Rapport de l'ASN 2020

Est qualifiée d’installation nucléaire de base (INB) une installation qui, de par sa nature, ou en raison de la quantité ou de l’activité des substances radioactives qu’elle contient, est soumise à un régime spécifique de contrôle défini par le code de l’environnement (titre IX de son livre V). Ces installations doivent être autorisées par décret pris après enquête publique et avis de l’ASN. Leurs conception, construction, exploitation et démantèlement sont réglementés. Sont des INB : 1. les réacteurs nucléaires ; 2. les grandes installations de préparation, d’enrichissement, de fabrication, de traitement ou d’entreposage de combustibles nucléaires ou de traitement, d’entreposage ou de stockage de déchets radioactifs ; 3. les grandes installations contenant des substances radioactives ou fissiles ; 4. les grands accélérateurs de particules ; 5. les centres de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs. Sauf pour les réacteurs nucléaires et les éventuels futurs centres de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs qui sont tous des INB, la section 1 intitulée « Nomenclature des installations nucléaires de base » du chapitre III du titre IX du livre V de la partie réglementaire du code de l’environnement fixe, pour chaque catégorie, les seuils d’entrée dans le régime des INB. Pour des raisons techniques ou juridiques, le concept d’INB peut recouvrir des réalités physiques différentes : ainsi, sur un centre nucléaire de production d’électricité, chaque réacteur peut être considéré comme une INB particulière, ou bien une même INB peut être constituée de deux réacteurs. De même, une usine du « cycle du combustible» ou un centre du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) peut être constitué de plusieurs INB. Ces différentes configurations ne changent rien aux conditions de contrôle. Relèvent du régime des INB : ∙ les installations en construction, dès lors qu’elles ont fait l’objet d’un décret d’autorisation de création ; ∙ les installations en fonctionnement ; ∙ les installations à l’arrêt et en cours de démantèlement, jusqu’à leur déclassement par l’ASN. Au 31 décembre 2020, le nombre d’INB (au sens d’entités juridiques) était de 124. Les INB déclarées sont celles qui existaient antérieurement à la publication du décret n° 63‑1228 du 11 décembre 1963 relatif aux installations nucléaires et que ni ledit décret ni le code de l’environnement n’ont soumis à autorisation mais à déclaration au titre du bénéfice des droits acquis (voir articles L. 593‑35 et L. 593‑36 du code de l’environnement). Les numéros d’INB manquants correspondent à des installations ayant figuré dans des éditions précédentes de la liste, mais ne constituant plus des INB à l’issue de leur déclassement (voir chapitre 13) ou ayant été autorisées comme nouvelles INB. Pour assurer le contrôle de l’ensemble des activités et installations nucléaires civiles en France, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est dotée d’une organisation territoriale s’appuyant sur onze divisions basées à Bordeaux, Caen, Châlons‑en‑Champagne, Dijon, Lille , Lyon, Marseille, Nantes, Orléans, Paris et Strasbourg. Les divisions de Caen et d’Orléans interviennent respectivement dans les régions Bretagne et Île‑de‑France pour le contrôle des installations nucléaires de base (INB). La division de Paris intervient dans les régions d’outre‑mer et le département de Mayotte et celle de Marseille dans la collectivité de Corse pour le contrôle de la radioprotection et du transport de substances radioactives. Rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2020 379

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=