Livre blanc du Tritium

169 Le stockage de déchets radioactifs contenant du tritium : impact des rejets sur l’environnement Les marquages dans la nappe au piezomètre DS24 ont conduit à la réalisation de piézomètres complémentaires (DS54 à DS68) en août 2005 (Figure 11). Depuis 2005, une surveillance spécifique est conduite afin de caractériser plus précisément la trajectoire du tritium dans la nappe, partant de l’hypothèse d’un relâchement depuis l’ouvrage E21R03 et de détecter de façon précoce toute évolution du niveau d’activité en tritiumdes eaux souterraines. Pour ce faire des prélèvements d’eaux sont effectués à l’aval de la plateforme de stockage dans quelques points du réseau de piézomètres spécifiquement réalisé. Ces points de prélèvements interceptent les écoulements en provenance des lignes E3 et E21, selon un maillage resserré comme le montre la figure 11. Ceci a permis d’identifier la présence de tritium en d’autres points du réseau piézométrique et d’en suivre l’évolution au même titre que le forage DS24. Le point marquant de cette surveillance rapprochée est la détection de tritium dans les eaux des forages DS63 et DS62, distants de 12,5 m. Ces points, localisés à proximité des ouvrages E01R02 et E01R01, sont situés sur une ligne d’écoulement transitant en amont sous l’ouvrage E21R03 et passant en aval au droit ou au voisinage de DS24 (Figure 13). En DS63, les teneurs mesurées ont diminué progressivement d’environ 13 Bq/L en 2005 à des valeurs proches du seuil de décision au 1er semestre 2007 (Figure 14). En DS62, les activités sont restées comprises entre 4 et 8 Bq/L au cours de la même période. Figure 13 : Localisation des piézomètres et sens des écoulements de la nappe

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ0NzU=