Conférence de presse de Toulouse : en 2018, le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection reste globalement satisfaisant

Publié le 25/09/2019 à 15:00

Communiqué de presse

A l’occasion de la publication du rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, les divisions territoriales de Bordeaux et de Marseille de l’ASN présentent les conclusions des actions de contrôle qu’elles ont menées tout au long de l’année 2018 en région Occitanie ainsi que les perspectives pour 2019.

Le contrôle des installations nucléaires 

Centrale nucléaire de Golfech

Dans le domaine de la sûreté nucléaire, l’ASN constate que la qualité des opérations d’exploitation s’est détériorée par rapport aux années précédentes, ce qui s’est traduit par la déclaration de nombreux événements significatifs pour la sûreté, donc 4 classés au niveau 1 de l’échelle INES.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN constate que le site doit progresser en matière de gestion des substances dangereuses. En matière de radioprotection des travailleurs, l’ASN relève à nouveau des défauts dans la préparation et la réalisation des activités à fort enjeu de radioprotection. Le site rencontre des difficultés persistantes pour respecter les objectifs dosimétriques qu’il se fixe.

Centre CEA de Marcoule

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection du centre CEA de Marcoule est globalement satisfaisant. En matière de protection de l’environnement, les piézomètres du centre sont en cours de mise en conformité avec l’arrêté du 11 septembre 2003. L’ASN considère par ailleurs quela gestion des transports internes au centre de Marcoule est assurée de manière assez satisfaisante. La gestion du référentiel de règles de transport interne doit néanmoins être améliorée.

Dans le cadre des évaluations complémentaires de sûreté réalisées à la suite de l’accident de Fukushima, le CEA Marcoule a transmis, en 2018, une actualisation de son dossier relatif aux travaux de renforcement prévus du bâtiment de gestion de crise du centre vis‑à‑vis du risque de tornade.

Usine Melox

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection de l’usine Melox demeure satisfaisant. Les signaux faibles observés ces deux dernières années, concernant le non-respect des règles d’entrée et de sortie des zones spécialement identifiées au sein de l’installation, tant pour la radioprotection du personnel, que pour la bonne gestion des déchets radioactifs, sont en légère diminution. Les importants enjeux de radioprotection de l’installation sont traités avec rigueur, l’exploitant s’étant notamment engagé à mener, de manière durable, des chantiers permettant des gains dosimétriques non négligeables dans le cadre de l’optimisation de postes de travail rendue nécessaire par le vieillissement de l’installation.

Usine Centraco

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection de Centraco est globalement satisfaisant. L’ASN porte en particulier une appréciation favorable sur le traitement des événements significatifs déclarés par l’exploitant. Des améliorations portant sur les règles de transport interne et de leur contrôle sont néanmoins attendues.

Ionisateur Gammatec

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection de Gammatec demeure satisfaisant. Les modalités de gestion des écarts devront toutefois être mieux formalisées dans le système de gestion intégrée de l’installation.

Installation Ecrin

L’autorisation de la mise en service de l’installation Ecrin a permis à l’exploitant de débuter les travaux définis dans le décret d’autorisation, notamment la création d’un alvéole au sud du bassin B2, qui permettra d’entreposer les matériaux issus de la vidange des bassins B5 et B6. A l’issue de l’ensemble de ces travaux, une couverture bitumeuse sera mise en place sur les bassins de l’INB.

Le contrôle du nucléaire de proximité

Domaine médical

CHU de Toulouse

Une jeune patiente du CHU de Toulouse a été exposée à une dose de rayonnements ionisants élevée lors d’un acte complexe sous scanner. L’ASN a limité l’autorisation du scanographe du CHU de Toulouse aux actes de diagnostic.

L’ASN considère que l’état de la radioprotection est resté stable en 2018, avec une prise en compte de la radioprotection par les professionnels globalement satisfaisante, à l’exception des pratiques interventionnelles radioguidées notamment pour les actes pratiqués au bloc opératoire.

Le nombre d’événements significatifs en radioprotection (ESR) déclarés à l’ASN en 2018 a globalement augmenté mais ceux-ci sont sans conséquence clinique attendue.

La persistance en 2018, au niveau national, d’événements en radiothérapie classés au niveau 2, récurrents dans leur nature (erreur de dose ou erreur de latéralité par exemple), exige une analyse approfondie de leurs causes et un renforcement des actions de prévention.

Secteur industriel et recherche

Radium 226

• L’ASN a été informée par la société AIRBUS OPERATIONS de la découverte de flacons contenant du radium 226 sur un chantier de démolition à Colomiers. L’ASN s’est rendue sur le site le 20 mars 2018.

• Les flacons ont été évacués par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs en janvier 2019.
L’événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel de l’établissement, le public ou l’environnement mais cette découverte de source a été classée au niveau 1 de l’échelle INES.

En matière de radiographie industrielle et gammagraphie, l’ASN constate une prise en compte contrastée des risques suivant les entreprises.

Des améliorations sont observées dans la mise en œuvre de la radioprotection dans le domaine de la recherche.

Toutefois, l’Université Paul Sabatier n’a toujours pas évacué l’ensemble des déchets radioactifs et sources radioactives périmées présents sur le campus. 4 objets ont été évacués en 2018 et 76 en 2019. Restent 295 sources et déchets à évacuer. L’Université Paul Sabatier a été mise en demeure par l’ASN, le 4 avril 2019, d’évacuer les 12 objets les plus irradiants dans un délai d’un an. L’ASN a prescrit à l’Université d’entreposer les sources et déchets dans un local non contaminé.

En savoir plus :

_______________________________________

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, assure, au nom de l’Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de sociétés éclairés. Le rapport de l’ASN sur l’état de sûreté nucléaire et de radioprotection en France en 2018 est téléchargeable en ligne

_______________________________________

Contacts :
Evangelia PETIT, chef du service presse : evangelia.petit@asn.fr // 01 46 16 41 42
Laetitia TYREL de POIX, agence Equancy : ltyreldepoix@equancy.com // 01 45 64 43 11

Date de la dernière mise à jour : 25/09/2019