L'ASN dressera un procès-verbal

Publié le 09/10/2008 à 00:00

Note d'information

L'ASN a été informée le 7 octobre 2008 en soirée par la préfecture de l'Isère de la présence de rayonnements émis par des boutons d'ascenseur livrés par la société Mafelec. Cette société compte environ 200 personnes.

L'ASN a mené une inspection sur le site de Mafelec le 8 octobre dans l'après-midi avec son appui technique l'IRSN qui a réalisé des mesures afin de préciser les niveaux d'exposition.

L'inspection a établi que :

  • le rayonnement est dû aux éléments métalliques en forme de pièce de monnaie qui servent de base aux boutons. Ce produit provient d'un fournisseur indien de la société Mafelec. La société Mafelec a indiqué que les produits fabriqués à partir de la référence concernée sont livrés à un client unique, la société OTIS.
    Mafelec a été avertie les 3 et 7 octobre par la société OTIS aux Etats-Unis de la présence de radioactivité dans ses produits. Elle a également été avertie le 17 septembre par la société de transport de la présence de radioactivité dans les colis lors de leur passage à l'aéroport de Roissy.
  • le radionucléide à l'origine du rayonnement est le Cobalt 60.
    Il s'agit d'un radionucléide artificiel obtenu par irradiation neutronique du Cobalt 59. En raison de l'absence de phase d'usinage lors de l'assemblage, il n'y a pas eu de dispersion de la contamination. Les mesures de l'IRSN ont permis de relever un débit de dose allant jusqu'à 50 micro-sieverts par heure à l'un des postes de travail. Le seuil réglementaire d'exposition artificielle du public et des travailleurs du secteur non nucléaire, hormis les actes médicaux, est de 1000 micro-sieverts par an.

L'ASN :

  • a saisi l'IRSN afin d'obtenir vendredi 10 octobre une évaluation du débit de dose au poste de travail le plus pénalisant ;
  • a demandé à la société Mafelec de se mettre en relation avec l'ANDRA afin d'organiser l'enlèvement des pièces contaminées ;
  • a également demandé à la société Mafelec de préciser la destination des cargaisons déjà expédiées à ses clients, ainsi que l'origine des lots contaminés ;
  • a appris que parmi la liste des clients du fournisseur indien figurerait une société belge.

L'ASN s'est mise en relation avec ses homologues indien et belge afin de se concerter sur cette affaire.

Dans l'attente d'informations complémentaires, l'incident reste classé au niveau 1 de l'échelle Ines.

L'ASN :

  • au vu des résultats de reconstitution des doses préconisera les mesures éventuelles à prendre pour les travailleurs concernés ;
  • transmettra au procureur de la République un procès-verbal pour plusieurs infractions notamment au code de la santé publique.

Consulter la note d'information du 8 octobre 2008

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017