André-Claude Lacoste, directeur de la sûreté des installations nucléaires, a rencontré l'ensemble du personnel de la centrale nucléaire EDF de Dampierre (Loiret)

Publié le 28/09/2000 à 00:00

Communiqué de presse

L'Autorité de sûreté nucléaire a constaté des dysfonctionnements importants sur le site de Dampierre et les a notamment signalés lors de la présentation du rapport annuel de la DRIRE Centre en avril 2000. Un rapport interne d'inspection d'EDF a fait le même constat.
 
André-Claude Lacoste, le responsable de l'Autorité de sûreté nucléaire, s'est rendu aujourd'hui à la centrale nucléaire de Dampierre pour :
 
• rencontrer la direction,
• rencontrer les syndicats,
• s'exprimer devant l'ensemble du personnel.
 
Durant son intervention, il a particulièrement mis en cause :
 
• un manque de rigueur dans l'exploitation,
• une dégradation des relations humaines et sociales et ses conséquences sur la sûreté.
 
"La rigueur de l'exploitation et la qualité des relations de travail constituent, selon André-Claude Lacoste, deux des aspects essentiels permettant à l'Autorité de sûreté nucléaire d'apprécier la sûreté d'un site nucléaire."
 
Après avoir exposé sa conception de la sûreté nucléaire, André-Claude Lacoste a commenté les incidents récents les plus significatifs survenus sur le site de Dampierre, indiqué que "le crédit confiance de ce site est entamé" et rappelé chacun à ses responsabilités en précisant que "la sûreté est l'affaire de chacun".
 
Il a annoncé que la centrale est désormais placée sous "surveillance renforcée" et que des actions spécifiques de suivi et de contrôle ont été mises en place par l'Autorité de sûreté nucléaire. "Nous irons aux résultats", a-t-il ajouté.
 
"Si la situation ne s'améliore pas et que la sûreté est mise en cause, a conclu André-Claude Lacoste, j'en tirerai les conséquences, y compris en fermant les installations."
 
Il appartient maintenant à l'ensemble du personnel de la centrale nucléaire de Dampierre de se reprendre.

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017