Incident de niveau 3 à l'Institut des radioéléments (IRE) à Fleurus en Belgique. L'ASN est en contact avec son homologue belge.

Publié le 28/08/2008 à 00:00

Note d'information

L'ASN a été informée le 27 août qu'une fuite d'iode radioactif s'était produite le 25 août 2008 à l'Institut des radioéléments (IRE) à Fleurus en Belgique, près de Charleroi, à environ 40 kilomètres de la frontière française. L'IRE produit des radioéléments pour une utilisation médicale. L'iode-131 est utilisé, en particulier, pour le traitement des affections thyroïdiennes.

 

L'Autorité belge de sûreté nucléaire et de radioprotection, l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN), a constaté, lors de son inspection réalisée dans cette installation à la suite de l'incident, qu'un rejet de 45 GBq (gigabecquerels) de l'iode 131 avait été mesuré à la cheminée de l'usine.

 

D'après l'AFCN, le personnel de l'installation n'a subi aucune exposition et l'incident n'a pas eu de conséquences sur l'environnement ni les populations environnantes.

 

L'AFCN a calculé la dose au corps entier qu'aurait reçue une personne qui aurait séjourné pendant la durée du rejet à proximité immédiate de la clôture de l'installation. Cette dose atteindrait quelques dixièmes de la limite annuelle réglementaire de 1 mSv (millisievert) par an pour une personne du public. Pour cette raison, l'AFCN a classé cet incident au niveau 3 de l'échelle INES.

 

L'ASN est en contact avec l'AFCN et se tient informée de la situation.

 L'ASN a par ailleurs demandé à la centrale EDF de Chooz, proche de la frontière belge, de réaliser des mesures complémentaires pour la surveillance en iode de l'environnement. Ces mesures n'ont révélé aucune activité anormale.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017