L’ASN a rencontré l’Office Fédéral de Santé Publique (Suisse) pour échanger sur les modalités de l’ "opération diagnostic radium"

Publié le 17/07/2014 à 15:30

Note d'information

Les 8 et 9 juillet, l’ASN a accueilli des membres de l’Office Fédéral de Santé Publique (Suisse), en charge de la radioprotection. En effet, les autorités suisses préparent un diagnostic des sites où avaient eu lieu, dans le passé, des travaux artisanaux de peinture au radium1.

La Suisse, haut lieu de l’horlogerie mondiale, est en effet confrontée à la découverte de sites potentiellement contaminés par le radium utilisé dans la fabrication des montres et réveils.

La Suisse a donc souhaité bénéficier de l’expertise de l’ASN, acquise notamment lors de l’ "opération diagnostic radium" qui a été lancée en France, en septembre 2010, dans le but de diagnostiquer et, si nécessaire, de réhabiliter ce type de sites.

Dans le cadre de la préparation de cette campagne de mesure, l’OFSP et l’ASN ont échangé sur les procédés et doctrines à mettre en place et sur le retour d’expérience de l’ASN dans ce domaine près de 4 ans après le lancement de l’«opération diagnostic radium» en France.

1. Le radium, élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie en 1898, a été utilisé au début du XXe siècle dans certaines activités médicales (le radium a ouvert la voie aux techniques modernes de traitement du cancer par les rayonnements ionisants) et artisanales (il a été utilisé dans la fabrication des cadrans et des aiguilles des montres pour ses propriétés radio-luminescentes jusque dans les années 1950). En Suisse et en France, ces activités historiques, exercées parfois dans des lieux d’habitation, ont pu laisser des traces de radium. Depuis la fin des années 1990, l’Etat français a engagé des actions consistant en la réhabilitation de sites ayant abrité des activités de recherche et d’extraction de radium au début du XXe siècle

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017