Recommandations pour améliorer la radioprotection au bloc opératoire lors des procédures interventionnelles radioguidées

Publié le 02/03/2020 à 10:00

Note d'information

Les pratiques interventionnelles radioguidées sont en constante augmentation, notamment pour les actes de chirurgie aux blocs opératoires. Elles apportent des bénéfices considérables au patient mais présentent des enjeux significatifs en matière de radioprotection, tant pour les professionnels que pour les patients.

Si la réalisation des actes réalisés sur des équipements à arceaux fixes, installés dans les services d’imagerie interventionnelle, s’est significativement améliorée en matière de radioprotection, l’ASN relève en inspections des manquements pour les actes réalisés au bloc opératoire. L’exposition aux rayonnements ionisants y est perçue comme un risque secondaire, comparativement aux risques anesthésiques ou infectieux et autres actions de vigilance attendues des professionnels (hémovigilance, identito-vigilance, pharmacovigilance…).

Face à ces constats, l’ASN a sollicité l’expertise du Groupe permanent d'experts en radioprotection pour les applications médicales (GPMED[1]). Celui-ci a désigné un groupe d’experts multi-disciplinaires associant des professionnels de santé impliqués dans la radioprotection au bloc opératoire afin d’émettre des recommandations permettant le déploiement des pratiques utilisant des arceaux de radiologie ou des scanners mobiles, au bloc opératoire dans des conditions satisfaisantes de radioprotection pour les patients et les professionnels.

Les recommandations issues de ce groupe ont fait l’objet d’un rapport et d’un avis du GPMED en octobre 2019. Ce rapport souligne, d’une façon générale, la faible appropriation de la culture  de radioprotection par les intervenants du bloc opératoire. Des leviers d’actions sont identifiés, tant au niveau du personnel exerçant au sein des blocs opératoires, que des organes de direction de l’établissement pour promouvoir cette culture.

Les recommandations portent sur quatre axes : la qualité et la gestion des risques en radioprotection, les responsabilités respectives des acteurs, la formation en radioprotection, ainsi que les outils de radioprotection.

L’ASN encourage tous les professionnels du bloc opératoire, décideurs hospitaliers et citoyens à prendre connaissance de ces recommandations.

L’ASN a récemment publié, un document visant à promouvoir la mise en place au sein même d’un bloc opératoire, d’un atelier pédagogique, pragmatique et adapté aux pratiques et aux contraintes professionnelles, intitulé « le bloc des erreurs ». Il vise à favoriser une sensibilisation collective des professionnels à la radioprotection.

L’ASN collabore, avec le ministère de la santé pour que soient prises en compte, dans le cadre des nouveaux régimes d’autorisation d’activités, les recommandations concernant l’implication des physiciens médicaux et des manipulateurs en électro-radiologie médicale dans les blocs opératoires, ou encore le développement et l’inter-opérabilité des systèmes d’information au bloc opératoire.

Publié le 14/10/2019

Pour les professionnels

Le bloc des erreurs

Comment créer un atelier pratique de sensibilisation à la radioprotection dans un bloc opératoire ? Ce document, réalisé avec le concours de l’hôpital Lariboisière AP-HP, vise à outiller les professionnels en charge de la radioprotection des travailleurs et des patients lorsqu’ils souhaitent mettre en place des ateliers pratiques de sensibilisation à la radioprotection.

[1] GPMED : Groupe Permanent d’experts en radioprotection MEDicale. Le GP radioprotection pour les applications médicales est sollicité par l'ASN pour émettre des avis et le cas échéant des recommandations, dans le domaine de la radioprotection des professionnels et du public pour les applications médicales et médico-légales des rayonnements ionisants.

Date de la dernière mise à jour : 02/03/2020