Lettre d’information de l'EPR n°19 : les actions de l’ASN pour le contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville

Publié le 01/06/2017 à 14:06

Note d'information

Au deuxième semestre 2016, l’ASN a poursuivi ses actions de contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville 3 et des différentes fabrications lui étant destinées.

Vue sur le chantier EPR Flamanville 3 depuis la falaise © EDF Médiathèque - Alexis Morin - Antoine Soubigou / tous droits réservés

Les points marquants de ces derniers mois sont détaillés ci-après.

"Visite complète initiale" du circuit primaire principal

L’ASN contrôle par sondage la mise en œuvre des essais non-destructifs requis au titre de la "visite complète initiale" du circuit primaire principal prescrite par la réglementation. Au cours de cette visite, l’exploitant doit vérifier l’applicabilité des procédés d’examen non-destructif qui seront mis en œuvre pendant l’exploitation du réacteur. Ces procédés doivent faire préalablement l’objet d’une qualification consistant à expliciter leurs performances et, lorsqu’un risque d’apparition d’une dégradation a été identifié, à démontrer que ces performances sont suffisantes pour atteindre les objectifs de sûreté attendus, notamment pour permettre la détection précoce de défauts.

L’ASN avait conclu, au terme de l’inspection du 12 avril 2016, que l’organisation définie et mise en œuvre par EDF sur le site pour assurer la mise en œuvre, le contrôle technique et la surveillance de l’activité contrôlée n’était pas satisfaisante[1]. À la suite de cette inspection et en application de la prescription [INB167-2] de la décision n° 2013-DC-0347 de l’ASN, EDF avait informé l’ASN de la suspension des activités relatives à la mise en œuvre des essais non-destructifs manuels dans le cadre de la visite complète initiale du circuit primaire principal.

À la suite d'un important plan d'action mis en œuvre par EDF, l’ASN a été informée de la reprise des activités précitées. L’ASN a mené une inspection inopinée le 17 novembre 2016 pour contrôler l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour la réalisation de la visite complète initiale. L’ASN a estimé, au terme de cette inspection, que cette organisation est satisfaisante et que le programme d’actions correctives défini à la suite de l’inspection du 12 avril 2016 a été effectivement mis en place.

Conservation des équipements

Outre le contrôle de terrain réalisé lors des inspections, l’ASN réalise un contrôle par sondage des écarts détectés par EDF et vérifie le traitement adéquat de ces écarts.

Au vu des délais annoncés par EDF pour la mise en service du réacteur et à la suite d'écarts rencontrés sur des échangeurs de chaleur neufs, l’ASN a demandé à EDF de tirer pleinement le retour d’expérience des écarts liés à la conservation des équipements. EDF a analysé l’ensemble des éléments fournis par le fabricant des équipements pour identifier les causes profondes des phénomènes de corrosion relevés : un programme de remise en conformité des échangeurs concernés a été défini ainsi qu’un programme de contrôle d’équipements similaires lors du raccordement de ces équipements aux circuits. Enfin, EDF a précisé les modalités de conservation que ses équipes mettront en œuvre à l’issue des rinçages de circuit. L’ASN a réalisé un point d’avancement du traitement de ces écarts avec EDF lors de l’inspection des 1er et 2 septembre 2016.

L’ASN considère qu’EDF doit rester vigilante à la bonne conservation des équipements déjà installés, en tenant compte de l'impact de la mise en eau des circuits pour les épreuves hydrauliques et les essais de démarrage ainsi que des conditions du chantier et notamment des risques liés aux activités en cours à proximité des équipements.

Prise en compte des risques d’introduction de corps étrangers dans les circuits

Au fur et à mesure de l’avancement du chantier et notamment de l’avancement de la mise en propreté des équipements, des parades doivent être progressivement mises en œuvre afin de se prémunir du risque d’introduction de corps étrangers dans les circuits. Début 2016, l’ASN avait attiré l’attention d’EDF sur la nécessité de mettre en œuvre une organisation dédiée telle qu’elle existe sur les réacteurs en fonctionnement. EDF a ainsi défini un référentiel approprié à la prise en compte progressive de ce risque et a notamment mis en œuvre ce référentiel dans le cadre du montage des racks d’entreposage du combustible dans la piscine du bâtiment combustible.

L’ASN a mené une inspection le 9 novembre 2016 relative au montage des racks d’entreposage du combustible et considère que l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour l’installation en piscine de ces équipements est perfectible compte tenu d’écarts dans les dispositions de gestion du risque d’introduction de corps étrangers et de l’état de propreté de la piscine du bâtiment combustible.

L’ASN reste vigilante sur la prise en compte appropriée du risque d’introduction de corps étrangers dans les circuits en lien avec l’avancement du chantier.

Inspection renforcée sur la radioprotection des personnels

Au cours de l’année 2016, l’ASN a procédé à des inspections renforcées de plusieurs centrales nucléaires sur le thème de la radioprotection. Réalisée au début du mois d’octobre, l’inspection menée sur le chantier de construction de l’EPR a mobilisé neuf inspecteurs de l’ASN et deux experts de l’IRSN et a porté sur les thèmes suivants : organisation générale du site, contrôle du respect des dispositions de conception, contrôle de la conformité aux référentiels (rapport de sûreté, règles générales d’exploitation) et gestion des sources radioactives. Une partie de l’inspection a été effectuée de nuit, pour examiner les conditions d’utilisation des équipements de contrôle radiographique utilisant des sources de haute activité.

Au vu de cet examen par sondage, l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour la radioprotection des personnels est apparue globalement satisfaisante. Néanmoins, l’exploitant devra apporter des éléments de réponse aux demandes des inspecteurs se rapportant en particulier :

  • au statut administratif et aux conditions d’entreposage de certaines sources radioactives au sein du chantier ;
  • à la cohérence entre les exigences mises en œuvre lors de l’installation des équipements et celles du rapport de sûreté ;
  • à la gestion des déchets issus des contrôles de contamination surfacique dans le local d’entreposage des équipements de radiographie ;
  • à la prise en compte, lors du traitement des écarts d’installation, de la radioprotection des travailleurs lors de l’exploitation future du réacteur ;
  • à la stratégie d’implantation des balises de détection de la radioactivité dans l’îlot nucléaire.

Contrôle des essais de démarrage du réacteur EPR de Flamanville 3

L’ASN a poursuivi son contrôle de la préparation et de la réalisation des essais de démarrage du réacteur EPR. Deux inspections ont été menées en octobre 2016 sur les premiers essais de démarrage du système de refroidissement ultime (SRU), qui est une spécificité de l’EPR. Les inspecteurs ont notamment examiné les récolements de fin de montage et les essais préliminaires des matériels, la préparation des essais fonctionnels du système ainsi que la mise à profit des essais de démarrage par le futur exploitant du réacteur EPR afin de valider les procédures d’exploitation.

Au vu de cet examen par sondage, l’ASN considère que l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour la préparation et la réalisation des essais de démarrage paraît globalement satisfaisante. Par ailleurs, l’organisation définie et mise en œuvre pour la mise à profit des essais de démarrage afin de valider les procédures d’exploitation est perfectible. En effet, malgré une organisation spécifique, il semble nécessaire de veiller à la rédaction de procédures avec un niveau de détail opérationnel tel que prévu pour la future exploitation, préalablement à leur validation lors des essais de démarrage.

Protection de l’environnement

L’ASN a mené une inspection le 7 juillet 2016 sur le thème de la protection de l’environnement. Cette inspection avait été précédée de plusieurs questionnements et remarques de l’ASN sur des bilans environnementaux. Les inspecteurs ont contrôlé les modalités de suivi des émissions de solvants, la réalisation des contrôles périodiques de certains matériels et le respect de diverses prescriptions. Les inspecteurs ont également visité des installations de pompage d’eau, de stockage de déblais ainsi que la zone de transit des déchets internes du site. Au vu de cet examen par sondage, l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour la protection de l’environnement est apparue insuffisante. En particulier, l’ASN a considéré que l’exploitant devait s’attacher à identifier puis à exploiter avec davantage de rigueur l’ensemble des matériels contribuant à la protection de l’environnement.

L'ASN a depuis examiné les actions correctives et les justificatifs d'EDF et estime que ces actions ont permis de renforcer la rigueur des contrôles périodiques et la complétude du référentiel interne des équipements concernés par la protection de l'environnement. L’ASN contrôle le suivi des opérations d’évacuation et d’élimination d’anciens déchets découverts de manière fortuite, en mai 2016, dans le cadre de travaux d’enfouissement de canalisations d’eau de pluie. Cette veine de déchets essentiellement constitués de plastiques, de bois, de câbles et de tuyaux métalliques, dont l’enfouissement date a priori de la fin du chantier de construction des réacteurs n° 1 et 2 de Flamanville, est, depuis mi 2016, progressivement mise à jour, évacuée et éliminée par EDF.

Contrôle de la préparation du futur exploitant du réacteur de Flamanville 3

En même temps qu’elle contrôle la fabrication des composants, leur qualification, la construction, les essais de démarrage du réacteur et qu’elle instruit la demande d’autorisation de mise en service, l’ASN contrôle la préparation du futur exploitant du réacteur EPR de Flamanville 3. Les inspecteurs vérifient notamment les différentes organisations d’exploitation, la gestion des compétences des agents ainsi que les modalités d’élaboration de la future documentation d’exploitation.

À ce titre, l’ASN a mené au second semestre 2016 deux inspections dédiées à la préparation à l’exploitation. Au vu de cet examen par sondage, l’ASN considère que

  • l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour le management de la sûreté et les facteurs organisationnels et humains est appropriée ;
  • l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour préparer la gestion de crise est perfectible sur différents points. En particulier, le futur exploitant devra améliorer le programme de mise en service des moyens locaux de crise et veiller à la professionnalisation adéquate des futurs équipiers de crise.

L’ASN poursuivra son contrôle dans ce domaine afin de s’assurer que le futur exploitant du réacteur EPR de Flamanville soit en capacité d’exercer pleinement sa responsabilité d’exploitant nucléaire lors de la mise en service du réacteur.

Position de l’ASN sur la gestion des accidents graves dans la conception de l’EPR et les études probabilistes de niveau 2

Sur la base d’une analyse menée par l’IRSN et après consultation du groupe permanent d’experts chargé des réacteurs nucléaires (GPR), l’ASN a pris position le 13 juillet 2016 sur les dispositions de conception du réacteur EPR de Flamanville 3 visant à gérer des accidents graves (accidents avec fusion du combustible), ainsi que sur les études probabilistes de sûreté (EPS de niveau 2) quantifiant les rejets possibles de substances radioactives en cas d’accident.

L’ASN considère positif le fait que le réacteur EPR de Flamanville 3 prend en compte dès la conception les accidents graves, avec l’objectif de limiter les mesures de protection des populations nécessaires dans ces situations. L’ASN estime que les dispositions de gestion d’un accident grave mises en place pour le réacteur EPR de Flamanville 3 sont satisfaisantes.

L’ASN estime notamment que :

  • sous réserve d’un complément de démonstration de la bonne qualification des vannes de dépressurisation du circuit primaire aux conditions d’accident grave, la conception des dispositions de dépressurisation du circuit primaire prévues par EDF permet bien, comme demandé, d’"éliminer pratiquement" les situations potentielles de fusion du cœur avec un circuit primaire sous pression ;
  • sous réserve de la démonstration de la qualification des matériels aux conditions d’accident grave :
    • la conception du dispositif de récupération et de refroidissement du corium (cœur fondu) hors de la cuve du réacteur et la présence de dispositions matérielles relatives à la rétention, au transfert, à l'étalement et au refroidissement du corium satisfont bien aux demandes du décret d’autorisation de création (DAC) de l’EPR de Flamanville 3 et aux prescriptions de l’ASN ;
    • l’étanchéité de la paroi interne de l’enceinte de confinement du bâtiment du réacteur est bien assurée dans les conditions imposées par le DAC de Flamanville 3 et les prescriptions de l’ASN.

L’ASN a estimé recevables les hypothèses fonctionnelles et physico-chimiques retenues par EDF pour évaluer les rejets atmosphériques en cas d’accident grave, mais a considéré nécessaire que des fuites potentielles sur le système d’évacuation ultime de la chaleur en cas d’accident grave soient étudiées, afin de mieux gérer ces situations potentielles.

En savoir plus

Textes de référence

Lettres de suite d'inspection

  • Inspection du 17/05/2016
    Surveillance des contrôles radiographiques
    INSSN-CAE-2016-0605

    (261,65 ko)
     
  • Inspection du 14/06/2016
    Les montages mécaniques dans l’îlot nucléaire
    INSSN-CAE-2016-0602
    (264,16 ko)
     
  • Inspection du 05/07/2016
    Montage des équipements mécaniques de l'ilot nucléaire
    INSSN-CAE-2016-0599
    (269,93 ko)
     
  • Inspection du 07/07/2016
    Protection de l'environnement
    INSSN-CAE-2016-0603
    (308,83 ko)
     
  • Inspection du 01/09/2016 au 02/09/2016
    Equipements sous pression (nucléaire) et réalisation des épreuves hydrauliques
    INSSN-CAE-2016-0609
    (291,25 ko)
     
  • Inspection du 09/09/2016
    Qualification des équipements aux conditions accidentelles conformément à l’article 2 du décret d’autorisation de création de Flamanville 3
    INSSN-DCN-2016-0639
    (124,69 ko)
     
  • Inspection du 14/09/2016
    Gestion des modifications et des configurations (contrôle-commande)
    INSSN-CAE-2016-0594
    (300,96 ko)
     
  • Inspection du 04/10/2016
    Radioprotection
    INSSN-CAE-2016-0604
    (444,49 ko)
     
  • Inspection du 12/10/2016
    Management de la sûreté et des facteurs organisationnels et humains
    INSSN-CAE-2016-0612
    (245,92 ko)
     
  • Inspection du 14/10/2016
    Préparation et réalisation des essais de démarrage
    INSSN-CAE-2016-0595
    (193,22 ko)
     
  • Inspection du 20/10/2016
    Réalisation des essais de démarrage et préparation à l'exploitation
    INSSN-CAE-2016-0610
    (178,00 ko)
     
  • Inspection du 25/10/2016
    Organisation et moyens de crise
    INSSN-CAE-2016-0613
    (363,69 ko)
     
  • Inspection du 09/11/2016
    Installation en piscine des racks de combustible usé
    INSSN-CAE-2016-0596
    (288,28 ko)
     
  • Inspection du 16/11/2016
    Montages mécaniques
    INSSN-CAE-2016-0601
    (305,92 ko)
     
  • Inspection du 17/11/2016
    Visite complète initiale
    INSSN-CAE-2016-0597
    (279,73 ko)
     
  • Inspection du 08/12/2016
    Montages électriques
    INSSN-CAE-2016-0598
    (282,71 ko)

  

[1] Consulter la Lettre d’information de l'EPR n°18

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017