Lettre d’information de l'EPR n°18 : les actions de l’ASN pour le contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville : les points marquants

Publié le 14/06/2016 à 11:00

Note d'information

Au deuxième semestre 2015 et début 2016, l’ASN a poursuivi ses actions de contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville 3 et des différentes fabrications à destination de celui-ci. Les points marquants de ces derniers mois sont détaillés ci-après.

Montage du circuit primaire principal

Chantier EPR Flamanville (Manche) : vue générale et bâtiment réacteur - avril 2016 ©EDF

La fabrication du circuit primaire principal du réacteur EPR est réalisée par séquences de montage successives des équipements sous pression nucléaire. Pour le contrôle du bon déroulement de ces opérations de montage et l’évaluation de la conformité des équipements sous pression nucléaires aux exigences qui leur sont applicables, l’ASN s’appuie pour partie sur le suivi réalisé par des organismes agréés. Ces exigences portent notamment sur la prise en compte des risques inhérents aux opérations de montage, sur les contrôles à effectuer par le fabricant sur site, sur l’organisation mise en place par EDF et AREVA pour limiter les risques associés aux activités exercées par d’autres entreprises à proximité des locaux concernés, ainsi que sur la propreté des aires de travail et des équipements assemblés.

AREVA a réalisé entre février et juillet 2014 une première séquence de montage du circuit primaire du réacteur. Celle-ci a consisté à introduire dans le bâtiment réacteur puis à assembler entre eux plusieurs composants de la boucle n°2 du circuit primaire du réacteur (la cuve, les tuyauteries primaires et une volute de pompe primaire[1]).

Après analyse par l’ASN des résultats de cette première séquence de montage, AREVA a engagé une deuxième séquence de montage consistant, d’une part, à réaliser ces opérations sur les trois autres boucles (1, 3 et 4) et, d’autre part, à introduire dans le bâtiment réacteur puis à souder au circuit primaire le générateur de vapeur n°2, le pressuriseur ainsi que sa ligne d’expansion. Ces différentes opérations n’ont pu être menées de manière continue compte tenu de la mise en évidence, en octobre 2014, d’un défaut affectant la soudure entre le générateur de vapeur n°2 et une tuyauterie, puis, en mars 2015, d’un écart survenu lors de la réalisation d’une soudure entre le générateur de vapeur n°1 et une autre tuyauterie. Une nouvelle analyse des conditions de soudage a été menée par AREVA et présentée aux organismes agréés et à l’ASN. AREVA a notamment apporté des éléments complémentaires sur les méthodes de contrôle mises en œuvre pour garantir la conformité de ces soudures[2]. Compte tenu de ces dispositions, l’ASN n’a pas formulé d’objection à la poursuite des opérations.

En mai 2015, AREVA a informé l’ASN de la présence de nouveaux défauts identifiés lors des contrôles des soudures de connexion de composants du circuit primaire. En juin 2015, un défaut a également été mis en évidence dans la soudure entre le premier et le deuxième tronçon de la ligne d’expansion[3] du pressuriseur. Des investigations poussées ont été menées par AREVA sur l’origine de ces défauts et ont conduit à la définition d’un plan d’action pour la réalisation des réparations.

Ces réparations ont été mises en œuvre mais de nouveaux défauts ont été détectés à deux reprises sur une même soudure de la boucle n°1 ; cette soudure a fait l’objet d’une première réparation en décembre 2015, puis d’une seconde en mars 2016. Les contrôles réalisés à la suite de cette seconde réparation n’étant pas apparus pleinement satisfaisants, AREVA et EDF doivent approfondir leur analyse des causes des écarts rencontrés pour mener à bien la réparation de cette dernière soudure.

L’ASN a réalisé, au cours des années 2014, 2015 et 2016, six inspections, respectivement deux d’EDF et quatre d’AREVA, portant sur le montage du circuit primaire, ainsi que quatre inspections portant sur la surveillance de ces mêmes activités par BUREAU VERITAS en tant qu’organisme agréé par l’ASN. Au vu de ces inspections, l’ASN observe que les opérations de montage concernant les gros composants du circuit primaire ont donné lieu, notamment depuis l’été 2015, à plusieurs écarts dont l’analyse doit encore être complétée. Néanmoins, l’ASN considère qu’AREVA et EDF ont réagi de manière adéquate en suspendant les activités afin d’établir les causes des écarts et de les traiter.

Anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur

L’ASN a publié le 7 avril 2015 une information relative à la détection par AREVA d’une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve de l’EPR de Flamanville 3. Cette anomalie apparaît liée à la présence dans ces zones d’une concentration en carbone plus élevée qu’attendu, qui conduit à des caractéristiques mécaniques plus faibles qu’attendu.

L’ASN a pris position le 12 décembre 2015 sur la démarche de justification des propriétés mécaniques du couvercle et du fond de la cuve de l’EPR de Flamanville 3 proposée par AREVA. Sous réserve de la prise en compte de ses observations et de ses demandes, l’ASN considère acceptable, dans son principe, la démarche proposée par AREVA et ne formule pas d’objection au lancement du programme d’essais associés. L’ASN a publié sur son site Internet une note d’information exposant cette position.

L’ASN a mandaté un organisme agréé pour la surveillance de l’ensemble du programme d’essais et a réalisé une inspection les 25 et 26 avril 2016 dans le laboratoire d’essais d’AREVA qui réalise une partie de ces essais à Erlangen (Allemagne). Aucune non-conformité dans la mise en œuvre des essais, ni dans la gestion du laboratoire, n’a été constatée. L’examen a en outre permis de contrôler la compétence technique du laboratoire et le respect des critères d’indépendance et d’impartialité requis.

Par ailleurs, l’ASN a mis à la disposition du public sur son site Internet plusieurs courriers sur la fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville adressés à AREVA depuis 2006 et transmis au groupe de suivi mis en place par le HCTISN pour veiller à la transparence de l’instruction de cette anomalie et à la bonne transmission des informations à la société civile. Voir la note d'information

"Visite complète initiale" du circuit primaire principal

Depuis plusieurs mois, l’ASN contrôle par sondage la mise en œuvre des essais non-destructifs requis au titre de la "visite complète initiale" du circuit primaire principal prescrite par la réglementation. Au cours de cette visite, l’exploitant doit vérifier l’applicabilité des procédés d’examen non-destructif qui seront mis en œuvre pendant l’exploitation du réacteur. Ces procédés doivent faire préalablement l’objet d’une qualification consistant à expliciter les performances du procédé et, lorsque le risque d’apparition d’une dégradation a été identifié, à démontrer que ces performances sont suffisantes pour atteindre les objectifs attendus, notamment pour permettre précocement la détection de défauts.

Une inspection menée le 12 avril 2016 concernait la mise en œuvre d’un essai non-destructif consistant en l’examen par ultrasons de la soudure entre la virole supérieure et la virole intermédiaire du pressuriseur du circuit primaire principal. A cette occasion, l’organisation définie et mise en œuvre par EDF sur le site pour assurer la mise en œuvre, le contrôle technique et la surveillance de l’activité précitée n’est pas apparue satisfaisante. Les inspecteurs ont en particulier relevé des lacunes, que ni les contrôles techniques ni la surveillance associée n’avaient permis de détecter, dans l’identification et la prise en compte des exigences définies pour la mise en œuvre du procédé d’examen par ultrasons.

Par ailleurs, les inspecteurs ont également noté, pour les agents chargés de cette activité, l’absence de formation spécifique à ce procédé d’examen et le caractère insuffisamment opérationnel de la procédure associée, conduisant ces agents à des difficultés d’interprétation, voire à des écarts de mise en œuvre.

A la suite de cette inspection et en application de la prescription [INB167-2] de la décision n°2013-DC-0347 de l’ASN, EDF a informé l’ASN de la suspension des activités relatives à la mise en œuvre des essais non-destructifs manuels dans le cadre de la visite complète initiale du circuit primaire principal. EDF travaille à la définition et à la mise en œuvre d’actions préventives, correctives et curatives avant la reprise de ces activités, qui fera l’objet d’une information de l’ASN.

Contrôle des premiers essais de démarrage du réacteur EPR de Flamanville 3

Les essais de démarrage sur le chantier du réacteur EPR de Flamanville 3 ont pour objectif de contribuer à la démonstration que les équipements installés respectent les exigences de sûreté qui leur sont assignées. L’ASN a fixé, par décision n° 2013-DC-0347 du 7 mai 2013, des prescriptions en vue d’encadrer l’organisation d’EDF pour l’élaboration de la documentation relative aux essais, le déroulement et l’enchaînement de ces essais ainsi que l’analyse de leurs résultats.

En 2015, l’ASN a poursuivi son contrôle de la préparation aux essais de démarrage et de l’organisation définie sur le site pour leur réalisation. L’ASN s’est ainsi attachée à vérifier l’adéquation de l’organisation d’EDF avec les prescriptions édictées au cours des inspections suivantes :

  • dans les services centraux d’EDF, le 30 septembre 2015, pour les activités d'élaboration de la documentation relative aux essais de démarrage. Cette inspection a porté sur la documentation relative aux essais des matériels participant à la limitation des nuisances et des inconvénients liés au fonctionnement normal de l’installation ;
  • sur le site, le 4 novembre 2015, pour les récolements de fin de montage des systèmes de ventilation ;
  • sur le site, le 25 novembre 2015, pour le traitement des écarts rencontrés lors des essais de démarrage ;
  • sur le site, le 3 décembre 2015, pour les essais de démarrage des systèmes de ventilation.

En ce qui concerne l’inspection menée dans les services centraux d’EDF, l’ASN estime que le contenu de la documentation examinée est globalement satisfaisant.

En ce qui concerne les inspections menées sur site, au terme du contrôle des premiers essais de démarrage des équipements de ventilation et des essais des matériels implantés dans la station de pompage, l’ASN considère que l’organisation mise en œuvre par EDF pour la préparation et la réalisation des essais de démarrage s’avère perfectible. En particulier, EDF devra veiller à la rigueur apportée au traitement des écarts rencontrés lors des essais de démarrage afin notamment de statuer sur la représentativité des essais réalisés et sur l'acceptabilité de leurs résultats, tout en veillant à prendre en compte le retour d'expérience obtenu pour les essais suivants.

En 2016, l’ASN restera attentive au bon déroulement des essais à Flamanville 3. La poursuite du chantier s’accompagnera d’un nombre croissant d’essais de démarrage et l’ASN contrôlera, à l’occasion notamment de ses inspections, le respect des prescriptions qu’elle a édictées.

Contrôle de la préparation du futur exploitant du réacteur de Flamanville 3

Inspection de l'ASN à la centrale EPR de Flamanville - décembre 2015

En même temps qu’elle contrôle la construction et les essais de démarrage et qu’elle instruit la demande d’autorisation de mise en service, l’ASN contrôle la préparation du futur exploitant du réacteur EPR de Flamanville 3. Les inspecteurs vérifient notamment la définition des organisations d’exploitation, la gestion des compétences des agents ainsi que leur implication dans la construction du réacteur et dans les essais de démarrage dont il fait l’objet. Les inspecteurs examinent également les modalités d’élaboration de la future documentation d’exploitation, dans le domaine tant de la maintenance que de la conduite du réacteur.

A ce titre, le 18 novembre 2015, une inspection menée auprès de l’organisation des équipes destinées à assurer l’exploitation du réacteur a concerné l’élaboration de la documentation d’exploitation relative à la distribution électrique. Les matériels de distribution électrique étant parmi les premiers équipements à être mis en service, les futures équipes d’exploitation effectuent en les utilisant les premiers gestes de conduite et de maintenance des équipements du réacteur. Au vu de l’examen réalisé par sondage, l’organisation définie et mise en œuvre sur le site pour l’élaboration de la documentation d’exploitation est apparue satisfaisante à l’ASN.

Par ailleurs, les futures équipes d’exploitation ont effectué, en décembre 2015, un exercice de réception de combustible neuf factice. Cet exercice visait à tester les moyens et procédures prévus et à observer le personnel en situation d’exploitation. Les inspecteurs ont assisté le 2 décembre 2015, pendant l’exercice, à des opérations de manutention d’assemblage combustible factice, et ont observé la mise en place et le fonctionnement d’une équipe de gestion des aléas techniques. Ils se sont également intéressés à l’élaboration des documents d’exploitation et à l’organisation de l’exercice. L’inspection a montré une situation satisfaisante et confirmé l’intérêt de ce type d’exercice.

Analyse des dispositions techniques, organisationnelles et humaines prévues par EDF pour la conduite du réacteur de Flamanville 3

À la demande de l’ASN, le groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires (GPR) s’est réuni le 18 juin 2015 afin d’analyser les dispositions techniques, organisationnelles et humaines prévues par EDF pour la conduite du réacteur EPR de Flamanville 3. La salle de commande et l’organisation de l’équipe de conduite étant différentes de celles des réacteurs d’EDF en fonctionnement, une analyse détaillée a été réalisée en prenant notamment en compte les résultats de différentes campagnes d’essais effectuées sur un simulateur à pleine échelle, identique à la future salle de commande de Flamanville 3. Sur la base de l’avis émis par le GPR à la suite de cette réunion et de l’analyse détaillée réalisée par l’IRSN, l’ASN a estimé que la démarche de conception de ces dispositions était globalement satisfaisante. Des essais complémentaires devront cependant être réalisés avant la mise en service de Flamanville 3, tant sur simulateur que lors des essais de démarrage, pour vérifier la bonne adéquation entre ces différentes dispositions.

En savoir plus

Texte de référence

Lettres de suite d'inspection

  • CODEP-CAE-2015-014169 du 9 avril 2015
    Inspection du 1er avril 2015
    Organisation d’EDF et de ses titulaires de contrat pour assurer les montages mécaniques d’équipements sous pression nucléaires du circuit primaire principal
  • CODEP-DEP-2015-012068 du 5 mai 2015
    Inspection du 1er avril 2015
    Contrôle de fabrication des équipements sous pression nucléaires – conformité des opérations de soudage du circuit primaire principal

[1] Consulter la lettre d’information n° 16

[2] Consulter la lettre d’information n° 17

[3] La ligne d’expansion du pressuriseur relie le fond de ce composant au circuit primaire.

Date de la dernière mise à jour : 08/06/2017