Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection

FR | EN
Compte

HERCA et WENRA proposent une approche européenne pour la gestion des situations d’urgence nucléaire

Publié le 26/11/2014 à 16:00

Note d'information

 
 

Lors de leur réunion conjointe du 21 octobre 2014, les associations HERCA (Autorités de radioprotection européennes) et WENRA (Autorités de sûreté européennes) ont adopté une position commune visant à améliorer la gestion des situations d’urgence et leur coordination transfrontalière.

Chacun des pays européens dispose actuellement d’une organisation nationale opérationnelle pour la gestion des urgences nucléaires. Cependant, les actions de protection des populations qui seraient mises en œuvre en cas d’accident nucléaire grave diffèrent significativement d’un pays à l’autre, ce qui pourrait entraîner de grandes difficultés, en particulier pour les installations situées au voisinage des frontières.

La position de HERCA et WENRA  vise à promouvoir, en cas d’accident, la transmission rapide d’informations entre les pays concernés et la cohérence des recommandations émises par les Autorités de radioprotection et de sûreté pour la protection des populations. Un principe essentiel est que, pour la phase d’urgence, les pays voisins, après avoir reçu les informations nécessaires, s’alignent sur les mesures de protection prises  par le pays où l’accident s’est produit. 

HERCA et WENRA considèrent que l’accident de Fukushima a démontré qu’un accident nucléaire grave ne peut être exclu nulle part dans le monde, y compris en Europe. Compte tenu du niveau de sûreté élevé des centrales nucléaires européennes et des améliorations apportées grâce aux leçons tirées des incidents et accidents passés, le risque qu’un accident nucléaire grave se produise en Europe est cependant très faible. Mais, aussi improbable qu’un tel risque puisse paraître, des dispositions de gestion d’un tel accident doivent être préparées. Dans ces conditions extrêmes, il ne peut être exclu que très peu d’informations soient disponibles, alors que des actions urgentes de protection des populations sont nécessaires. Une approche européenne adaptée à ces circonstances a été proposée.

HERCA et WENRA considèrent ainsi qu’en Europe :

  • l’évacuation des populations devrait être préparée jusqu’à 5 km autour des centrales nucléaires, et la mise à l’abri et l’ingestion de comprimés d’iode stable jusqu’à 20 km ;
  • une stratégie globale devrait être définie pour être capable d’étendre, si nécessaire, l’évacuation jusqu’à 20 km et la mise à l’abri et l’ingestion de comprimés d’iode stable jusqu’à 100 km.

Sur ces bases, chacune des Autorités de sûreté et de radioprotection européennes va engager, au niveau national, avec les Autorités en charge de la protection civile, les échanges en vue de la mise en œuvre des mesures recommandées.

Date de la dernière mise à jour : 08/06/2017