Région Centre-Val de Loire - En 2020, le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection reste globalement satisfaisant

Publié le 03/06/2021 à 10:30

Communiqué de presse

A l’occasion de la parution du Rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale d’Orléans de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2020 en région Centre-Val de Loire.

L’activité de contrôle de l’ASN en 2020 en Centre-Val de Loire

151 inspections

  • 123 inspections dans les installations nucléaires des sites EDF de Belleville-sur-Loire, Chinon, Dampierre-en-Burly et Saint-Laurent-des-Eaux
  • 28 inspections dans le nucléaire de proximité

8 événements significatifs classés au niveau 1 sur l’échelle de l’INES ont été déclarés à l’ASN

64 journées d’inspections du travail dans les centrales nucléaires

5 procès-verbaux dressés par l’ASN

Le contrôle des installations nucléaires

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Belleville‑sur‑Loire rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF dans le domaine de la sûreté nucléaire et de la radioprotection. Les performances en matière d’environnement sont quant à elles en retrait par rapport à la moyenne nationale.

Sur le plan de la sûreté nucléaire, la surveillance renforcée réalisée par l’ASN de 2017 à 2019 a conduit l’exploitant à mettre en œuvre un plan d’action pour améliorer les performances du site dans la conduite des installations. L’ASN estime qu’en 2020, le site a retrouvé un niveau globalement satisfaisant sur ce volet et qu’il doit maintenir ce niveau d’exigence afin de pérenniser les améliorations constatées.  Des progrès restent toutefois à accomplir dans le domaine de la détection des écarts.

Concernant la maintenance des installations, les performances de la centrale nucléaire doivent être améliorées, notamment au regard des événements fortuits induits par la réalisation d’opérations de maintenance au cours de la visite décennale du réacteur 1.

Enfin, la maîtrise du risque lié à l’incendie n’est pas satisfaisante.

Centrale de Dampierre-en-Burly

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Dampierre‑en‑Burly rejoignent globalement l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF dans le domaine de la sûreté nucléaire, même si le niveau de sûreté du site est en baisse par rapport à 2019. Les performances en matière d’environnement et de radioprotection demeurent quant à elles en retrait par rapport à la moyenne nationale.

Sur le plan de la sûreté nucléaire, les performances dans le domaine de la conduite normale demeurent globalement acceptables et des progrès sur la bonne configuration des circuits sont à souligner. En revanche, des défaillances organisationnelles en lien avec la compétence, la formation des agents de conduite ainsi que la gestion des essais périodiques de matériels importants pour la sûreté ont conduit à plusieurs déclarations d’événements significatifs au cours de l’année 2020. Concernant la maintenance des installations, l’ASN constate que les actions correctives menées par le site demeurent insuffisantes, notamment en matière de conformité des matériels et de respect du référentiel applicable. Par ailleurs et depuis plusieurs années, il apparaît que la maîtrise des risques d’incendie et d’explosion n’est pas pleinement satisfaisante.

Site de Chinon

Centrale nucléaire de Chinon (réacteurs B1, B2, B3 et B4 en fonctionnement)

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Chinon rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF dans les domaines de la sûreté, de la radioprotection et de l’environnement.

L’ASN considère que le site se maintient à un niveau satisfaisant en conduite incidentelle et accidentelle et pour l’analyse des écarts pouvant avoir des conséquences sur la sûreté. Toutefois, l’année 2020 a été marquée par une recrudescence d’événements significatifs liés au non‑respect des règles générales d’exploitation des réacteurs par les équipes de conduite, raison pour laquelle l’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire en matière de sûreté sont en baisse.

Les performances de la centrale en matière de radioprotection en baisse depuis 2018 peuvent être améliorées. L’année 2020 a été marquée par un nombre non négligeable d’événements significatifs en radioprotection,

Les performances de la centrale nucléaire de Chinon en matière d’environnement doivent être améliorées.

Réacteurs A1, A2 et A3 en démantèlement

L’ASN considère que le niveau de sûreté des installations nucléaires en démantèlement de Chinon (Chinon A1, A2 et A3) est satisfaisant. Les contrôles menés en 2020 ont notamment permis de constater une bonne gestion des déchets sur le site ainsi qu’un bon suivi des contrôles des installations électriques. Cependant, des améliorations sont attendues pour la réalisation du programme de surveillance des intervenants extérieurs.

A noter : en 2020, la réalisation des chantiers de démantèlement a été retardée de plusieurs mois en raison des contraintes sanitaires imposées pour lutter contre la pandémie de Covid‑19. EDF a néanmoins mis en place son plan de continuité d’activité pour maintenir certains chantiers et réaliser les contrôles et essais périodiques de ses équipements.

L’atelier des matériaux irradiés (AMI)

L’ASN a achevé en 2020 son instruction du dossier de démantèlement de l’AMI et a rendu son avis sur le projet de décret de démantèlement début 2020. Le décret n°2020-499 de démantèlement de l’AMI a été publié le 30 avril 2020 et son entrée en vigueur marquera le début de la phase de démantèlement de l’installation.

L’année 2020 a été principalement marquée par la poursuite du traitement et de l’évacuation de déchets anciens et de divers équipements inutilisés. Ainsi, l’ensemble des déchets historiques des puits (hors déchets magnésiens) a été caractérisé et conditionné. Il n’y a par ailleurs plus de déchets liquides à traiter. Les déchets historiques magnésiens devraient, pour leur part, être conditionnés début 2021.

A noter : la grande majorité des chantiers ont été arrêtés de mi‑mars à début juin 2020, du fait de la crise sanitaire.

Site de Saint-Laurent-des-Eaux

Centrale nucléaire (Réacteurs B1 et B2 en fonctionnement)

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF en matière de sûreté et de radioprotection. En matière de protection de l’environnement, les performances se distinguent favorablement et sont jugées globalement satisfaisantes.

En matière de sûreté nucléaire, l’ASN constate que le site présente des performances stables depuis 2018 malgré la mise en place d’un plan de rigueur sûreté.

Réacteurs A1 et A2 en démantèlement

En 2020, la réalisation des chantiers de démantèlement a été retardée de plusieurs mois en raison des contraintes sanitaires imposées pour lutter contre la pandémie de Covid‑19. EDF a néanmoins mis en place son plan de continuité d’activité pour maintenir certains chantiers et réaliser les contrôles et essais périodiques de ses équipements.

L’ASN considère que le niveau de sûreté des réacteurs de Saint‑Laurent‑des‑Eaux A est satisfaisant. L’ASN a constaté, lors de ses inspections, une bonne tenue générale des locaux et des chantiers. De plus, l’organisation mise en place pour maîtriser les confinements statique et dynamique des installations est satisfaisante. L’ASN relève également que les effluents radioactifs présents sur les aires d’entreposage de déchets nucléaires ont été reconditionnés dans des contenants pérennes mieux adaptés aux caractéristiques des effluents. Cependant, le suivi du vieillissement des équipements utilisés lors des opérations de démantèlement doit être amélioré.

CENTRALES NUCLÉAIRES AU-DELÀ DE 40 ANS

L’ASN a achevé l’instruction de la phase générique du quatrième réexamen périodique des réacteurs de 900 mégawatts électriques (MWe). Le 23 février 2021, elle a donc statué sur les conditions de la poursuite de fonctionnement des réacteurs, considérant que l’ensemble des dispositions prévues par EDF et celles qu’elle prescrit ouvrent la perspective d’une poursuite de fonctionnement des réacteurs pour les dix prochaines années suivant leur réexamen périodique.

A noter que pour la région Centre-Val de Loire, les premiers réexamens périodiques  qui seront réalisés seront ceux de Dampierre 1 et 2 en 2022

Installation du domaine médical

L’année 2020 a été marquée par la pandémie de Covid-19, qui a considérablement perturbé le système de soins et nécessité, de la part des établissements de santé, une adaptation des modalités d’organisation de la prise en charge des patients. En conséquence, l’ASN a réduit le nombre de ses inspections dans le domaine médical et adapté ses modalités de contrôle, en déployant en particulier des inspections à distance. Aussi, le bilan de l’état de la radioprotection en 2020 est établi sur un nombre d’inspections nettement inférieur aux années précédentes (réduction de 28 %).

L’ASN considère que, sur la base de ces inspections conduites en 2020, l’état de la radioprotection dans le domaine médical est comparable à celui de 2019. Aucune défaillance majeure n’a été détectée dans les domaines de la radioprotection des professionnels, des patients, de la population et de l’environnement. Néanmoins, des progrès sont nécessaires pour mieux anticiper l’arrivée de nouveaux équipements, de nouvelles pratiques et de nouveaux médicaments radiopharmaceutiques et pour améliorer l’optimisation des doses, dans le domaine des pratiques interventionnelles radioguidées.

C’est dans cet objectif que l’ASN exerce un niveau de contrôle resserré pour vérifier la mise en œuvre des règles d’assurance de la qualité en imagerie médicale, portées par la décision de l’ASN n° 2019-DC-0660 du 15 janvier 2019.

L’ASN poursuivra donc en 2021 ses inspections, prioritairement dans les secteurs de la radiothérapie, de la médecine nucléaire à visée thérapeutique et des pratiques interventionnelles radioguidées, en tirant le retour d’expérience des nouvelles modalités d’inspection déployées dans le contexte de la crise sanitaire.

En savoir plus :

____________________

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, assure, au nom de l’Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de sociétés éclairés. Le rapport de l’ASN sur l’état de sûreté nucléaire et de radioprotection en France en 2020 est téléchargeable en ligne.

*
*       *

 

Contact presse :
Evangelia Petit, cheffe du service presse - 01 46 16 41 42 -  evangelia.petit@asn.fr
Marinette Valiergue, agence Equancy&Co - 06 15 61 10 19 - mvaliergue@equancy.com

Date de la dernière mise à jour : 02/06/2021