L’ASN rend son avis sur le dossier d’options de sûreté du projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés

Publié le 29/07/2019 à 12:00

Note d'information

Les réacteurs électronucléaires qui produisent plus de 70 % de l’électricité française ont besoin de pouvoir évacuer leurs combustibles usés vers des lieux d’entreposage. L’ASN a appelé l’attention d’EDF en 2011 sur la perspective de saturation des capacités d'entreposage de ces combustibles usés et, dans son avis du 18 octobre 2018 relatif à la cohérence du cycle du combustible nucléaire en France, elle a formulé des demandes pour y faire face. Le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) 2016-2018 a souligné que cette saturation pourrait intervenir entre 2025 et 2035.

En conséquence, l’arrêté du 23 février 2017 établissant les prescriptions du PNGMDR, a enjoint EDF à transmettre à l'ASN les options techniques et de sûreté relatives à la création de nouvelles capacités d'entreposage de combustibles usés. En réponse à cette prescription, EDF a sollicité, en avril 2017, l’avis de l’ASN sur les options de sûreté d’un projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés.

L’installation envisagée par EDF est une piscine conçue pour entreposer 10 000 tonnes de métal lourd[1] (tML), correspondant à environ 21 000 assemblages combustibles. Elle serait constituée de deux bassins d’entreposage, de capacité et de conception identique, dont la mise en service serait échelonnée dans le temps.

Projet de piscine centralisée - Image EDF

L’ASN a instruit ce dossier. Dans ce cadre, elle a demandé une expertise à l’IRSN et a recueilli l’avis du groupe permanent d’experts pour les laboratoires et usines (GPU). À l’issue de cette phase d’instruction technique, l’ASN a consulté le public sur son projet d’avis du 16 mai au 5 juin 2019. Après analyse des contributions reçues, l’ASN a rendu son avis le 23 juillet 2019. Cet avis prend en considération les observations du public.

L’ASN considère que les objectifs généraux de sûreté et les options de conception retenues sont globalement satisfaisants. Des études et justifications complémentaires sont cependant nécessaires, notamment concernant la conception et la maîtrise de la fabrication pour garantir, sur la durée, l’étanchéité de la piscine.

A ce stade, EDF n’a pas défini de site d’implantation de l’installation. Une fois le site retenu, EDF devra vérifier que les niveaux d’aléas retenus pour les agressions externes sont appropriés.

L’ASN adresse aussi une lettre à EDF précisant les options de sûreté satisfaisantes ainsi que les études et justifications complémentaires nécessaires à la demande d’autorisation de création.

En savoir plus

Publié le 29/07/2019

Avis de l'ASN

Avis n° 2019-AV-0331 de l’ASN du 23 juillet 2019

Avis n° 2019-AV-0331 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 23 juillet 2019 relatif au dossier d’options de sûreté présenté par EDF pour le projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés

Consulter le courrier de l'ASN et ses annexes

[1] Le tonnage de métal lourd correspond à la masse avant irradiation du combustible nucléaire sans ses structures et sans l’oxygène auquel il est associé.

Date de la dernière mise à jour : 29/07/2019