Poursuite de la durée d'exploitation des réacteurs nucléaires de 900 Mwe jusqu'à 40 ans : l'ASN estime satisfaisantes les conclusions des études génériques réalisées par EDF

Publié le 07/07/2009 à 09:46

Communiqué de presse

L’ASN a indiqué à EDF par un courrier de son président, André-Claude Lacoste, en date du 1er juillet disponible sur le site Internet de l’ASN, www.asn.fr qu’elle n’a pas identifié de problème générique mettant en cause la capacité d’EDF à maîtriser la sûreté de ses réacteurs de 900 MWe jusqu’à 40 ans.

Cette position générique de l’ASN sera complétée ultérieurement par une position réacteur par réacteur à l’issue de leur troisième visite décennale.

L’article 29 de la loi « transparence et sécurité en matière nucléaire » du 13 juin 2006 (loi TSN) impose à l’exploitant de réaliser tous les dix ans un réexamen de la sûreté de son installation. Ce réexamen se compose :

  • d’un « examen de conformité » qui impose d’examiner en profondeur l'état de l’installation pour vérifier qu’elle respecte bien toutes les exigences de sûreté qui lui sont applicables ;
  • d’une « réévaluation de sûreté » de l’installation pour améliorer son niveau de sûreté notamment en comparant les exigences applicables à celles en vigueur pour des installations plus récentes et en prenant en compte le retour d’expérience national et international.

Les opérations relatives au réexamen de sûreté et aux visites décennales d’un réacteur représentent un fort investissement pour l’exploitant d’une part, l’ASN et ses appuis techniques, l’IRSN et le Groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires (GPR) d’autre part.
Enfin, l’ASN s’efforce également d’impliquer dans le processus les parties prenantes, notamment les CLI (Commissions locales d‘information).

L’ASN considère que la poursuite de l’exploitation des réacteurs ne peut s’envisager que pour un parc correctement entretenu et exploité de façon responsable par EDF dans l’objectif de limiter la survenue d’éventuels dysfonctionnements.

Entre les réexamens de sûreté décennaux et pendant toute la durée de leur exploitation, l’ASN assure un contrôle continu de ces installations (y compris sur les aspects liés au vieillissement), qui peut la conduire le cas échéant à suspendre l’exploitation d’un réacteur en cas de risque grave et imminent.

Pour en savoir plus :

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017