Préparation du cahier des charges de l’audit français et des tests de résistance européens

Publié le 12/04/2011 à 18:00

Communiqué de presse

Centrale nucléaire de Fessenheim

L’ASN considère qu’il est fondamental de tirer les leçons de l’accident survenu au Japon, comme cela a été le cas notamment après ceux de Three Mile Island et Tchernobyl. Le retour d’expérience approfondi sera un processus long s’étalant sur plusieurs années.

L’ASN établira avec l’appui de l’IRSN, d’ici à la fin du mois d’avril 2011, un cahier des charges et un calendrier de l’audit des installations nucléaires françaises demandé par le Premier Ministre. L’ASN participera également à la définition des tests de résistance des centrales européennes demandée par la Commission européenne. L’ASN veille à la cohérence et à la complémentarité de ces deux démarches.

Olivier Gupta, directeur général adjoint de l’ASN, a présidé les 5 et 6 avril 2011 une réunion d’un groupe de travail de l’association des responsables des Autorités de sûreté nucléaire d’Europe de l’ouest (Wenra). Cette réunion visait à préparer le cahier des charges des tests de résistance européens. Ce document devrait être prêt à la fin du mois d’avril.

L’objectif est d’analyser le comportement des centrales nucléaires dans des situations extrêmes, même si la probabilité d’occurrence de telles situations est très faible. Plusieurs types de situation, ainsi que leur cumul, seront pris en compte : agressions par des phénomènes naturels (inondation, séisme, intempéries), perte de l’alimentation électrique, perte de la source froide, gestion des accidents graves (endommagement du combustible dans le réacteur et difficultés de refroidissement des piscines d’entreposage du combustible usé).

Il s’agira notamment de tester la robustesse et les dispositifs de sûreté de chaque installation, de détecter les éventuels points faibles et les « effets de seuil » (stade à partir duquel le niveau de gravité s’amplifie) et proposer d’éventuelles améliorations. Cette analyse portera sur les centrales en exploitation, en construction et en projet.

Il reviendra à tous les exploitants européens d’effectuer les essais de résistance conformes au cahier des charges et d’établir un rapport pour chacune de leurs installations nucléaires. Chaque Autorité de sûreté nationale fera ensuite une analyse indépendante de ces rapports et rendra publique ses conclusions. Une mise en commun sera également effectuée au niveau européen.

 Ce travail va mobiliser d’importantes ressources à l’ASN.

Contact service presse ASN : Tél. : 01 40 19 86 61

Date de la dernière mise à jour : 18/09/2017