Livre blanc du Tritium

90 Le tritium dans l’environnement de dose absorbée (Gy ou Gy par unité de temps), il convient de décrire les écosystèmes de manière simplifiée pour y représenter la distribution du radionucléide au sein des habitats et les voies correspondantes d’exposition des organismes vivants. Par exemple, trois compartiments abiotiques peuvent être distingués dans les écosystèmes aquatiques : les sédiments de fond, la colonne d’eau et l’air. Les organismes vivants sont représentés par des organismes dits de référence, choisis pour couvrir toute la gamme des variations possibles des expositions aux rayonnements ionisants (en termes de voies et d’intensités d’irradiation) et des radiosensibilités. Ces organismes de référence font l’objet de calculs dosimétriques à l’aide de géométries fixées par défaut, en représentant l’organisme par un ellipsoïde, associé à un scénario d’exposition prédéfini. L’IRSN a développé pour ce faire l’outil EDEN, applicable quelle que soit la géométrie de l’organisme et les modalités d’exposition définies (Beaugelin-Seiller et al., 2006). Ces méthodes de calcul reviennent à déterminer des coefficients de dose unitaires exprimés en Gy/unité de temps absorbé par l’organisme cible par Bq/masse ou par Bq/volume délivré par la source (milieu extérieur ou organisme). Il est possible d’utiliser des coefficients de dose dits agrégés DCCi,o exprimés en µGy/h par Bq/L ou kg du milieu d’exposition (eau, sédiment, air, sol) incluant les débits de dose résultant de chacune des voies d’exposition comme suit : ext medium i o medium o medium i o i o i o DCC OF CR DCC DCC     , int , , , Où : medium o OF est le facteur d’occupation, i.e. la fraction de temps passée par l’organisme o dans un endroit spécifique de son habitat, constitué d’un ou plusieurs milieux d’intérêt (eau, sédiments, sol, air) ; pour chaque organisme, la somme des facteurs d’occupation est égale à un. ext medium i o DCC  , est le coefficient de conversion de dose pour l’exposition externe, défini comme le rapport entre le débit de dose et l’activité volumique/massique du radionucléide dans le milieu correspondant à l’habitat de l’organisme o (µGy/h par Bq/unité de milieu). Il est généralement supposé être nul pour les rayonnements alpha, compte tenu du faible pouvoir de pénétration des particules alpha dans l’eau, les sédiments et les matériaux biologiques. medium i i o i o C C CR , ,  , sont les rapports de la concentration à l’équilibre pour un organisme de référence o (en L/kg poids frais) à la concentration de radionucléide dans le milieu d’exposition et à sa concentration dans l’organisme entier (Ci,o en Bq/kg poids frais); ces rapports représentent les transferts agrégés de radionucléides du milieu d’exposition à l’organisme o, en incluant les voies trophiques (L/kg ou kg/kg exprimé sur la base du poids frais) int , i o DCC est le coefficient de conversion de dose pour l’exposition interne défini comme le rapport entre le débit de dose à l’organisme et l’activité massique du radionucléide i dans l’organisme o (µGy/h par Bq/kg poids frais) Appliqués au tritium, les résultats obtenus pour les organismes de référence utilisés pour représenter les écosystèmes européens dans les méthodes d’évaluation du risque, sont reportés dans les tableaux 8.2 à 8.4. Tableau 8.2 - Coefficients de dose (DCC) pour les organismes de référence représentatifs des écosystèmes terrestres européens. Ces coefficients tiennent compte de l’ensemble des voies d’irradiation (externe, interne) pour le tritium sous forme HTO dans le milieu d’exposition. Deux types de calculs ont été effectués pour le DCC interne : l’un par calcul Monte Carlo (MC), l’autre par dépôt ponctuel total.

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=