Livre blanc du Tritium

26 Sources de production et gestion du tritium produit par les installations nucléaires Les bilans des rejets de tritium, par voies gazeuse et liquide, des différents types de réacteurs nucléaires sont reportés sur les deux graphes ci-après pour la période 1970-2007. Ces bilans ont été établis en multipliant les taux de rejets normalisés par les énergies produites annuellement pour chaque type de réacteur. Comme évoqué ci-avant, les rejets atmosphériques en tritium à l’échelle mondiale (de l’ordre de 500 à 600 TBq.an-1 pour les dix dernières années) sont très majoritairement dus aux réacteurs à eau lourde PHWR (85 à 90 %), alors qu’ils ne fournissent qu’environ 5 % de la production nette d’électricité nucléaire. A contrario, les réacteurs à eau légère (PWR et BWR) ne contribuent aux rejets en tritium gazeux qu’à hauteur d’un peu moins de 10 % alors que ces réacteurs fournissent près de 85 % de la production nette mondiale d’électricité. Les rejets liquides de tritium à l’échelle mondiale (de l’ordre de 10 000 à 12 000 TBq.an-1 pour les dix dernières années) sont principalement dus aux réacteurs à eau lourde PHWR (45 à 50 %), aux réacteurs PWR (30 à 40 %) et aux réacteurs graphite-gaz GCR (10 à 20 %). Toutefois, comme évoqué ci-avant, les réacteurs PHWR et GCR ne fournissent respectivement qu’environ 5 et 1 % de la production nette mondiale d’électricité nucléaire, alors que la part des réacteurs PWR est proche de 65 %. Rejets atmosphériques annuels en tritium des réacteurs nucléaires (données UNSCEAR) Rejets liquides annuels en tritium des réacteurs nucléaires (données UNSCEAR)

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=