combustible sur site.

L’ASN a également autorisé en 2020 les premières réparations des soudures des circuits secondaires principaux du réacteur. L’ASN a réalisé plusieurs contrôles sur la préparation de ces activités et des inspections inopinées qui ont permis de s’assurer du respect des exigences portant sur ces opérations. L’ASN considère que le travail préparatoire mené par EDF et ses prestataires, ainsi que l’organisation mise en œuvre progressivement pour la réalisation sont satisfaisants. L’ASN poursuivra son contrôle de ces activités de soudage en 2021 et sera vigilante à l’adéquation des ressources et de l’organisation pour la réalisation d’un volume plus important de réparations en parallèle.

Par ailleurs, l’ASN a poursuivi le contrôle de la revue de la qualité des matériels. Cette revue avait été demandée en 2018 par l’ASN, du fait de lacunes importantes dans la surveillance exercée par EDF sur ses prestataires. Comme en 2019, l’ASN estime qu’EDF doit compléter son programme de contrôles complémentaires, notamment en ce qui concerne les autres matériels que les équipements sous pression.

Centre de stockage de la Manche

En 2020, l’ASN considère que l’organisation définie et mise en œuvre pour l’exploitation des installations est satisfaisante. En particulier, dans le cadre de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid‑19, l’exploitant a mis en place un plan de continuité d’activité autour de la protection physique, de la surveillance de l’environnement et de la maintenance curative des installations. Au regard des échanges réguliers avec l’exploitant et de l’inspection réalisée en décembre 2020, l’ASN considère que les dispositions retenues ont permis de conserver un niveau de surveillance satisfaisant. En complément, l’analyse du retour d’expérience propre à cette période permettra d’améliorer encore l’organisation.

Grand accélérateur national d’ions lourds (GANIL)

Le Ganil a poursuivi ses travaux de mise en conformité concernant les dispositifs de détection et de lutte contre l’incendie, la gestion des déchets radioactifs et le confinement des installations.

Bien que les cyclotrons et l’accélérateur linéaire (SPIRAL2) aient continué à fonctionner pendant le confinement, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid‑19 a globalement impacté l’avancée des projets. Cependant, les essais de démarrage de l’accélérateur SPIRAL2 se sont poursuivis avec succès.

En 2020, l’ASN considère que l’organisation définie et mise en œuvre pour l’exploitation des installations doit être notablement améliorée, notamment sa gestion documentaire, en lien avec la mise à jour de son référentiel de sûreté. Il est également attendu des efforts sur la complétude et la qualité des dossiers remis à l’ASN.

Site de la Hague

En 2020, l’ASN considère que les performances de l’établissement Orano de La Hague sont satisfaisantes.

Toutefois en matière de sûreté nucléaire, l’ASN considère que la détection de nouveaux retards concernant la réalisation de plusieurs contrôles périodiques doit interroger l’exploitant sur le caractère suffisant des actions correctives déjà mises en œuvre pour respecter la fréquence prévue.

L’ASN estime que l’exploitant doit encore poursuivre les efforts engagés pour la surveillance des intervenants extérieurs.

L’ASN considère que l’organisation de l’exploitant concernant la maîtrise des risques liés à l’incendie s’est dégradée en 2020. Des retards ont notamment été notés dans la réalisation de certains travaux de remise en conformité. L’exploitant devra également s’attacher à tirer pleinement le retour d’expérience de l’incendie survenu en février 2020 sur la plateforme d’entreposage du linge. Enfin, l’ASN sera particulièrement attentive, en 2021, à l’adéquation entre les délais d’intervention en cas d’incendie prévus dans sa démonstration de sûreté nucléaire et ceux observés lors d’exercices, ainsi qu’à l’efficience de l’organisation opérationnelle en matière de lutte contre l’incendie. Des mises en situations inopinées continueront d’être réalisées à ce sujet.

En matière de radioprotection, l’ASN relève que l’organisation du site de La Hague et les résultats obtenus sont globalement satisfaisants.

Concernant la conduite des projets de démantèlement et de reprise et de conditionnement des déchets anciens, l’ASN considère que les réflexions de l’exploitant sur les améliorations structurantes de l’organisation et de la gestion des projets doivent se poursuivre afin que les dates d’engagements d’Orano, transcrites dans des prescriptions de l’ASN ou des décrets, soient respectées. S’agissant du pilotage des projets, l’ASN a relevé la mise en œuvre de modalités de fonctionnement favorables à une plus grande robustesse. En outre, l’exploitant devra définir l’impact potentiel de la crise sanitaire sur les délais des différents projets ou opérations et prendre les mesures correctives adaptées. En 2021, l’ASN portera une attention particulière à l’évaluation du bénéfice de la mise en œuvre de ces différentes améliorations par Orano, notamment en ce qui concerne la rigueur dans la gestion de projet et l’analyse de risques des activités.

Installations du domaine médical

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19, qui a considérablement perturbé le système de soins, et nécessité de la part des établissements de santé, une adaptation des modalités d’organisation de la prise en charge des patients. En conséquence, l’ASN a réduit le nombre de ses inspections dans le domaine médical et adapté ses modalités de contrôle, en déployant en particulier des inspections à distance. Aussi, le bilan de l’état de la radioprotection en 2020 pour l’ASN dans sa globalité est établi sur un nombre d’inspections nettement inférieur aux années précédentes (réduction de 28 %).

L’ASN considère que, sur la base de ces inspections conduites en 2020, l’état de la radioprotection dans le domaine médical est comparable à celui de 2019. Aucune défaillance majeure n’a été détectée dans les domaines de la radioprotection des professionnels, des patients, de la population et de l’environnement. Néanmoins, des progrès sont nécessaires pour mieux anticiper l’arrivée de nouveaux équipements, de nouvelles pratiques et de nouveaux médicaments radiopharmaceutiques et pour améliorer le niveau de culture de radioprotection chez des utilisateurs non spécialistes des rayonnements ionisants.

L’ASN poursuivra en 2021 ses inspections, prioritairement dans les secteurs de la radiothérapie, de la médecine nucléaire à visée thérapeutique et des pratiques interventionnelles radioguidées, en tirant le retour d’expérience des nouvelles modalités d’inspection déployées dans le contexte de la crise sanitaire.

En savoir plus :

____________________

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, assure, au nom de l’Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de sociétés éclairés. Le rapport de l’ASN sur l’état de sûreté nucléaire et de radioprotection en France en 2020 est téléchargeable en ligne.

*
*       *

 

Contact presse :
Evangelia Petit, cheffe du service presse - 01 46 16 41 42 -  evangelia.petit@asn.fr

Date de la dernière mise à jour : 06/07/2021