Conférence de presse de Marseille : en 2018, le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection est globalement satisfaisant

Publié le 26/09/2019 à 10:30

Communiqué de presse

A l’occasion de la publication du rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale de Marseille de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2018 en région PACA et dans la collectivité de Corse ainsi que les perceptives pour 2019.

Le contrôle des installations nucléaires 

Centre CEA de Cadarache

L’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire du centre CEA de Cadarache est assez satisfaisant. Elle relève cependant encore des disparités persistantes entre les installations du centre, et a notamment été amenée à utiliser ses pouvoirs de coercition à la suite d’un événement de chute de colis survenu dans l’INB 37-A et déclaré au niveau 1 de l’échelle INES. L’exploitant doit par ailleurs progresser dans certains domaines : protection des installations contre l’incendie, organisation de crise, maitrise des activités sous-traitées et gestion des déchets.

L’ASN reste par ailleurs attentive à la bonne réalisation des actions et travaux identifiés dans les réexamens périodiques en cours ou à venir dans 16 des 21 installations du centre, pour permettre leur poursuite de fonctionnement dans de bonnes conditions de sûreté.

En matière de démantèlement et de reprise et de conditionnement des déchets radioactifs et des matières nucléaires historiques, d’importants jalons ont été franchis en 2018.

L’ASN considère que la protection de l’environnement par le CEA est globalement satisfaisante. La gestion des eaux pluviales doit néanmoins être améliorée pour certaines installations anciennes.

Installation ITER

Les inspections de l’Organisation ITER menées par l’ASN concluent à une prise en compte satisfaisante des exigences de sûreté par l’ensemble de la chaine d’intervenants extérieurs, dès la conception de l’installation.

Des améliorations ont été constatées pour les lots à la charge de l’agence européenne. La détection et le traitement des écarts à la sûreté devront néanmoins être renforcés. A ce sujet, le non‑respect d’une exigence définie concernant une épaisseur minimale d’un voile, non détecté par l’exploitant ni par sa chaine d’intervenants extérieurs, a été mis en évidence lors d’une inspection de l’ASN en décembre 2018.

Ionisateur Gammaster

L’ASN considère que le niveau de sûreté de Gammaster reste satisfaisant en 2018. Il apparaît néanmoins nécessaire que l’exploitant poursuive ses efforts en matière de gestion des opérations de maintenance.

Le contrôle du nucléaire de proximité

Domaine médical

Institut Paoli Calmette

Un premier accélérateur linéaire couplé à un système d’imagerie par résonance magnétique (IRM) a été installé à l’Institut Paoli‑Calmette à Marseille et a été autorisé par l’ASN fin 2018. L’association nouvelle de ces deux technologies (accélérateur linéaire et IRM) a soulevé des questionnements concernant la maîtrise des risques associés et l’organisation des établissements pour la mettre en place dans des conditions optimales. Elle fera l’objet d’actions de contrôle spécifiques de l’ASN.

L’ASN considère que l’état de la radioprotection dans le domaine médical est resté stable en 2018, à un niveau satisfaisant dans l’ensemble, à l’exception des pratiques interventionnelles radioguidées (notamment pour les actes pratiqués au bloc opératoire). Le nombre d’événements significatifs en radioprotection (ESR) déclarés à l’ASN en 2018 a globalement augmenté mais ceux-ci sont sans conséquence clinique attendue.

Concernant les pratiques interventionnelles radioguidées, l’ASN a organisé à Marseille, en novembre 2018, un séminaire d’échanges à destination des professionnels de ce domaine, tout en maintenant une pression de contrôle élevée sur les installations concernées.

En radiothérapie externe, l’amélioration de la sécurité des traitements, entamée depuis plusieurs années, se poursuit. Elle est cependant encore confrontée à de fortes évolutions technologiques, avec des risques potentiels induits lorsque les facteurs organisationnels et humains ne sont pas correctement maîtrisés.

Domaine industriel et recherche

Gammagraphie

L’ASN a été informée par la société Institut de Soudure Industrie de la rupture du doigt obturateur d’un gammagraphe lors de tirs radiographiques dans sa casemate de Port-de-Bouc. Cet événement, classé au niveau 1 sur l’échelle INES, n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement.

En matière de radiographie industrielle et gammagraphie, l’ASN constate une prise en compte contrastée de la radioprotection suivant les entreprises.

Des améliorations ont été observées en 2018 dans la mise en œuvre de la radioprotection dans le domaine de la recherche. L’ASN a organisé à Marseille, en octobre 2018, un séminaire à destination des établissements de recherche mettant en œuvre des rayonnements ionisants.

En savoir plus :

_______________________________________

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, assure, au nom de l’Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de sociétés éclairés. Le rapport de l’ASN sur l’état de sûreté nucléaire et de radioprotection en France en 2018 est téléchargeable en ligne

_______________________________________

Contacts :
Evangelia PETIT, chef du service presse : evangelia.petit@asn.fr // 01 46 16 41 42
Laetitia TYREL de POIX, agence Equancy : ltyreldepoix@equancy.com // 01 45 64 43 11

Date de la dernière mise à jour : 26/09/2019