Capacité d’entreposage des combustibles nucléaires usés : le collège de l’ASN auditionne EDF et Orano

Publié le 12/03/2021 à 12:16

Note d'information

Le collège de l’ASN a auditionné, le 11 février 2021, M. Lewandowski, directeur du parc nucléaire et thermique (DPNT) d’EDF et M. Knoche, directeur général d’Orano. L’audition a porté sur la stratégie d’EDF de gestion des combustibles usés, dans laquelle les installations du groupe Orano jouent un rôle essentiel.

Constatant que l’échéance fixée par le 4e Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR) pour le dépôt, par EDF, d’une demande d’autorisation de création de nouvelles capacités d’entreposage [1] ne serait pas tenue, le collège de l’ASN avait auditionné EDF le 18 juin 2020 pour qu’elle lui présente sa stratégie d’augmentation des capacités d’entreposage, les mesures envisagées en cas d’aléa, et leur calendrier prévisionnel.

Lors de l’audition de juin 2020, EDF avait confirmé que la mise en service de son projet de piscine d’entreposage centralisée était prévue pour 2034, alors que la saturation [2] des capacités actuelles pourrait intervenir en 2030. Le collège de l’ASN a donc souhaité auditionner EDF et Orano pour qu’ils présentent la stratégie d’EDF afin de pallier le retard de ce projet, les mesures envisagées et leur calendrier de mise en œuvre afin de garantir la sûreté.

EDF a présenté, au cours de l’audition du 11 février 2021, ses projections en matière de volumes de combustibles usés à entreposer, le calendrier réactualisé de déploiement d’une piscine d’entreposage centralisé, ainsi que les trois parades étudiées pour faire face au retard de ce projet : utilisation accrue de combustible MOX en réacteur, densification des piscines d’entreposage de La Hague et entreposage à sec des combustibles usés.

EDF envisage d’implanter la piscine d’entreposage centralisé à La Hague, sur un terrain appartenant actuellement à Orano. Ainsi, ce projet, comme les trois parades étudiées, impliquent Orano. Orano et EDF ont donc présenté à l’ASN la manière dont ils géraient leurs interfaces. Orano a par ailleurs présenté les enjeux techniques associés à ces différents projets ainsi que ses perspectives pour maîtriser les risques associés.

Le collège de l’ASN a rappelé à EDF la dimension stratégique [3] de ce projet de piscine d’entreposage centralisé pour la sûreté globale des installations nucléaires. Il a insisté, à l’attention d’EDF et Orano, sur l’importance de l’anticipation et de la maîtrise des parades qui seraient mises en œuvre. Leurs objectifs de sûreté devront notamment être définis de manière prudente, en tenant compte des objectifs applicables à de nouvelles installations et de leur durée de mise en œuvre envisagée.

EDF a précisé avoir récemment saisi la Commission nationale du débat public de son projet et planifier de déposer sa demande d’autorisation de création en 2022.

L’ASN estime qu’EDF doit mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour déposer au plus tôt sa demande. Interrogée par l’ASN sur ses capacités techniques, dans un contexte de forte mobilisation de son ingénierie, EDF a réaffirmé son engagement à construire cette piscine d’entreposage et à affecter les ressources d’ingénierie nécessaires pour mener ce projet dans les délais annoncés.

Publié le 01/07/2020 à 17:42

Note d'information

Capacité d’entreposage des combustibles usés

Le collège de l’ASN a auditionné, le 18 juin 2020, M. Lewandowski, directeur du parc nucléaire et thermique (DPNT) d’EDF. L’audition a porté sur la stratégie d’EDF pour l’entreposage des combustibles usés issus de ses centrales nucléaires.

PNGMDR 2016-2018

Cette édition du plan a, pour la première fois, fait l’objet d’une évaluation environnementale, permettant ainsi de donner une vision intégrée des enjeux associés à la gestion des matières et des déchets radioactifs.

____________________________________

[1] L’article 10 de l’arrêté du 23 février 2017 établissant des prescriptions du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR) prescrit à EDF de transmettre « avant le 30 juin 2017 à l’ASN les options techniques et de sûreté relatives à la création de nouvelles capacités d’entreposage ».

[2] Note d'information : L’ASN rend son avis relatif à la cohérence du cycle du combustible nucléaire en France

[3] L’avis de l’ASN du 8 octobre 2020 indique que « la réalisation de capacités d’entreposage supplémentaires de combustibles usés constitue un enjeu stratégique pour la sûreté globale des installations nucléaires. » Il précise que « le projet de piscine d’entreposage centralisé sous eau présenté par EDF est le seul qui permette d’y répondre, dans le respect des standards de sûreté les plus récents. »

Date de la dernière mise à jour : 16/04/2021